Culture

«Fuck the World», l'énorme pénis bleu qui divise Stockholm

Temps de lecture : 2 min

Carolina Falkhort a encore frappé: la «graffita» suédoise vient de choquer tout Stockholm avec sa nouvelle oeuvre de rue.

Le pénis bleu signé Carolina Falkhort (Stockholm) | capture d'écran Youtube (vidéo Mark Pettersson)
Le pénis bleu signé Carolina Falkhort (Stockholm) | capture d'écran Youtube (vidéo Mark Pettersson)

Cela aurait fait une publicité imparable pour la version pornographique d'Avatar, le film de James Cameron dont la suite est prévue pour fin 2020. Mais ça n'est en fait «que» de l'art. Apposé sur le côté d'un immeuble de Stockholm, un pénis bleu d'une hauteur de cinq étages vient de créer la polémique dans la capitale suédoise, où de nombreuses personnes estiment qu'une telle oeuvre n'est pas à mettre devant tous les yeux.

Fièrement dressé vers le ciel, cet énorme phallus bleu est actuellement visible sur l'île de Kungsholmen, l'une des îles qui composent Stockholm. Spécialiste des pénis et des vulves, l'artiste Carolina Falkhort dit espérer que celle-ci pourra rester visible pendant une durée de six mois. Rappelons qu'à Manhattan, en décembre dernier, une oeuvre similaire (mais rose) de l'artiste avait tenu à peine 48 heures avant que la population n'obtienne de la faire recouvrir.

Graffita

Née à Göteborg en 1977, Caroline Falkhort est également connue sous le pseudonyme de Blue. Elle se décrit comme une «graffita», jeu de mots entre son activité de graffeuse et le mot suédois «fitta», que l'on peut traduire par «con» ou «chatte».

Intitulée Fuck the World, sa dernière oeuvre ne devrait finalement pas rester visible très longtemps. Propriétaire de l'immeuble, l'entreprise Atrium Ljungberg permet depuis 2008 à des artistes de rue d'utiliser ce mur latéral comme support pour de nouvelles créations. L'une des responsables de la firme vient cependant d'annoncer que l'oeuvre de Carolina Falkhort serait repeinte dans moins d'une semaine suite aux plaintes répétées reçues par les autorités locales. La présence d'une école maternelle non loin de là aurait notamment pesé dans la balance.

L'artiste semblait pourtant croire que l'ouverture d'esprit des Stockholmoises et des Stockholmois allait permettre à Fuck the World – qu'elle décrit comme une «réincarnation» – de rester visible aussi longtemps que possible. «Ici, il y a plus d'espace intellectuel pour parler de ce sujet de façon nuancée», affirmait-elle au Guardian. Perdu. Malgré les nombreuses réactions positives et/ou amusées lues sur les réseaux sociaux, le pénis bleu de cinq étages va bientôt disparaître.

Slate.fr

Newsletters

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

C’est la vision que l’art contemporain m’a donnée du football à travers l’exposition «Par amour du jeu» aux Magasins généraux.

Faut-il encore défendre le rap?

Faut-il encore défendre le rap?

Cela fait trente ans que certains acteurs du milieu rap tentent d’expliquer ce qu’est réellement cette musique, devant des gens qui ne veulent rien entendre dans le but de servir une idéologie. La polémique sur Médine en est un nouvel exemple.

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

En devenant une industrie, Hollywood s'est structuré en studios, avec le corps des femmes, actrices malléables à volonté, comme valeur marchande, et avec les avortements forcés, le «slut shaming» ou le chantage comme outils de coercition.

Newsletters