Égalités

La courte carrière du pin's «Fierté hétéro»

Temps de lecture : 2 min

Critiqués et moqués, les vendeurs britanniques des pin's "Straight pride" ont fini par les retirer du marché.

Le pin's "Straight Pride" | capture d'écran Youtube
Le pin's "Straight Pride" | capture d'écran Youtube

Les responsables du site 1000Flags, qui propose principalement des drapeaux et des produits dérivés, viennent de réaliser que certaines choses ne se faisaient pas. Après avoir commercialisé sur leur site et sur Amazon un pin's permettant de revendiquer sa fierté d'être hétéro, ils ont dû se résoudre à retirer cet article de la vente suite à un déferlement de critiques et de railleries.

Intitulé «Straight Flag», le pin's représente un drapeau comportant six bandes horizontales allant du gris foncé jusqu'au blanc. Il s'agit évidemment d'une référence directe au drapeau arc-en-ciel («Rainbow Flag») créé par Gilbert Baker en 1978, qui représente la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre). Ce dernier est notamment utilisé lors des marches des fiertés pour revendiquer le droit de chacun et chacune à pouvoir mener sa vie amoureuse, sa vie sexuelle et sa vie personnelle sans avoir à subir de discriminations.

Pas de drapeau hétéro officiel, et c'est bien normal

Newsweek, qui a révélé l'existence et la mise en vente de ce pin's, rappelle qu'il n'y a pas de drapeau hétéro officiel, si ce n'est celui créé par le parti de Vladimir Poutine en 2015. Et c'est bien normal: l'hétérosexualité n'est pas un combat. Il est assez peu probable que qui que ce soit se fasse casser la figure en raison de son attirance pour les personnes du genre opposé, ou qu'un commentateur sportif insulte des footballeurs en les qualifiant d'«hétérosexuels». L'hétérosexualité est un statut assez confortable, qui n'a donc nul besoin d'être revendiqué.

C'est ce que n'ont pas manqué de rappeler les utilisateurs et utilisatrices d'Amazon, qui ont assailli la page (aujourd'hui supprimée) de l'article afin de lui donner la note minimale et d'expliquer que derrière cette envie de revendiquer son hétérosexualité se cache bien souvent (pour ne pas dire toujours) un fort relent d'homophobie, de biphobie et de transphobie.

Sur Twitter, utilisateurs et utilisatrices s'en sont donné à coeur joie, en profitant parfois pour attaquer le visuel de ce drapeau hétéro.

(«Donc, apparemment, ceci est un drapeau de la fierté hétéro... Je sais... C'est dur de vivre votre vie parce que PERSONNE NE VOUS DISCRIMINE»)

(«Le drapeau de la fierté hétéro ressemble à un nuancier Dulux sur le thème de la dépression»)

Des justifications mais pas d'excuses

C'est après avoir été contactés par Newsweek à propos des nombreux commentaires critiquant le pin's que les dirigeants de 1000Flags ont décidé de le retirer de la vente.

L'un des patrons du site, Mark Horler, rappelle que de nombreux pin's pro-LGBT y sont disponibles, du fameux rainbow flag jusqu'au triangle rose permettant de rappeler que l'homophobie continue à faire souffrir et à tuer. «L'idée du drapeau "Straight Flag" est venue d'une image trouvée sur Internet. Nous n'avons jamais produit de pin's dans un but anti LGBT, et nous sommes révoltés à l'idée que des gens puissent penser cela», a-t-il affirmé. Des excuses en bonne et due forme auraient sans doute été bienvenues.

Slate.fr

Newsletters

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Avec le tournant des années 1990, les femmes ont eu accès à l'éducation: la pression culturelle demeure.

Hitchcock, Zanuck, Cohn, Warner et Mayer étaient les Weinstein du XXe siècle

Hitchcock, Zanuck, Cohn, Warner et Mayer étaient les Weinstein du XXe siècle

Avec des hommes tout-puissants à leur tête, les studios hollywoodiens avaient fait du harcèlement, du viol et du chantage sexuel des pratiques systémiques. Des maisons closes trop pleines, comme les décrivait Marilyn Monroe.

Une femme voilée sur quatre s'est déjà fait pousser sur une plateforme de métro à New York

Une femme voilée sur quatre s'est déjà fait pousser sur une plateforme de métro à New York

La Commission sur les droits humains de New York vient de publier un rapport sur les discriminations dont sont victimes certaines minorités.

Newsletters