Boire & manger

Starbucks épinglé pour racisme après l'arrestation de deux hommes noirs

Temps de lecture : 2 min

La police a débarqué dans l'un des cafés de l'enseigne au motif que les clients n'avaient rien commandé...

Starbucks | tico_24 via Flickr CC License by
Starbucks | tico_24 via Flickr CC License by

Jeudi dernier, une utilisatrice de Twitter postait une vidéo prise dans un Starbucks de Philadelphie. On y voyait des agents de police, venus en nombre, menotter et embarquer deux hommes noirs.

Légende de la vidéo: «La police a été appelée parce que ces hommes n'avaient rien commandé. Ils attendaient un de leurs amis, qui est arrivé au moment où ils étaient emmenés, menottes aux poignets. Toutes les personnes blanches se demandent pourquoi ça ne nous arrive jamais quand nous faisons la même chose».

D'après Melissa DePino, l'auteure du tweet partagé plus de 140 000 fois, les deux hommes ont finalement été relâchés quelques heures plus tard. Ces deux courtiers immobiliers voulaient juste passer un moment avec un ami.

Dans un tweet posté 24 heures après, Melissa DePino résume parfaitement le problème: «Depuis que j'ai publié ceci, des personnes blanches, amies ou inconnues, me disent : "il doit manquer un élément dans cette histoire". Cette supposition est une grande partie du problème. Ce genre de choses arrive. Tout le temps. Mais ni à vous ni à moi. Croyez-le et parlez-en.»

Décrits comme des intrus

Le commissaire Richard Ross, de la police de Philadelphie, s'est exprimé sur cette affaire en répondant à Newsweek: «Les agents n'ont absolument rien fait de mal. Ils ont fait ce pourquoi ils ont été appelés». L'appel passé par les membres du personnel de ce Starbucks faisait état d'une «intrusion» de la part de ces deux hommes qui «refusaient de quitter les lieux».

D'après Richard Ross, ils n'ont rien commandé et ont demandé à utiliser les toilettes. Soit exactement mon comportement quand j'attends quelqu'un au Starbucks, que j'ai envie de faire pipi, et que je n'ai pas envie que mon caramel macchiato refroidisse pendant que je patiente. Sauf que je suis blanc et qu'on ne m'a jamais envoyé au poste pour ça.

Ross évoque évidemment les règles en vigueur chez Starbucks comme dans la plupart des autres restaurants, cafés et bars: pour pouvoir s'installer et profiter des lieux, il faut commander et consommer les produits vendus sur place. Une règle généralement appliquée avec bien plus de tolérance.

Si les deux hommes ont été relâchés par la police, ce n'est pas parce que l'équipe dirigeante du Starbucks avait fait amende honorable, mais parce que le café «n'était plus intéressé par une plainte». Et pour cause.

Les excuses de Starbucks

Il a fallu une quarantaine d'heures pour que Starbucks réagisse officiellement sur Twitter, en présentant ses excuses aux deux hommes ainsi qu'à l'ensemble des clientes et clients de la chaîne, et en regrettant que l'incident se soit conclu par une arrestation.

Ce samedi, le maire de Philadelphie Jim Kenney a également réagi, affirmant que l'arrestation des deux hommes constituait un exemple très représentatif de ce à quoi peut ressembler la discrimination raciale en 2018. Humiliés en place publique parce qu'ils avaient juste voulu attendre un ami pour commander, ces deux hommes n'auraient sans doute rencontré aucun problème s'ils avaient été blancs.

Slate.fr

Newsletters

Idées de weekend pour se détendre et se régaler

Idées de weekend pour se détendre et se régaler

Vous êtes plutôt «english way of life» ou Relais & Châteaux proche de Paris?

Le bout de salade entre les dents, un dilemme du savoir-vivre

Le bout de salade entre les dents, un dilemme du savoir-vivre

On hésite à prévenir la personne en face de soi de la présence de ce vert intrus et à la tirer ainsi d’une situation gênante. Un paradoxe qui trouve son origine dans les règles du savoir-vivre.

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Des scientifiques australiens étudient les effondrements de milieux poreux en versant du lait sur des céréales.

Newsletters