Égalités / Sociéte

«Tu étais habillée comment?»: une exposition pour briser les préjugés autour des agressions sexuelles

Temps de lecture : 2 min

L’exposition «What were you wearing» se poursuivra jusqu’à la fin du mois d’avril, mois de la prévention et de la sensibilisation sur les agressions sexuelles aux États-Unis.

Exposition «What Were You Wearing» | WUFT News via Youtube License by

«Que portiez-vous ce jour là?»: cette question est très fréquemment posée aux victimes de viol et d’agression sexuelle –comme si une tenue vestimentaire pouvait justifier une quelconque culpabilité. Les étudiants de l’université de Floride ont décidé de créer une exposition afin de se réapproprier cette phrase (trop) souvent utilisée pour rejeter la faute sur les victimes et excuser les agresseurs.

Lazaro Tejera, un étudiant en quatrième année en biologie à l'université de Floride et responsable du comité Genre et Sexualité en Médecine est à l'initiative de l'exposition «What Were You Wearing», qui montre les vêtements portés par les victimes au moment où elles se sont faites agresser. En s'associant à STRIVE, un groupe dédié à la sensibilisation à propos des violences interpersonnelles, il a mis en place un formulaire anonyme en ligne afin de recueillir des témoignages de victimes.

Pyjamas, jeans, pull over, salopette… ces tenues répondent à la question posée par des juges et officiers de police et permettent de briser les préjugés autour des agressions sexuelles. De fait, les victimes sont souvent stigmatisées: une croyance populaire soutient le fait qu'un viol pourrait être évité si elles avaient porté une tenue plus couvrante. Petit rappel: en 2016, une enquête Ipsos révélait que pour 27% des Français, un violeur est moins responsable si la victime porte une mini-jupe ou une tenue sexy.

CNN décrit cette exposition comme une galerie des horreurs qui permet d’entrevoir l’expérience traumatique des victimes d’agressions dans une société où la culture du viol reste ancrée dans les mentalités.

«Je portais une salopette et mon t-shirt préféré. C’était l’été et il faisait chaud. Je suis rentrée chez eux parce qu’ils m’avaient dit qu’ils avaient de la limonade. Depuis, je ne porte plus de salopette», raconte une note à côté d’une des tenues.

Capture d'écran. Une salopette et un t-shirt blanc, une des tenues exposées | WUFT News

Des initiatives pour détruire les préjugés autour des agressions sexuelles

Cette exposition s’inscrit dans une dynamique de prise de pouvoir de la part des victimes d’agressions sexuelles: #MeToo, #BalanceTonPorc ou encore Time’s Up.

«Ce genre d’exposition permet d’illustrer les frustrations autour de la culture du viol», souligne Jen Brockman, directrice du centre de prévention et de sensibilisation sur les agressions sexuelles à l’université du Kansas, à l'initiative de la première exposition «What Were You Wearing?» à l’université d’Arkansas en 2013.

Capture d'écran. Un pyjama, un jean et un t-shirt «no prob-llama». | WUFT News

«Cette expérience m'a permis de prendre conscience de la réalité des agressions sexuelles. Quand on entend parler de viol dans les médias, ils ne parlent jamais des vêtements portés par la victime. Quand on se rend compte de ça, on se dit que ça peut vraiment arriver à tout le monde peu importe la personne ou le lieu», raconte Lazaro Tejera.

En 2015, Ione Wells, une étudiante à l'université d'Oxford, a créé le hashtag #NotGuilty –#PasCoupable en français– après s'être faite agressée un soir en rentrant chez elle. Ce message fait partie d'une campagne portant le même nom contre la violence sexuelle et la culpabilisation des victimes.

En 2017, dans une démarche plus décalée, la BBC a diffusé un sketch qui met en scène un homme qui porte plainte pour un vol de portable dans un commisariat. Dans la vidéo, l'enquêtrice lui pose les mêmes questions que l'on poserait aux victimes de viol:

«Est-ce que vous portiez ces vêtements au moment de l'agression? Vous semblez provocateur, vous allez l'air d'avoir de l'argent, c'est une invitation au vol. C'est comme si vous le faisiez exprès.»

Sketch «What were you wearing?» | Tracey Ullman's Show, BBC One.

Aurélie Rodrigues

Newsletters

Le plafond de verre en politique se brise peu à peu pour les LGBT

Le plafond de verre en politique se brise peu à peu pour les LGBT

La liste des pays dirigés par une personne LGBT est courte, mais grandit vite.

Une démocratie forte se doit de combattre le racisme

Une démocratie forte se doit de combattre le racisme

[Tribune] La législation contre le racisme et l’antisémitisme relevant de la loi sur la presse, il suffit de s’abriter derrière sa liberté d’expression pour passer entre les gouttes.

Un «incel» repenti regrette le manque d'ironie du mouvement masculiniste

Un «incel» repenti regrette le manque d'ironie du mouvement masculiniste

Jack Peterson a claqué la porte de la communauté des «célibataires involontaires».

Newsletters