Monde

Dans les Balkans, la dure lutte contre le sexisme ambiant

Temps de lecture : 7 min

L'Europe de l'Est a semblé relativement imperméable au déluge #MeToo. Mais quand on y regarde de plus près, d'autres initiatives émergent pour libérer la parole des femmes, et ce malgré un conservatisme bien présent.

Illustration Slate.fr
Illustration Slate.fr

Belgrade

Lorsqu'Ivana a vu ses amies partout dans le monde parler de leurs expériences de harcèlement et d'agressions sexuelles sur les réseaux sociaux, elle s'est dit qu'elle avait «de la chance». «J'étais sidérée par toutes ces histoires. Je me suis dit, heureusement que rien ne m'est jamais arrivé», raconte la juriste qui vit à Belgrade, en Serbie. Sauf que depuis, elle ne cesse de réfléchir. Et en fait si, des situations lui reviennent, comme la main de son moniteur d'auto-école, non-invitée, sur son genou. Maintenant, elle remarque le sexisme ordinaire de certains de ses collègues masculins.

Dans les pays d'ex-Yougoslavie, dont deux font partie de l'Union européenne (la Slovénie et la Croatie) et dont les autres négocient leur future intégration, certains comportements sont tellement normalisés qu'ils sont difficiles à nommer pour ce qu'ils sont: sexisme, harcèlement, agressions. Ici, le mouvement #MeToo, né du scandale des révélations d'agressions sexuelles perpétrées par le producteur hollywoodien Harvey Weinstein, n'a pas provoqué une vague de témoignages.

Pourtant, les femmes dans la région ont matière à se plaindre. Les discriminations au travail sont courantes, les salaires loin d'être égaux. La vision de la femme est conservatrice: au Kosovo, c'est le triptyque «maison, mariée à vingt ans et avec des enfants», résume Alborita Mehana, de l'ONG Girls Coding Kosova, qui soutient l'accès des femmes aux métiers de l'informatique. Dans cette République, malgré la loi, les femmes sont toujours majoritairement déshéritées au profit des hommes de leur famille. Les avortements sélectifs de filles sont toujours pratiqués dans la région, comme le montre une étude de l'Institut de recherche sur les populations. Les femmes victimes de viols de guerre pendant les conflits des années 1990 cherchent encore le soutien des institutions et de la société.

Conservatisme étouffant

Parler des violences sexuelles, notamment au sein du couple, relève encore d'un tabou. En Serbie, «quelques femmes anonymes se sont exprimées avec le mot-clef #metoo mais personne ne les a écoutées et les autres ont trop peur des répercussions pour faire pareil», estime Sanja Pavlovic, activiste au Centre pour l'autonomie des femmes à Belgrade. «Être victime de violences sexuelles est encore stigmatisant et honteux», complète Paula Zore, activiste du collectif féministe croate fAKTIV. «La violence contre les femmes n'est toujours pas reconnue comme un problème social. Cela reste une affaire privée», ajoute-t-elle.

Sur le papier, notamment grâce à la pression de l'Union européenne, les choses avancent. En Serbie, il existe une loi anti-harcèlement de rue depuis 2017. Mais les mentalités, y compris chez les leaders politiques, ne suivent pas. Ainsi lors de la dernière journée internationale des droits des femmes le 8 mars, le ministre serbe du travail et des affaires sociales Zoran Dordevic s'est plaint que les femmes sont «un peu trop critiques» dès que la question de l'égalité des sexes est abordée, puis les a gratifié d'un poème d'un auteur du XIXe siècle: «Les femmes n'ont pas besoin que vous les respectiez mais que vous les aimiez… Toutes les femmes aiment les hommes riches car les femmes sont toujours pauvres».

L'environnement politique est un donc facteur qui pousse les femmes à se taire. En Macédoine, gouvernée pendant dix ans par un parti conservateur et nationaliste, «les femmes ont dû faire face à de nombreuses tentatives de "retraditionalisation" avec des restrictions sur le droit à l'avortement et un discours qui considère les femmes avant tout comme des mères», explique Ana Vasileva, activiste féministe macédonienne. Des discours que l'on retrouve aujourd'hui dans l'UE, par exemple en Pologne.

En Croatie, membre de l'UE depuis 2013, l'Église catholique et les groupes ultra-conservateurs influencent l'agenda politique et social. Ce sont eux qui ont fait, grâce à un référendum, inscrire dans la constitution que le mariage ne peut être que «l'union d'un homme et une femme». Selon le politologue croate Dejan Jovic, «l'Église n'a jamais été autant impliquée dans la politique du pays et poursuit un programme anti-démocratique». «Elle considère avoir été la gardienne de l'identité croate pendant le communisme et se donne une responsabilité morale qui la place au-dessus des gouvernements», poursuit-il. Aujourd'hui, ces groupes de pression conservateurs font campagne contre la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre les violences faites aux femmes (Convention d'Istanbul). Ils l'accusent d'être un piège pour forcer l'introduction de la «théorie du genre» dans les écoles croates (le même épouvantail brandi par une certaine droite et des milieux catholiques en France).

Sexisme glamour

Si peu de gens se sont sentis concernés par le mouvement #metoo, c'est aussi que l'affaire Harvey Weinstein n'a pas été couverte ici avec la même indignation qu'aux Etats-Unis. «En Bosnie-Herzégovine et dans les pays voisins, la première réaction était de dire "tout ça c'est de la comédie". On apprend aux femmes qu'elles sont les seules responsables de ce qui leur arrive, ce qui provoque de l'auto-censure», analyse la journaliste Tijana Cvjeticanin depuis Sarajevo.

En Bosnie-Herzégovine et dans les pays voisins, la première réaction était de dire "tout ça c'est de la comédie"

Tijana Cvjeticanin, journaliste à Sarajevo

Quand des affaires sont mentionnées c'est souvent du point de vue… des hommes. Comme lorsqu'une journaliste auteure d'un blog de vulgarisation scientifique en Bosnie publie sur les réseaux sociaux les messages privés d'un éditeur bien connu: il lui propose son sperme congelé pour lui permettre de se réaliser en tant que femme (généreux). Il faut qu'un homme, un écrivain, s'en mêle et la soutienne pour que l'affaire sorte enfin dans les médias. «C'est symptomatique: une femme partage une expérience de harcèlement sexuel publiquement et les médias ne réagissent qu'après qu'un homme en parle», juge Tijana Cvjeticanin.

L'affaire Weinstein est plutôt prétexte à remplir les sections «potins» et «glamour». Et le féminisme n'en sort pas glorifié. En Serbie par exemple, les médias «n'ont que très peu parlé du mouvement #metoo, sauf pour le critiquer avec la lettre ouverte en France signée par cette actrice [Catherine Deneuve]», affirme Sanja Pavlovic. Les cas de violences conjugales et de féminicides sont traités souvent de façon sensationnaliste et comme des drames isolés les uns des autres. Quant aux cas au sein des couples connus, «les institutions ne soutiennent pas les victimes et le public doute et les juge, elles», déplore-t-elle encore.

Lorsque les femmes osent dénoncer des situations toxiques, les responsables médiatiques leurs sont même parfois explicitement hostiles. Ana Vasileva en a fait la difficile expérience en 2013. Après avoir rédigé un post de blog pour dénoncer la culture du viol dans son pays, «le propriétaire d'un site Internet très populaire s'est moqué de moi sur Twitter. À la fin de la journée, le hashtag #АнаВасилева (Ana Vasileva) est devenu viral et j'ai reçu des insultes et des menaces, en plus de l'anti-féminisme habituel», raconte-t-elle.

« Syndrome Hollywood »

En Croatie, la société civile et les mouvements progressistes comme le féminisme sont vus comme «des inventions libérales et, en même temps, des reliques communistes» par les groupes d'influence conservateurs, explique Dejan Jovic. «Le féminisme n'a pas une bonne connotation ici. Il est lié à la "culture occidentale" qui vient nous "envahir"», ajoute de son côté Tijana Cvjeticanin.

Certains internautes parlent de «syndrome Hollywood» lorsqu'une initiative citoyenne dénonce publiquement l'agression d'une de ses militantes par un artiste connu.

«Allez, que toutes les femmes que Johnny [l'homme en question] a attaqué et qui n'ont pas osé le dire viennent se faire connaître. Le syndrome Hollywood arrive en Serbie», ironise l'artiste serbe Mica Stajcic en commentaire de la publication de Ne Davimo Beograd.

Les problèmes soulevés par #metoo sont vus comme des phénomènes lointains. Les identifier chez soi reste encore difficile. Au Kosovo, Girls Coding Kosova a lancé une application pour rassembler des données sur le harcèlement appelée «marcher librement» (Ec Shlire) et ouvert le débat. Le chemin est long: d'après une étude (en anglais) du Réseaux des femmes du Kosovo réalisée en 2015, plus de 70 % des Kosovars (les femmes plus que les hommes!) pensent que les femmes provoquent le harcèlement elles-mêmes. Dans une autre étude, 20% des femmes pensent qu'un mari peut avoir une bonne raison de battre sa femme.

Au Monténégro «l'opinion dominante est que la violence n'existe pas ou qu'elle doit rester privée et le féminisme est un outil d'endoctrinement occidental», explique (anonymement) le collectif de jeunes femmes derrière le compte Twitter, «Dose quotidienne de sexisme». Face au manque d'information et de ressources, les jeunes femmes se sont lancées après le 8 mars dans un long travail de pédagogie sur les réseaux sociaux: «Nous montrons le sexisme en dénonçant ceux qui le pratiquent et surtout en expliquant pourquoi c'est un problème».

Tweet: «Les tâches ménagères ne sont pas réservées exclusivement aux femmes! Les médias ont un rôle important dans la formation de l'opinion publique –il est temps de changer ensemble le discours qui maintient le système de divisions sexuelles des rôles à la maison, au travail et dans la société».

#MeToo #JaIsto #SegaKazuvam #TaniTregoj

Katarina Kosmina, 26 ans, trouve que #metoo c'est formidable, mais «pourquoi est-ce un problème si les féministes serbes ou certains pays ou continents ne suivent pas une initiative qui vient des États-Unis», demande-t-elle? Pour la jeune femme serbe qui a étudié en Bosnie, à Chicago et en Hongrie, l'engagement féministe ne se mesure pas à l'aune d'un mouvement venu d'ailleurs. «Les mouvements féministes devraient venir de tous les pays, de toutes les tranches de la société et de tous les groupes discriminés qui comportent des femmes», ajoute-t-elle. C'est avec cette idée qu'elle a co-créé en 2017 le compte Twitter Manels of Serbia qui dénonce les panels de conférences composés seulement d'intervenants hommes et offre en plus des informations sur le sexisme. Avec le même outil que #metoo, donc, mais cette fois-ci en langue serbe et ciblé sur les discriminations sexuelles qui plombent la société serbe.

Tweet: «Nous travaillons plus, nous sommes moins payées. Bonne année à nous!»

En Macédoine, Ana Vasileva a fait le même constat. Avec un groupe d'activistes, elle a tout simplement traduit «#MeToo»: #SegaKazuvam en macédonien et #TaniTregoj en albanais (la plus grosse minorité de Macédoine). Le mot-clef signifie «maintenant, je parle». «C'était très important d'adapter et de traduire une initiative mondiale pour le contexte local afin qu'elle puisse fonctionner», explique l'activiste. Pour le lancement du mouvement, quarante activistes ont préparé leurs témoignages de harcèlement ou d'agression sexuels et les ont postés en même temps, le 16 janvier 2018 à midi pile. L'effet de groupe incite d'autres femmes à s'exprimer. «À la fin de la journée, nous avions plus de 200 posts publics. D'autres figures publiques, des actrices, des designers, ont rejoint le mouvement. Des personnalités politiques aussi nous ont soutenues», se réjouit l'activiste.

Les femmes qui choisissent de s'exprimer ont avant tout besoin de comprendre qu'un espace leur est ouvert. Et d'être comprises par ceux qui les entoure. Petit à petit, elles parlent, et à leur façon.

Marion Dautry Journaliste basée à Belgrade

Newsletters

Pendant neuf heures, les Cubains ont pu accéder à internet de n'importe où. Une révolution

Pendant neuf heures, les Cubains ont pu accéder à internet de n'importe où. Une révolution

«Nous devons être capable de mettre en ligne un contenu révolutionnaire» a déclaré le nouveau président cubain Miguel Díaz-Canel.

Responsables

Responsables

Aux États-Unis, un cheval maltraité fait un procès à son ancien propriétaire

Aux États-Unis, un cheval maltraité fait un procès à son ancien propriétaire

Des avocats ont engagé des poursuites au nom de l'animal et demandent au moins 100.000 dollars de dommages et intérêts.

Newsletters