Société / Monde

Les vélos bientôt interdits dans le centre de Prague

Temps de lecture : 2 min

Les cyclistes seraient dangereux pour les touristes à pied. Les voitures, elles, resteront autorisées.

Des vélos à pRAGUE? EN 2016 | Giovani Racca
 via Flickr CC License by
Des vélos à pRAGUE? EN 2016 | Giovani Racca via Flickr CC License by

Alors que de plus en plus de villes font la promotion du vélo dans leurs rues, Prague a décidé de prendre le contre-pied de cette tendance: la municipalité en charge de la gestion des principaux quartiers historiques de la ville veut interdire les vélos dans certaines rues, rapporte le Guardian.

Selon les élus, cette mesure vise à protéger les touristes: les vélos représenteraient un «danger» pour ceux-ci. «Nous ne sommes pas contre les cyclistes», a assuré Oldich Lomecký, le maire de l'arrondissement:

«Mais dans une zone piétonne, la priorité doit revenir aux piétons, et non aux cyclistes. Chaque jour, il y a des conflits entre les cyclistes et les piétons.»

Pourtant, selon Auto*Mat, une association qui défend les cyclistes, seuls trois piétons ont été victimes d'accidents où étaient impliqués des vélos au cours des dix dernières années à Prague. En revanche, 21 personnes ont été renversées par des voitures durant cette même période. Et pourtant, la municipalité ne semble pas remettre en question la circulation des quelques 1.000 voitures dans le centre de la ville, y compris dans les zones piétonnes.

En interdisant aux cyclistes de se rendre dans ces rues, Prague risque également de s'éloigner encore de son objectif d'atteindre 5% des trajets en ville effectués à vélo d'ici 2020...

La mesure devrait prendre effet le 1er mai prochain, ce qui laisse encore quelques jours aux cyclistes pour pédaler près de la place de la Vieille-Ville, dans la rue Karlova ou sur le Pont Charles. Ensuite, ils devront descendre de leur vélo, ou y aller avant 10 heures ou après 17 heures, horaires hors desquels les vélos devraient toujours pouvoir circuler.

Newsletters

Le boulanger de Besançon nous a libérés de la misère du monde

Le boulanger de Besançon nous a libérés de la misère du monde

Nous devons mesurer le poids politique d'une histoire qui est plus que jolie.

Jusqu'au XIXe siècle, le couvre-feu était la norme

Jusqu'au XIXe siècle, le couvre-feu était la norme

Ce qui s'apparente à une mesure militaire est, au regard du temps long, d'abord une mesure de police chrétienne visant à mieux différencier le cycle du jour de celui de la nuit.

Sur TikTok, les ruptures se vivent à cœur ouvert

Sur TikTok, les ruptures se vivent à cœur ouvert

Sur le réseau social, des milliers d'utilisateurs partagent ce moment de grande vulnérabilité. Ils racontent les tromperies, leurs larmes, leurs fragilités. Mais pourquoi?

Newsletters