Politique

Au 13h de Pernaut, Macron n'a pas boudé son plaisir

Temps de lecture : 2 min

Une prise de parole à un moment clé du quinquennat?

Emmanuel Macron, qui ne porte pas en grande estime les journalistes, s’en était éloigné un temps, préférant le dialogue direct avec les Français. Mais, à l’heure où le tonnerre gronde, le président de la République réapparait et rappelle les micros.

Il s'est invité dans le Journal de 13h de Jean-Pierre Pernaut ce jeudi et sera interviewé dimanche soir par Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin. Deux interventions et du temps de parole à rendre jaloux les autres.

Emmanuel Macron affronte différents mouvements de protestation –grèves SNCF, blocage des universités, grogne contre les 80 km/h sur les routes nationales et départementales. Il a tenté de faire de la pédagogie tout en restant ferme.

Sur TF1, le président de la République était-il convainquant dans cette figure d'ordre et autorité? S'est-il adressé à tous? Quelle trace cette interview laissera-t-elle dans l'opinion publique?

Les réponses de Roland Cayrol, politologue et directeur de recherche associé au Cevipof, Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match et Samuel Le Goff, journaliste pour la revue Contextes, dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24 en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Newsletters

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

[Tribune] Comment le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pouvait-il défendre ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Direction Londres, qui connaît un mois de janvier mouvementé. À la fin du mois, le 31, nos amis britanniques vont dire bye bye à l'Europe. Des adieux prévus de longue date, maintes fois repoussés. Ceux qu'on n'avait pas vu venir en revanche,...

Newsletters