Boire & manger

Vous pourrez bientôt boire des bières plus écolos

Temps de lecture : 2 min

AB inBev a mis au point une façon de brasser la bière à température plus basse qui consomme moins d'énergie. Elle pourrait ainsi réduire sa consommation totale de CO2 de 5%.

De vieux réservoirs en cuivre dans une brasserie de grupo Modelo, propriété du groupe AB inBev, à Mexico, le 28 septembre 2016 | Ronaldo Schemidt / AFP
De vieux réservoirs en cuivre dans une brasserie de grupo Modelo, propriété du groupe AB inBev, à Mexico, le 28 septembre 2016 | Ronaldo Schemidt / AFP

Les bulles des bières fabriquées par AB InBev, la plus grande industrie brassicole au monde, seront bientôt obtenues par un procédé plus écologique qui pourrait réduire les émissions de CO2 de l'entreprise de 5%.

Gaspiller moins d'eau et d'énergie

Durant quatre ans, des tests expérimentaux ont été menés à Louvain, puis au Royaume-Uni, afin de générer les bulles de gaz nécessaires au maltage des céréales avant la fermentation, sans faire bouillir l'eau et le houblon, de façon à utiliser moins d'eau et de chaleur lors de l'opération.

«La nouvelle méthode consiste à chauffer la bière en-dessous du point d'ébullition et ensuite d'insuffler du nitrogen ou du CO2 dans le réservoir pour créer des bulles sans modifier le goût. L'entreprise soutient que parce que la bière est brassée à une température plus basse dans la phase initiale, elle peut également rester fraîche plus longtemps», explique le Guardian.

Alors que les bulles sont essentielles dans l'appréciation du goût de la bière, d'après ses expériences, AB InBev maintient que ce dernier reste inchangé par leur nouvelle façon de faire. Les bulles présentes dans le produit fini sont quant à elles toujours issues du processus habituel, c'est-à-dire «par la digestion des sucres par la levure ou par la mise sous pression dans le fût de bière».

Par ce seul changement, l'eau évaporée représenterait moins de 1%, contre 5% auparavant. David de Schutter, le directeur de l'innovation et du développement technologique de AB InBev Europe, estime qu'il serait ainsi possible d'économiser 80% d'énergie.

Encore à l'état expérimental, la méthode devrait être appliquée dans toutes les brasseries détenues par la compagnie d'ici dix ans. Misant sur une réduction de 5% de ses émissions de dioxyde de carbone, la firme indique que cela correspondrait à économiser l'équivalent de la consommation énergétique de 120.000 familles.

Implantée dans 25 pays, AB InBev a un chiffre d'affaire annuel de 47,1 milliards de dollars (soit 38 milliards d'euros).

Newsletters

De quoi les grands chefs ne peuvent-ils pas se passer en cuisine?

De quoi les grands chefs ne peuvent-ils pas se passer en cuisine?

Des dizaines de personnalités de la gastronomie française répondent.

À Rome, deux hôtels enchanteurs au goût d'éternité

À Rome, deux hôtels enchanteurs au goût d'éternité

L'Hotel Eden et l'Hotel Hassler sont des lieux inégalés qui rendent la merveilleuse capitale italienne encore plus inoubliable.

Une intelligence artificielle pour brasser la bière de ses rêves

Une intelligence artificielle pour brasser la bière de ses rêves

Et pour trouver des parades s'il vous manque des ingrédients.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio