Égalités

Le combat d'une sénatrice américaine pour amener son bébé au Congrès

Temps de lecture : 2 min

Suite à la proposition de la sénatrice Tammy Duckworth, le Sénat a voté pour autoriser la présence de bébés à l'assemblée.

La sénatrice Tammy Duckworth dans l'Illinois en avril 2017. | Scott Olson /AFP
La sénatrice Tammy Duckworth dans l'Illinois en avril 2017. | Scott Olson /AFP

Lorsque les cent sénateurs américains votent au Capitole, la règle en vigueur est que personne d'autre n'est autorisé dans la salle. Ce protocole posait problème pour la sénatrice démocrate Tammy Duckworth, qui a donné naissance à sa deuxième fille le 9 avril. Duckworth, qui a pris un congé maternité d'une semaine, souhaitait être présente pour les votes prévus en avril, tout en ayant la possibilité de s'occuper de sa fille et d'allaiter.

Elle a donc proposé une loi autorisant la présence d'enfants de moins d'un an au Congrès, et elle vient d'être adoptée au Sénat à l'unanimité. La question ne s'était pas vraiment posée avant Duckworth, qui est la première sénatrice de l'histoire américaine à accoucher pendant son mandat.

Limite d'âge fixée à un an

«C'était un débat très concret sur comment une nouvelle mère peut voter et continuer à s'occuper de son enfant», a expliqué la sénatrice Susan Collins. La limite d'âge a été fixée à un an car le but n'est pas non plus «d'avoir plusieurs enfants qui courent partout».

La sénatrice Amy Klobuchar, qui a mené des discussions avec ses collègues sur ce sujet pendant plusieurs semaines, a précisé que le code vestimentaire du Sénat ne s'appliquerait pas aux nourrissons.

Certains des sénateurs les plus âgés avaient quelques réticences, se demandant si des assistants parlementaires ne pourraient pas plutôt s'occuper du bébé pendant le vote, ou si la sénatrice ne pourrait pas plutôt rester avec son bébé dans le vestiaire adjacent et voter à partir de cet endroit. Mais au final personne ne s'est opposé à la mesure.

Le Sénat, qui est composé de 77% d'hommes avec une moyenne d'âge qui oscille autour de 60 ans, change rarement son protocole traditionnel. Le dernier changement de ce type –l'autorisation de chiens guides dans la chambre– date de 1977.

Tammy Duckworth, qui est sénatrice démocrate d'Illinois, a déclaré que le vote permettait de faire enfin entrer le Sénat au «XXIe siècle». Elle est habituée à être une pionnière, était non seulement la première sénatrice à donner naissance pendant son mandat, mais aussi la première sénatrice handicapée des États-Unis. Ancienne militaire, elle a perdu ses deux jambes pendant la guerre en Irak et marche à l'aide de deux prothèses.

Newsletters

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

Pourtant progressiste concernant les droits des femmes, le pays considère toujours l'IVG comme un crime. Une réforme est en cours d'examen au Parlement pour remédier à la situation.

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Passer un moment à l'abri de la pression sociale, c'est la promesse faite aux clientes de ces établissements. Deux d'entre eux viennent d'ouvrir dans le nord du Maroc.

Violences conjugales: faut-il reconnaître la légitime défense des victimes tuant leur conjoint?

Violences conjugales: faut-il reconnaître la légitime défense des victimes tuant leur conjoint?

Près de la moitié des femmes autrices d'homicide sur leur partenaire avait subi des violences antérieures de sa part. Le droit français peine encore à prendre en compte cette réalité.

Newsletters