Monde

Aux États-Unis, une loi permet de condamner pour meurtre quelqu'un qui n'a tué personne

Temps de lecture : 2 min

Un jeune Afro-Américain vient d'être condamné à 65 ans de prison pour meurtre et cambriolage, alors que tout le monde s'accorde sur le fait que techniquement, il n'a tué personne.

/
Une prison aux États-Unis | EZRA SHAW/AFP

En 2015 en Alabama, un jeune homme qui tentait de cambrioler des maisons est mort lors d'un échange de coups de feu avec la police. Personne ne nie que c'est un policier qui a tué A'Donte Washington, mais c'est pourtant un de ses amis qui vient d'être condamné pour ce meurtre.

Lakeith Smith, qui a aussi participé au cambriolage, est considéré comme légalement responsable de la mort de Washington d'après la loi dite de «responsabilité du complice». Smith vient d'écoper de 65 ans de prison, dont 30 pour meurtre, 15 pour cambriolage et deux fois 10 ans pour vol.

La procureure a expliqué au jury que Smith n'avait pas besoin d'avoir appuyé sur la gâchette pour être considéré comme coupable d'après la loi. Le fait qu'il ait eu l'intention de cambrioler des maisons et que son ami soit mort pendant ce cambriolage est suffisant pour qu'il soit jugé responsable du décès de Washington.

L'avocate de Smith a rappelé que son client n'avait tiré sur personne, mais la loi de responsabilité du complice («accomplice liability») rend cette précision insignifiante. La grande majorité des États américains (tous sauf sept) ont des lois qui élargissent ainsi la notion de meurtre. La logique est la suivante: si ces jeunes n'avaient pas cambriolé, Washington ne serait pas mort, donc les cambrioleurs sont des meurtriers par extension.

Déjà plusieurs condamnations

Ce genre de cas n'est pas si rare. En 2017 dans l'État de Géorgie, un homme a été condamné pour meurtre car durant un cambriolage, son complice a été tué par la personne qu'ils cambriolaient. L'homme qui a appuyé sur la gâchette n'est pas considéré comme responsable car il se protégeait de cambrioleurs armés. C'est par contre le cambrioleur complice qui est considéré comme coupable de meurtre.

Dans un cas devenu célèbre, une homme de 20 ans, Ryan Holle, a été condamné pour meurtre pour avoir prêté sa voiture à des amis alors qu'il savait qu'ils projetaient de voler de la drogue. Le vol a mal tourné et une personne a été tuée. Suivant la loi de responsabilité du complice, Holle, qui n'était pas sur les lieux du crime, a été condamné à la prison à vie, une peine ensuite réduite à 25 ans par le gouverneur de Floride.

Pendant le procès, le procureur avait ainsi expliqué pourquoi Holle était considéré comme responsable: «Pas de voiture, pas de conséquences. Pas de voiture, pas de meurtre».

Dans le cas de Lakeith Smith en Alabama, celui-ci aurait pu écoper de 25 ans de prison s'il avait plaidé coupable et évité un procès. Ayant refusé cet accord pour essayer d'obtenir justice, il a finalement été condamné à 65 ans.

Slate.fr

Newsletters

Passer son adolescence au sein d'une milice d'extrême droite (et réussir à s'en sortir)

Passer son adolescence au sein d'une milice d'extrême droite (et réussir à s'en sortir)

Le quotidien de Daniel Southwell, quand il avait 13 ans, était régi par la paranoïa.

Les ressorts érotico-sexistes du marché de l'emploi chinois

Les ressorts érotico-sexistes du marché de l'emploi chinois

En Chine, le sexisme prospère sur le marché de l'emploi: les discriminations liées au genre s'affichent clairement sur les petites annonces, celles du gouvernement étant en tête depuis des décennies.

L'assemblée du Tennessee vote l'installation d'un monument aux fœtus avortés

L'assemblée du Tennessee vote l'installation d'un monument aux fœtus avortés

Si le texte est approuvé par le gouverneur, le monument sera placé au capitole de l'État.

Newsletters