Sociéte / Économie

Les pires erreurs à ne pas faire en entretien d'embauche

Temps de lecture : 5 min

Les conseils d'une chasseuse de têtes pour ne pas vous planter.

«Parlez-moi un peu de vous» | Alejandro Escamilla via Unsplash CC License by
«Parlez-moi un peu de vous» | Alejandro Escamilla via Unsplash CC License by

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Quelles sont les pires erreurs que l’on fait lors d’un entretien d’embauche?»

La réponse de Dandan Zhu, chasseuse de tête, coach, entrepreneuse et businesswoman basée à New York:

En tant que chasseuse de têtes, je sais qui obtiendra le boulot avant même que l’entretien soit fini. Les entretiens reposent beaucoup sur la «likabilité», c'est-à-dire que les capacités techniques ne sont pas tant le sujet. Je pars du principe que le candidat connait la réponse aux questions techniques propres à son emploi et qu'il a les clés pour prouver qu'il est capable d’occuper le poste à pourvoir.

Les responsables du recrutement avec lesquels je travaille, comme tous les êtres humains en fait, décident en partie avec leurs tripes. On peut essayer de réprimer nos émotions tant que l’on veut, elles finissent toujours par émerger. Nos préjugés inconscients gagnent à tous les coups, qu’on ait la volonté ou non de lutter contre. Celles et ceux qui connaissent cette arme secrète l’utilisent pour écarter leurs adversaires, même plus qualifiés, et souvent avec succès.

Voici quelques-unes des erreurs fréquemment commises susceptibles de mettre à mal votre popularité et, au bout du compte, de réduire vos chances de décrocher un poste.

1. Tout faire pour vous démarquer dès le début

Tous les candidats veulent qu’on les remarque. Lorsqu’on leur demande «parlez-moi un peu de vous», ils s’empressent de décrire leurs passe-temps décalés, leur créativité, leur originalité… Ce que beaucoup ne comprennent pas, c’est que cette question d’introduction sert simplement à dresser un premier profil professionnel.

Vous avez tout le reste de l’entretien pour montrer à quel point vous êtes unique; vous n’avez pas besoin de le faire dès les deux premières minutes. Répondez simplement à la question de façon professionnelle, et passez à la suite. Gardez des forces… N’utilisez pas toutes vos munitions dans les dix premières minutes de combat.

2. Se présenter comme le plus intelligent de la pièce

Cette erreur concerne principalement les candidats issus d’écoles réputées, qui ont tendance à être arrogants et autocentrés et à penser que tout ce qui sort de leur bouche vaut son pesant d’or.

Votre intelligence n’est tout simplement pas le sujet de l’entretien et il y a peu de chance que votre interlocuteur soit séduit par votre envie de vous faire mousser et de faire valider votre intellect.

Bien entendu, il est toujours préférable de répondre correctement aux questions. Mais ce qui compte le plus, c’est votre capacité à créer un lien avec le recruteur. Vous devez aller au-delà du mécanisme de réponse politiquement correct qu’on vous a inculqué pour établir une connexion avec la personne avec laquelle vous interagissez.

3. Ne pas établir un lien suffisant avec vos interlocuteurs

Lorsque je «vends» un candidat à un recruteur ou un recruteur à un candidat, je ne parle pas de diplômes ou de prestige. Je parle de qualités humaines, de personnalité, de manière d’être. Mais aussi de vision de la réussite professionnelle, dans la vie et familiale, de passion pour le secteur.

Ce que les candidats ont accompli dans leur carrière est secondaire. Mes clients s’attendent à ce que mes candidats aient un certain niveau de compétence. C’est un prérequis.

Si, à l’issue de l’entretien, vous avez réussi à toucher le recruteur, à cerner sa vision de la carrière, sa capacité à évoluer et à avoir une influence sur son entreprise, son sentiment en tant que professionnel, c’est que vous avez fait un sans-faute. N’ayez pas peur de lui demander son avis, ses conseils. Ainsi, vous gagnerez son intérêt pour vous.

4. Se priver de faire de l’humour

Les qualités personnelles telles que l’humour ou la spontanéité sont des ciments qui rassemblent instantanément les personnes qui ne se connaissent pas. Pourtant, on se dit souvent qu'elles sont réservées aux humoristes et aux plaisantins, ce qui est évidemment faux. En ce qui me concerne, j’intègre l’humour dans toutes mes interactions. S’il est utilisé à propos, l’humour peut vous permettre de marquer des points très facilement.

Certaines personnes ont peur de dévoiler leur personnalité dans les contextes formels. Elles craignent d’être trop énergiques ou au contraire trop détendues. Paradoxalement, ce sont ces qualités humaines qui les rendent uniques et mémorables.

Mon expérience personnelle

Après mes études, j’ai passé un entretien pour un poste dans une entreprise japonaise dans laquelle je rêvais de travailler. Avec le recul, je sais que j’ai raté l’entretien parce que je ne convenais pas au directeur des opérations, basé au Japon. Je suis passée à côté de ce boulot parce que la culture de l’entreprise ne correspondait pas à ma nature extravertie, franche et brute de décoffrage. Et a fortiori du fait que je suis une femme, ce côté effronté et sans-gêne n’a pas plu au directeur des opérations.

En sortant de l’entretien, j’étais sûre que j’aurais le poste et j’avais même commencé à apprendre le japonais en attendant de recevoir une offre de l’entreprise. Quand le verdict est tombé, j’étais dépitée. Et une idée horrible s’est immiscée dans ma tête. Secrètement, je me demandais: «Est-ce que je dois réprimer qui je suis pour obtenir l’emploi que je veux?».

Même si j’étais extrêmement déçue de moi-même et démoralisée, je n’avais pas d’autre choix que de passer à autre chose.

J’ai ensuite passé un entretien avec une entreprise de recrutement, qui a adoré mon énergie, avec laquelle je pouvais parler en toute liberté, être moi-même et être acceptée comme telle. Et je vais vous dire, j’ai gagné deux fois plus lors de ma première année en tant que chasseuse de têtes que ce que proposait le premier employeur auprès de qui j'avais postulé. La vie est pleine de mystères… Et je suis aujourd’hui tellement heureuse d’avoir raté mon premier entretien!

Demandez-vous si l’entreprise vous convient

Souriez autant que possible. Tout le temps. Les employeurs adorent les personnes joyeuses. Qui voudrait travailler avec une personne qui se plaint sans cesse?! Personne.

En conclusion, ne vous mettez pas trop la pression pour tout mémoriser et tout préparer. Soyez simplement prêt à établir des interactions authentiques avec les personnes que vous rencontrerez pendant l’entretien. L’objectif est d’apprendre des autres et des expériences. Demandez-vous si l’entreprise vous convient. Si vous devez vous donner beaucoup de mal pour correspondre aux attentes de votre interlocuteur, c’est sans doute que ce n’est de toute façon pas le bon environnement pour vous.

Si vous êtes une bonne personne, faites preuve d’empathie, de considération, si vous savez travailler dur et avez un bon fond, les recruteurs le sentiront, comprendront qui vous êtes et apprécieront votre «likabilité».

Quora

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Finale de la Coupe du monde de football, manifestations contre Trump et Poutine, Tour de France... La semaine du 15 juillet en images.

L’affaire Benalla, fruit d’un mélange des fonctions pourtant prohibé

L’affaire Benalla, fruit d’un mélange des fonctions pourtant prohibé

Le garde du corps que l’Élysée abandonne menait, physiquement, les guerres sociales du président et de ses affidés.

Procès d'Angel Valcarcel: «Il fallait que ça s’arrête»

Procès d'Angel Valcarcel: «Il fallait que ça s’arrête»

[4/4] Avant de rendre son verdict, la cour d'assises de l'Hérault revient sur les circonstances de la mort de Vanessa Mayor sous les balles de son beau-père, le 30 août 2014.

Newsletters