Égalités / Monde

L'assemblée du Tennessee vote l'installation d'un monument aux fœtus avortés

Temps de lecture : 2 min

Si le texte est approuvé par le gouverneur, le monument sera placé au capitole de l'État.

Une manifestation anti-avortement à Washington, en janvier 2017 | Andrew Caballero-Reynolds / AFP
Une manifestation anti-avortement à Washington, en janvier 2017 | Andrew Caballero-Reynolds / AFP

Le sénat du Tennessee vient d'approuver, à vingt-trois voix contre trois, la création d'un monument à la mémoire des fœtus avortés. La Chambre de cet État conservateur a également voté en majorité pour.

Si le gouverneur républicain approuve le texte, le mémorial sera installé sur le terrain du capitole de l'État, situé à Nashville. Selon la proposition de loi, le monument sera financé par des dons privés, mais placé dans un espace public.

Comparaison à la Shoah et à l'esclavage

Les législateurs ont précisé que les citoyens seraient invités à proposer des idées pour le design du «Monument du Tennessee aux enfants qui ne sont pas nés». L'inscription suivante y sera gravée: «À la mémoire des victimes de l'avortement: bébés, femmes et hommes». Les deux élus à l'origine du projet s'étaient déjà fait connaître pour leur tentative de faire désigner la Bible comme livre officiel de l'État du Tennessee.

Un des sponsors de la loi, le républicain Bill Dunn, a comparé le futur monument à ceux érigés au capitole en l'honneur des victimes de la Shoah et de l'esclavage. Selon lui, le même «type d'inhumanité» est à l'œuvre: «Ces deux monuments déjà installés reconnaissent que des atrocités ont eu lieu parce que des êtres humains ont été traités comme moins qu'humains. Dans les deux cas, les vulnérables et les sans-défense ont été soumis à la volonté des puissants.»

Déjà un mémorial dans le Tennessee

Si le projet est approuvé, le monument serait le premier de ce genre à être érigé dans un capitole. Mais il existe déjà un monument à la mémoire des fœtus avortés dans le Tennessee, le National Memorial for the Unborn –un mur avec des noms d'enfants avortés.

Le mémorial a été érigé dans la ville de Chattanooga, sur le site d'une ancienne clinique réalisant des IVG, fermée en 1994 suite au militantisme d'organisations chrétiennes. Le site du monument explique que les activistes ont prié pendant plusieurs mois et qu'une «série de miracles» est advenue: deux des directrices de la clinique sont mortes de cancer l'une après l'autre.

Newsletters

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Pour la gent féminine, s'esclaffer a longtemps été encadré, contrôlé et craint: ce n'est qu'au XXe siècle qu'elles ont pu se permettre de rire à gorge déployée.

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio