Culture

Faut-il changer la voix d'Apu dans les Simpson?

Temps de lecture : 2 min

Hank Azaria, voix officielle d’Apu depuis presque trente ans, se dit prêt à céder sa place.

Apu dans un épisode des Simpson. | Capture d'écran via YouTube License by
Apu dans un épisode des Simpson. | Capture d'écran via YouTube License by

En novembre 2017, un documentaire intitulé The Problem with Apu a exposé la représentation pleine de stéréotypes du personnage d'Apu Nahasapeemapetilon, gérant du Mini-Marché dans Les Simpson. Hari Kondabolu, à l'origine de ce projet, explique qu'Apu était utilisé par les enfants et les jeunes pour se moquer des Américains d'origine sud-asiatique, notamment par le biais de la phrase: «Thank you, come again».

Sur le plateau de l'émission The Late Show with Stephen Colbert, Hank Azaria, voix officielle d’Apu depuis presque trente ans, s'est dit prêt à passer la main à un acteur sud-asiatique:

«La chose la plus importante à faire c'est d'écouter ce que les Indiens ont à dire à ce sujet. J'ai envie de voir des acteurs indiens ou sud-asiatiques dans la salle d'écriture pour voir vers quelle direction il faut orienter le personnage d'Apu. Je suis prêt à céder ma place, je pense que c'est la meilleure chose à faire», explique-t-il.

Hank Azaria avait déjà fait part de son désarroi quant au fait qu'Apu puisse causer des préjudices et de la souffrance.

Le problème avec Apu

En 2017, dans une interview pour The Guardian, Hari Kondabolu avait déclaré qu'Apu était un instrument à travers lequel les enfants se moquaient de la communauté indienne:

«C'était parfait pour eux: Apu irradie de stéréotypes. Je me sentais vulnérable. Mes parents avaient un accent. Je me suis dit que c'était comme ça qu'ils allaient les voir», ajoute-t-il.

En avril dernier, les créateurs ont répondu à la polémique en mettant en scène Lisa Simpson qui demande à sa mère, Marge, de lui lire le livre qu'elle adorait quand elle était petite. Le problème est qu'il est bourré de stéréorypes racistes. Marge se charge donc d'euphémiser ces passages. Lisa répond en s'adressant directement à la caméra: «C'est toujours difficile, c'est quelque chose qui existe depuis plusieurs décennies, qui a été acclamé et considéré comme inoffensif et maintenant c'est politiquement incorrect. Qu'est ce qu'on peut faire?». La scène finit sur une photo d'Apu avec la phrase «Don’t have a cow» («Ne t'emballe pas») écrite dessus.

Après la diffusion de l'épisode, Hari Kondabolu avait tweeté qu'il était «triste» de la façon dont les créateurs avaient choisi de traiter ce sujet.

La semaine dernière, Al Jean, le producteur exécutif des Simpson, avait expliqué qu'il essaierait de trouver une solution à ce problème.

Slate.fr

Newsletters

Pour prendre conscience du talent d'Aretha Franklin, il faut écouter «One Step Ahead»

Pour prendre conscience du talent d'Aretha Franklin, il faut écouter «One Step Ahead»

Depuis l’annonce de sa mort, les tubes de la chanteuse tournent en boucle. Superbes, certes, mais pas autant que «One Step Ahead», chanson qui résume parfaitement cette facette intimiste moins connue de la reine de la soul.

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes

Joshua Blackburn adore les laveries automatiques. De là lui est venue l'idée du projet Coinop_London: dresser le portrait de Londres à travers ses laveries. «J'aime l'idée de se concentrer sur une petite tranche de la vie urbaine pour voir ce...

«Sexcrimes», objet cinématographique jouissif et stimulant

«Sexcrimes», objet cinématographique jouissif et stimulant

Le thriller à tiroirs de John McNaughton aurait pu tomber dans l'oubli. C'était sans compter sur sa posture terriblement aguicheuse, ses rebondissements mémorables et son second degré permanent.

Newsletters