Sociéte

Comment le monde de l'entreprise instrumentalise votre pause-café

Temps de lecture : 7 min

Et vous qui pensiez que la machine à café était votre dernier espace de liberté.

/
Coffee Break | iStock

Cet article est publié en partenariat avec le magazine trimestriel Machin Chose, distribué gratuitement à Paris et dans une dizaine de grandes villes de France. Pour accéder à l'intégralité du numéro en ligne, c'est par ici.

«Il se joue ici tous les actes de la comédie humaine. Luttes d’ego, trahisons, histoires de cul…» Non, cet homme élégant à la voix enrouée et au verbe grave ne parle pas des toilettes du dancefloor de la Mano, à Paris.

Il traîne sa robe dans les couloirs du palais de justice de Paris depuis suffisamment d’années pour savoir que la machine à café est un haut lieu de pouvoir de l’île de la Cité. «Avant, les avocats se retrouvaient à la buvette du Palais. Depuis qu’elle a fermé, le lieu de rencontre s’est déplacé devant la machine à café de l’ordre», explique-t-il.

«Vous voulez des infos? Traînez autour de la machine à café, confirme une greffière venue boire un gobelet entre deux audiences. C’est un lieu où les avocats échangent. Et les prévenus aussi, parce qu’ils n’ont pas toujours le droit de le faire dehors.» Eux peut-être, pris dans les mailles de la justice. Mais nous, on a le droit de papoter partout.

Pourtant, plusieurs fois par jour, c’est le même rituel, dans toutes les entreprises de France: les employés sont comme magnétisés par ces grosses machines qui déversent leur breuvage bouillant entre deux «luttes d’ego, trahisons, histoires de cul»… Machin Chose a mené l’enquête sur la machination du café en milieu professionnel.

Le cœur de l’entreprise

Comment expliquer l’audience de «Caméra Café» autrement que par la place unique de la machine à café dans la vie de l’employé français de la fin du siècle dernier? Dans les années 1980, la machine à café –avec ses touillettes et sa réputation de jus de chaussette immonde– s’est imposée comme le centre névralgique de la vie de bureau.

Iconique au point servir de périscope à quatre millions de téléspectateurs pour suivre les ragots d’une PME pas franchement intersectionnelle pendant plus de 570 épisodes –et autant de rediffusions. Un dispositif tellement efficace que la série est rachetée et adaptée dans soixante-dix pays.

«Il y a un côté totémique de la machine à café, explique Nicolas Santolaria, auteur du Syndrome de la chouquette (Anamosa), recueil de ses chroniques sur la vie de bureau parues dans Le Monde. C’est un lieu riche, car elle est dans la boîte, mais pas vraiment. C’est un lieu où l’on peut créer du contre-discours sur l’entreprise.»

Si la pop culture s’est emparée de la machine, la sociologie du travail, elle, l’a plutôt ignorée. «La pause­-café est hors du temps de travail. Elle n’a jamais fait partie des conquêtes salariales, comme les trente-cinq heures», explique Nicolas Roux, sociologue au Cnam.

Le code du travail, qui régit le temps de pause légal –vingt minutes toutes les six heures de travail consécutives, ne prévoit rien pour le moment du café, pourtant bien institutionnalisé dans les entreprises. «Il n’y a pas de droit spécifique à la pause-café, explique Éric Rocheblave, avocat en droit du travail. Ces moments de repos sont régis par les conventions collectives.»

Résultat, dans certaines entreprises, aller se faire un shot d’expresso relève de la stratégie militaire, comme le raconte Julie*, 24 ans, qui travaillait encore en novembre dans une boîte spécialisée dans les enquêtes téléphoniques. Dix minutes de pause, pas une de plus, logiciel à l’appui. «Si tu débordes, ils ne te payent pas le temps que tu n’as pas passé à travailler. C’est un peu court. À force de prendre onze ou douze minutes, tu finis par perdre de l’argent.»

Selon une étude britannique, la pause-café coûterait 490 euros par employé et par an aux entreprises britanniques. Sur l’ensemble d’une carrière, un salarié passerait 188 jours en pause-café. Oui, ils ont calculé.

Disneyland caféiné

De là à imaginer que certaines entreprises seraient tentées de supprimer ce temps passé à ragoter au détour d’un couloir? Peu de chances. La nouvelle tendance managériale semble, au contraire, de faire de ces temps de pause le nouveau Disneyland de la vie salariale.

Installation de cafétérias à néons, de machines ambiance barista ou de dosettes à volonté, plus rien n’est laissé au hasard. «Il y a, dans le monde du travail, une tendance à la réinstrumentalisation des périodes de creux, explique Nicolas Santolaria. On a beaucoup écrit que ces moments dits “hors travail” pouvaient booster la créativité des salariés.»

Des petits snacks gratuits? La possibilité de se servir un caffè macchiato? Une nouvelle Nespresso installée dans la cuisine? Autant de preuves d’amour de votre employeur à votre égard. «Nous conseillons à nos clients de proposer du café gratuit à leurs salariés, explique Julien Morel, directeur commercial de Nespresso, qui essaie depuis quelques années de truster le marché du café en entreprise. C’est une preuve que l’employeur prend soin de ses collaborateurs. On parle de symétrie de l’attention: on demande l’excellence aux salariés, mais on prend soin d’eux en retour.» Et tant mieux si c’est avec un petit Espresso Forte, best-seller de Nespresso en entreprise.

La pause-café peut aussi se révéler un excellent booster de productivité, à en croire tout un panel de recherches qui ont dû –on imagine– taper dans l’œil de nombreux services RH. En 2009, le MIT mène une étude auprès de salariés d’un call center de la Bank of America et conclut que ceux qui échangeaient beaucoup avec leurs collègues étaient plus productifs et moins stressés. La Banque transforme alors le coin cafet’ pour encourager les interactions. Et ça fonctionne: plus quinze  millions de dollars en un an.

«À coup de petites dosettes, la pause-café devient un moment de productivité, explique la sociologue du travail Danièle Linhart. L’idée est de maintenir le salarié dans une situation optimale, qui maximise ses capacités de production. Une machine à café dernier cri, c’est aussi la compensation d’une organisation du travail dont le salarié est dépossédé.»

Ce processus sournois, Mathilde Ramadier l’a repéré alors qu’elle travaillait à Berlin. Une expérience qu’elle relate dans Bienvenue dans le nouveau monde. Comment j’ai survécu à la coolitude des start-ups (Premier Parallèle). Elle y raconte l’enfer qui se joue entre deux parties de baby-foot et un open space aux faux airs de coffee shop.

«Dans les boîtes dans lesquelles j’ai travaillé, on avait une jolie cuisine, du lait de soja, du café délicieux et des snacks à volonté. Je suis toujours étonnée quand je vois l’espace de travail devenir aussi confortable que l’est une maison. Si on veut prendre un café avec des amis, j’estime qu’il est temps de rentrer chez soi. Tout ce confort offert au salarié, c’est aussi un moyen de le faire rester dans les murs de l’entreprise le plus longtemps possible.»

Et il y a de quoi se sentir mal à l’aise, quand on sent combien tout est déployé pour nous faire passer la pilule de la vie en milieu de labeur. «Chez nous, tout est fait pour que tu n’aies pas besoin de sortir, nous raconte une employée d’un grand groupe qui a récemment déménagé en proche banlieue. On se croirait chez Google: table de ping-pong, conciergerie, esthéticienne…»

Pour rendre ses salariés heureux, des «estaminets» ont été installés à tous étages. «Une sorte d’invitation à la pause et au cocooning. Sauf qu’ils sont devant les ascenseurs, à la vue de tous. Résultat, tu te sens toujours pris en faute à être en pause au lieu de travailler», raconte cette employée.

Un sentiment de culpabilité facilement balayé d’un revers de la main quand c’est l’employeur lui-même qui vous la prend pour vous emmener faire un petit break. Comme en Suède, pendant la fika. «Cette pause-café est une tradition très importante dans notre culture, explique Anna Brones, auteure de Fika: the Art of the Swedish Coffee Break (Ten Speed Press). Dans les bureaux suédois, il y a toujours une pause le matin et l’après-midi et souvent, on trouve même un “fikarum”, une salle où les collègues peuvent se retrouver autour d’un café.»

Le concept a été adopté aujourd’hui dans les locaux d’Ikea France. À 10 heures, on s’arrête pour partager un petit-déjeuner. À 15 heures, un goûter offert par la maison. «C’est un temps très important pour notre entreprise, explique-t-on du côté des RH. Un moment convivial où l’on célèbre parfois des événements, où se crée de l’émulation.» Voire plus si affinités. La charte de l’entreprise n’hésite pas à rappeler que «quelques-unes des meilleures idées et décisions ont émergé pendant un fika». C’est compris?

Coworker nation

Si aujourd’hui 70% des entreprises sont équipées de distributeurs automatiques, la machine à café traditionnelle est en perte de vitesse face à des modèles concurrents, ravis de lui griller la priorité sur le sujet du bien-être des salariés.

Le leader du secteur, Selecta, n’a pas l’air de s’inquiéter. Consciente des attentes de ses clients, l’entreprise suisse, leader du marché en France, a commencé à diversifier ses offres. En 2015, elle s’associe à Starbucks pour proposer des cafés «on the go», à la new-yorkaise. «On essaie de promouvoir différents concepts auprès de nos clients», explique Anthony Giron, directeur général.

Une incursion dans le marché du travail qui n’est finalement pas loin de celle opérée dans les années 1950 aux États-Unis, quand le lobby Pan American Coffee Bureau a commencé à communiquer autour de la notion de «coffee break» dans les entreprises, montrant combien l’industrie du café avait la main sur ce qui se passait dans le monde du travail.

Une mainmise qui a toujours court aujourd’hui. La preuve? Les cafés accueillent les petits soldats de la start-up nation. 12h30, à l’Anticafé de République à Paris, une demi-douzaine de clients ont les yeux rivés sur leur ordi. Contre cinq euros de l’heure, ils peuvent se poser et consommer à volonté. Avant d’être un café, l’établissement est un espace de coworking. «Travail et café, ça va ensemble», défend la gérante Sarah Lonegro.

«Dans l’imaginaire collectif, le café est vu comme le carburant du travailleur intellectuel. Il est associé à l’idée d’une efficacité cérébrale, estime Yacine Badday, l’un des clients. 90% des gens sont ici pour bosser.» La pause-café a gagné, mais elle est devenue un moment de travail.

* Le prénom a été modifié.

Alban Elkaïm Journaliste

Raphaëlle Elkrief Journaliste chez Stylist.

Machin Chose Version masculine de Stylist

Newsletters

Dois-je attendre qu'il quitte sa femme pour moi?

Dois-je attendre qu'il quitte sa femme pour moi?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Passer son adolescence au sein d'une milice d'extrême droite (et réussir à s'en sortir)

Passer son adolescence au sein d'une milice d'extrême droite (et réussir à s'en sortir)

Le quotidien de Daniel Southwell, quand il avait 13 ans, était régi par la paranoïa.

Antisémitisme: pourquoi il ne peut pas y avoir de Vatican II de l'islam

Antisémitisme: pourquoi il ne peut pas y avoir de Vatican II de l'islam

Le «Manifeste contre un nouvel antisémitisme», signé par Philippe Val et plus de 250 soutiens dans «Le Parisien» du 22 avril, appelle à une réforme du Coran, citant en exemple les évolutions du dogme catholique. Une fausse route tant historique que théologique.

Newsletters