Santé

Cœur et post-partum, une période critique pour les femmes

Temps de lecture : 2 min

Six semaines après l'accouchement, les risques d'une insuffisance cardiaque mortelle sont démultipliés.

Femme enceinte | JerryLai0208 via Flickr CC License by
Femme enceinte | JerryLai0208 via Flickr CC License by

En Europe, les maladies cardiovasculaires chez les femmes enceintes sont devenues la première cause de mortalité durant la grossesse. Avec en corollaire, une augmentation des cas de diabète, d'hypertension et de surpoids chez ces femmes. Aux États-Unis, l'insuffisance cardiaque est l'une des principales causes de morbidité et de mortalité maternelles, où les taux de décès lié à la grossesse ont plus que doublé entre 1987 et 2011.

Selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Circulation: Heart Failure, l'insuffisance cardiaque est aujourd'hui un problème clinique d'envergure chez les femmes relativement jeunes en âge de procréer.

Une augmentation annuelle de 7,1% des diagnostics d'insuffisance cardiaque

Entre 2001 à 2011, les chercheurs de l'Université de l'Illinois à Chicago, menés par Mulubrhan Mogos, ont analysé 50 millions d'hospitalisations liées à la grossesse aux États-Unis. De 2001 à 2006, les scientifiques ont constaté une augmentation annuelle de 7,1% des diagnostics d'insuffisance cardiaque parmi les hospitalisations postnatales, avec une prévalence qui se stabilise jusqu'en 2011.

Leur travail observe aussi que si moins de 2% des hospitalisations liées à la grossesse surviennent pendant la période post-partum, soit dans les six semaines après l'accouchement, quasiment 60% des hospitalisations pour insuffisance cardiaque liées à la grossesse ont eu lieu pendant cette même période.

Avant l'accouchement, les taux d'insuffisance cardiaque augmentent en moyenne de 4,9% par an de 2001 à 2011, ce qui peut être attribuable notamment à l'hypertension artérielle ou au diabète, entre autres facteurs de risque présents chez les femmes avant qu'elles ne tombent enceintes.

Les chercheurs insistent donc sur la nécessité d'une surveillance étroite des femmes à haut risque après leur accouchement, et en particulier après leur sortie de l'hôpital.

Slate.fr

Newsletters

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

L'histoire de la tuberculose est à ce titre instructive.

Un homme s'est injecté son sperme pendant 18 mois pour soigner un mal de dos

Un homme s'est injecté son sperme pendant 18 mois pour soigner un mal de dos

Spoiler: cela n'a pas fonctionné.

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Il ne toucherait que la génération internet à l'exclusion des autres. Or, c'est bien parce que tout le monde est concerné que le burn-out mérite une réponse collective.

Newsletters