Monde

Au Ghana, le gouvernement veut remplacer l'appel du muezzin par des messages WhatsApp

Temps de lecture : 2 min

L'idée est de lutter contre la pollution sonore, mais la communauté musulmane s'y oppose.

Prière pour l'Aïd el-Fitr à Accra au Ghana le 26 juin 2017. |  Cristina Aldehuela/AFP
Prière pour l'Aïd el-Fitr à Accra au Ghana le 26 juin 2017. | Cristina Aldehuela/AFP

Pour lutter contre la pollution sonore à Accra au Ghana, le gouvernement pense que les mosquées pourraient arrêter les appels à la prière diffusés via haut-parleur. Le ministre de l'Environnement, Kwabena Frimpong-Boateng, a une solution: remplacer l'appel du muezzin par des textos ou des messages WhatsApp.

«Pourquoi est-ce que l'horaire de la prière ne pourrait pas être transmis via texto ou WhatsApp? L'imam pourrait envoyer des messages WhatsApp à tout le monde», a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse.

Il a précisé au site Deutsche Welle: «Je crois que ça peut aider à réduire le bruit. C'est potentiellement controversé mais c'est quelque chose auquel nous pouvons réfléchir».

Des imams mécontents

La suggestion a été peu appréciée par la communauté musulmane, qui représente environ 20% de la population du Ghana. Des groupes ont demandé la démission du ministre. Un imam a rétorqué que les textos ne pouvaient pas réveiller les fidèles à l'aube, et un autre qu'il ne savait pas très bien comment il pourrait envoyer tant de messages WhatsApp cinq fois par jour. Il explique qu'il est d'accord pour baisser le son de la prière mais pas pour passer aux textos.

Quant au porte-parole du principal imam du pays, il a expliqué à la radio que ce genre d'interdiction constituait une violation de la liberté religieuse des musulmans.

La proposition du ministre est en partie inspirée du Rwanda, où le gouvernement a récemment interdit les appels à la prière dans la capitale de Kigali, également pour cause de pollution sonore. L'interdiction a jusqu'ici été respectée par tous mais contrairement au Ghana, les musulmans rwandais ne représentent que 5% de la population.

Dans des pays où les musulmans sont minoritaires, beaucoup utilisent déjà des applications mobile pour remplacer l'appel du muezzin et être notifié de l'horaire exact de la prière.

Newsletters

Aux États-Unis et au Canada, les caméras-piétons sur les policiers ont des effets plutôt positifs

Aux États-Unis et au Canada, les caméras-piétons sur les policiers ont des effets plutôt positifs

Les policiers français seront bientôt équipés à grande échelle pour filmer leurs interventions. Une pratique déjà mise en œuvre outre-Atlantique depuis plusieurs années.

Le retrait militaire au Sahel, un débat qui échappe aux parlementaires

Le retrait militaire au Sahel, un débat qui échappe aux parlementaires

Alors que la situation sur le terrain reste particulièrement critique, le sujet peine à émerger en France.

Malgré le Brexit, les eurosceptiques ont perdu la bataille en Europe

Malgré le Brexit, les eurosceptiques ont perdu la bataille en Europe

Depuis le référendum de 2016, les extrapolations quant à une possible extension ou généralisation d'un euroscepticisme flirtant avec le séparatisme ont été nombreuses... et dénuées de fondement.

Newsletters