Culture

VIDÉO. Comment bien utiliser le mot «fuck» dans un film américain

Temps de lecture : 2 min

Un seul, pas plus.

«Anchorman» / Dreamworks
«Anchorman» / Dreamworks

«Fuck, fuck, fuck». Voici trois mots consécutifs que vous avez peu de chances de voir dans un film américain à grand succès.

Si au départ, les règles étaient assez souples, depuis une grosse vingtaine d'années, pour ne pas être interdit aux moins de 17 ans sans la présence d'un adulte aux États-Unis (et donc perdre une part considérable de l'audience en salles), les films sont limités à un (voire parfois deux) «fucks».

Une restriction étrange (et sur laquelle il y a beaucoup à dire), mais une vidéo de Patrick Willems mise en ligne sur YouTube et reprise par Digg, montre que cela peut aussi être un atout dans la construction d'un film. En limitant son utilisation, on donne une importance toute particulière à chaque utilisation du mot «fuck», ce qui permet d'accentuer la tension dramatique, mais aussi le côté humoristique qui permet de relâcher la pression.

«Quand quelqu'un lâche un “fuck”, ça détonne, explique Patrick Willems. [...] L'un des bénéfices de cette règle c'est qu'elle a permis de faire du mot “fuck” une arme, dans les films déconseillés aux moins de 13 ans. C'est une restriction assez stupide qui offre une opportunité créative assez géniale.»

Fuck yes!

Slate.fr

Newsletters

Le voguing, grand absent de la série «Pose»

Le voguing, grand absent de la série «Pose»

En dépit de son succès critique, la série diffusée actuellement sur Canal+ passe à côté de son sujet.

Pour prendre conscience du talent d'Aretha Franklin, il faut écouter «One Step Ahead»

Pour prendre conscience du talent d'Aretha Franklin, il faut écouter «One Step Ahead»

Depuis l’annonce de sa mort, les tubes de la chanteuse tournent en boucle. Superbes, certes, mais pas autant que «One Step Ahead», chanson qui résume parfaitement cette facette intimiste moins connue de la reine de la soul.

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes

Joshua Blackburn adore les laveries automatiques. De là lui est venue l'idée du projet Coinop_London: dresser le portrait de Londres à travers ses laveries. «J'aime l'idée de se concentrer sur une petite tranche de la vie urbaine pour voir ce...

Newsletters