Santé

États-Unis: l’explosion des seniors consommateurs de cannabis

Temps de lecture : 2 min

Les baby-boomers ont, eux-aussi, le droit de planer.

Strange Buds | Cut via Youtube License by
Strange Buds | Cut via Youtube License by

La légalisation du cannabis récréatif et/ou médical dans vingt-neufs États des États-Unis a influencé l'opinion des Américains sur cette drogue: en 2017, 64% des citoyens américains étaient en faveur d'une légalisation à l’échelle du pays. Cette démocratisation a permis d’attirer un nouveau public: les seniors.

D’après le Huffington Post, aux États-Unis, le nombre de seniors qui consomment de la marijuana est en pleine explosion. Le développement de ce marché ouvre de nouveaux enjeux commerciaux: des dispensaires de cannabis proposent par exemple différentes activités à destination des personnes âgées, comme des cours de cuisine à la weed, la fabrication de cookies au cannabis ou l'initiation à la vapoteuse.

«J’ai la maladie de Parkinson et j’ai commencé à avoir du mal à coudre et à faire de la poterie. Je cherchais quelque chose qui pourrait me soulager. La marijuana m’aide beaucoup», raconte Joy, une nouvelle consommatrice cinquantenaire, dans une interview pour le Huffington Post.

Les consommateurs seniors sont plus que jamais enclins à essayer un jour le cannabis –notamment parce que la légalisation a permis un meilleur contrôle de la qualité des produits.

Comme l’explique John Sudderth, en charge des stocks au dispensaire de Lightshade à Denver (Colorado), les habitudes de consommation de certains de ces anciens hippies ont bien changé –exit les années Woodstock qui rimaient souvent avec excès.

«Ce groupe démographique consomme moins de cannabis que la moyenne et surtout à plus petite dose», explique-t-il.

Les seniors: le futur du cannabis médical

John Sudderth organise des réunions d’informations dans les maisons de retraite à propos des bienfaits du cannabis –notamment pour soulager les douleurs chroniques. L’intérêt des seniors pour la médecine alternative devrait avoir un impact important sur l'avenir du cannabis médical.

«Je souffre de douleurs au dos qui descendent jusque dans mes jambes. Avant, je prenais des opiacés. Maintenant, j'utilise une vapoteuse et je me sens bien», explique Layla, 80 ans.

Les seniors sont attirés par les nouvelles méthodes d’ingestion du cannabis et ont tendance à délaisser les joints et bangs. De fait, Linda Gilbert, en charge des analyses consommateurs à BDS Analytics, prédit une augmentation des ventes des produits comestibles avec des micro doses de THC et d'autres produits comme les patchs transdermiques et les vapoteuses.

«Les vapoteuses représentent 25% des ventes dans les dispensaires. Les gens ne veulent plus à avoir à rouler des joints, ils veulent quelque chose de facile à consommer. En plus, avec les vapoteuses la fumée est moins persistante: ça attire aussi les soccer moms», explique Shareef El-Sissi, directeur financier de Eden Extracts, une entreprise californienne spécialisée dans la créations de produits au cannabis.

Pour Lori, 75 ans, le cannabis c'est un mode de vie: «Je fume depuis 1962. Ça m'aide à dormir, je me sens mieux. J'adore vraiment planer».

Newsletters

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Nul besoin de vouloir un enfant à court terme pour avoir le droit de faire le point.

Pourquoi le variant Omicron pourrait résister au vaccin

Pourquoi le variant Omicron pourrait résister au vaccin

Une nouvelle lignée de SARS-CoV-2, B.1.1.529, a été identifiée. Baptisé Omicron par l'OMS, qui l'a catégorisé «préoccupant», ce variant a un profil génétique très différent des précédents.

Une nouvelle étude apporte un éclairage sur l'origine génétique de l'obésité

Une nouvelle étude apporte un éclairage sur l'origine génétique de l'obésité

Cette maladie pourrait résulter de l'absence d'un gène d'une protéine dans le corps humain.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio