Politique

Non, Emmanuel Macron n'a pas remis en cause la laïcité en appelant les religions à s'engager dans le débat public

Temps de lecture : 7 min

Dans son discours devant la Conférence des évêques de France, le 9 avril, le Président a privilégié une laïcité de dialogue et de reconnaissance à une laïcité de combat et d’exclusion.

/
Emmanuel Macron au collège des Bernardins, le 9 avril 2018 | Ludovic Marin / Pool / AFP

Mais quel crime a donc commis Emmanuel Macron en se présentant lundi 9 avril, pour la première fois, devant la Conférence des évêques de France au collège des Bernardins à Paris, dont le cardinal Jean-Marie Lustiger voulait faire un lieu de passage entre les religions et la culture contemporaine? Quelle faute a-t-il commise en appelant les catholiques à «s’engager» plus fortement dans la vie politique française?

La volée de bois vert qu’il a reçue de toute la gauche ultralaïque, de Benoît Hamon à Jean-Luc Mélenchon, témoigne d’une désespérante obsession française: se pincer le nez à l’évocation du rôle joué par la religion dans l’éducation et l’engagement politique, établir la plus stricte frontière entre la religion –reléguée exclusivement à la sphère du privé– et son expression publique, bannir toute référence –voire tout symbolisme religieux– qui pourrait empiéter sur l’espace public et la décision politique.

Corriger une injustice

Emmanuel Macron voulait d’abord corriger une injustice. Depuis longtemps, tous les présidents assistent au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Et, pendant le ramadan, des ministres, parfois le chef de l’État lui-même, participent à des ruptures de jeûne dans les mosquées.

Des responsables catholiques ressentaient comme une frustration, voire une forme d’ostracisme, l’absence de toute manifestation officielle réunissant les autorités de l’État et les représentants de l’Église. Mais cela a suffi à ranimer les fantasmes de l’alliance du trône et de l’autel, du sabre et du goupillon.

Se présenter devant la Conférence des évêques, comme l’a fait le président de la République, annoncer qu’il était temps de «réparer» le lien «abîmé» entre l’Église et la puissance publique, inciter les catholiques à prendre toute leur place, non seulement dans les institutions charitables ou éducatives –ce qu’ils font depuis toujours– mais dans le débat sociétal et politique, est-ce une atteinte à la loi de 1905? Est-ce trahir une laïcité que ni ce président, ni la hiérarchie catholique, après l’avoir longtemps combattue, n’ont l’intention de remettre en cause?

Et pourtant, un Benoît Hamon parle de «confusion républicaine totale», d’«affront inédit et dangereux à la laïcité». Un Olivier Faure, nouveau premier secrétaire du PS, conteste que l'Église ait jamais été bannie du débat public et rappelle qu’en République laïque, aucune foi ne saurait s'imposer à la loi.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il ironise, dans la veine des blagues anticléricales d’autrefois: «Le chanoine Macron a-t-il l'intention de faire la tournée des synagogues, des mosquées et des temples?»; «On attend un président, on entend un sous-curé».

Se démarquer de ses prédécesseurs

Qu’a voulu dire et faire Emmanuel Macron? «Réparer» le lien, comme il dit, c’est d’abord une pierre jetée dans le jardin de ses deux prédécesseurs.

Nicolas Sarkozy, d'abord, dont le fameux discours à Saint-Jean-de Latran, à Rome en décembre 2007, avait une évidente portée électoraliste –quand il mettait sur le même plan le rôle du curé et de l’instituteur dans l’éveil à la conscience des jeunes Français.

François Hollande, ensuite, qui dès le discours du Bourget du 22 janvier 2012, opposait démocratie et religions, affirmait que la démocratie était plus forte que l’argent, plus forte aussi que les croyances et les religions. «Il posait là une sorte d’extériorité réciproque de la République et du religieux», souligne Philippe Portier, politologue de l’École pratique des hautes études. Souvenons-nous comment François Hollande a fait passer des lois sociétales –mariage pour tous, notamment– rejetées par les religions et favorables à la gauche, comme pour compenser l’effet d’une politique économique jugée très libérale?

Emmanuel Macron cherche donc à se démarquer des présidents précédents, mais on lui oppose que ce n’est pas le bon moment pour «pacifier» la relation avec l’Église, alors qu’on observe une forte «droitisation» des catholiques: dans les urnes (38% des pratiquants ont voté Marine Le Pen au deuxième tour de la présidentielle de 2017), dans les comportements militants, sur certains sites, et dans des revues intégristes souvent haineuses.

Ne pas céder aux inquiétudes et pressions de l'épiscopat

La peur de l’hégémonie culturelle d’une gauche «libérale-libertaire», celles de l’immigration, puis d’un islam conquérant, d’une laïcité plus radicale, d’une «cathophobie» montante convergent. Elles rendent aujourd’hui plus difficiles et risqués le dialogue et les compromis avec l’État.

Mais l’Église catholique ne se réduit pas aux thèses extrêmes de la Manif pour tous, de Sens commun, d’une Christine Boutin aujourd’hui effacée, d’une Marion Maréchal Le Pen qui, par ses campagnes contre le mariage pour tous ou contre l’avortement, serait la figure du Front national la plus «catho-compatible».

Le président de la République a montré le 9 avril qu’il n’entendait céder en rien aux inquiétudes et aux pressions de l’épiscopat français sur la révision des lois de bioéthique, sur l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA), ni sur la reconnaissance de la grossesse pour autrui (GPA).

Il n’y a pas d’«agenda caché», a-t-il dit pour rassurer ses interlocuteurs. Tout en précisant: «Mais la voix de l’Église ne peut être injonctive». Tenez vous-en à votre rôle de «questionneurs»! C’est clair.

De même, face aux accusations des ONG catholiques d’un manque de générosité de l’État sur l’accueil des migrants et des réfugiés, Emmanuel Macron, en présence de son ministre de l’Intérieur Gérard Colomb, n’a laissé percevoir aucun fléchissement et a plaidé, devant les évêques, l’«humanisme réaliste» de sa politique migratoire.

Rappeler l'engagement historique des catholiques

Souligner, comme l’a fait le président, que «la France a été fortifiée par l’engagement des catholiques» met-il aussi en péril la laïcité? Si le catholicisme a eu partie liée, dans son histoire, aux pires combats contre la Révolution et les droits humains, a été complice de la droite antilibérale, antidreyfusarde, maurrasienne, vichyssoise, personne ne pourra reprocher à Emmanuel Macron d’avoir loué le rôle des catholiques dans la Résistance et la reconstruction de la France, leur participation à la naissance de partis et de syndicats modernes, la résistance spirituelle d’un Bernanos, d’un Mauriac, d’un Clavel.

Personne ne peut passer sous silence l’engagement des catholiques d’aujourd’hui dans les associations de solidarité avec les chômeurs, avec les mal-logés, avec les migrants, avec les réfugiés, avec les handicapés. Emmanuel Macron leur a rendu un hommage mérité.

«Certains pourront considérer que de tels propos sont en infraction avec la laïcité, a-t-il convenu devant les évêques. Mais reconnaître les uns n’est pas diminuer les autres. Je considère que la laïcité n’a certainement pas pour fonction de nier le spirituel au nom du temporel, ni de déraciner de nos sociétés la part sacrée qui nourrit tant de nos concitoyens.»

La vérité de fond, elle est là. Et c’est celle qui indispose le plus les tenants d’une laïcité plus musclée depuis que la question de l’islam est devenue centrale sur la place publique. Emmanuel Macron tient un discours sans précédent dans la bouche d’un président de la République. Un discours qui renouvelle les rapports entre la République et les religions, directement inspiré du philosophe Paul Ricœur, dont il fut pour un temps l’assistant et qui voulait appeler les religions à participer davantage au débat public.

Ouvrir le débat sur l’avenir de la laïcité «à la française»

À une laïcité de combat et d’exclusion, Emmanuel Macron –ancien élève des jésuites, chrétien qui a choisi de se faire baptiser à l’âge adolescent– préfère une laïcité de dialogue et de reconnaissance. La République n’a pas vocation à se substituer au religieux. Le pilier de la laïcité «à la française» est bien cette neutralité stricte de l’État par rapport aux religions, ce qui ne veut pas dire ignorance ou indifférence. Parallèlement, toute forme de suprématie de la religion sur l’État doit être rejetée.

Mais cette laïcité n’exclut pas l’acceptation de la dimension publique des religions, conformément à l’esprit de la loi de séparation de l’Église et de l’État voulu, dès 1905, par ses «pères fondateurs» Jaurès et Briand.

Pour Emmanuel Macron, la religion doit donc pouvoir intervenir dans le libre jeu de la délibération collective et participer à la préparation des décisions publiques. Le 4 janvier, recevant les cultes à l’occasion des vœux, il déclarait déjà: «Il est impensable de penser trouver le bien commun de notre société sans prendre pleinement en considération les religions.»

Et c’est là qu’il faut revenir à Ricoeur. Dès les années 1940, rappelle Philippe Portier dans une interview à Libération du 11 mars 2018, le philosophe protestant utilisait le terme de «laïcité positive» –une expression souvent reprise par Nicolas Sarkozy. Dans son livre La Critique et la Conviction, il estimait nécessaire de substituer à la «laïcité d’abstention» une laïcité qu’il appelait de «confrontation», celle qui permet aux forces religieuses d’intervenir dans l’espace public et de participer à la délibération collective comme des «producteurs de sens», dont l’État a besoin pour gérer une société aussi complexe que la nôtre.

Ce débat sur l’avenir de la laïcité «à la française», enfin ouvert par le président Macron, ne peut pas se réduire à des passes d’armes politiciennes. Il est largement devant nous.

Henri Tincq Journaliste

Newsletters

Paris - Washington

Paris - Washington

Macron à Washington: Make Flatterie Great Again

Macron à Washington: Make Flatterie Great Again

La stratégie du président français à l’égard de Trump n’a pas donné le moindre résultat. Les choses pourraient-elles changer?

L'histoire du Titanic que l'on vous a cachée

L'histoire du Titanic que l'on vous a cachée

Sur huit Chinois embarqués sur le Titanic lors du départ, il en resta six: l'histoire (raciste) des États-Unis a effacé leur trace.

Newsletters