Tech & internet / Monde

Les Éthiopiens ont de nouveau accès à Internet après plus de trois mois de censure

Temps de lecture : 2 min

Le nouveau Premier ministre a levé le blocage qui empêchait la connexion à Internet dans la quasi-totalité du pays.

Le nouveau Premier Ministre d'Éthiopie, Abiy Ahmed Ali, le 2 avril 2018 | ZACHARIAS ABUBEKER / AFP
Le nouveau Premier Ministre d'Éthiopie, Abiy Ahmed Ali, le 2 avril 2018 | ZACHARIAS ABUBEKER / AFP

Depuis le vendredi 6 avril, les Éthiopiens peuvent de nouveau se connecter à Internet dans certaines zones du pays, rapporte ABC News. À part dans la capitale, il n'était plus possible d'accéder à une connexion depuis plus de trois mois: en décembre dernier, le Gouvernement avait décidé de bloquer Internet, «pour contrôler la propagation d'images de protestation sur les réseaux sociaux», selon les observateurs de la région. Le pays fait en effet face à des mouvements anti-gouvernementaux depuis 2015.

À peine une semaine après son accession au pouvoir, le nouveau Premier ministre, le Docteur Abiy Ahmed Ali, a donc décidé de lever cette censure mise en place par son prédécesseur, Hailemariam Desalegn. Ce dernier a démissioné en février dernier, en proie à une nouvelle crise politique. Abiy Ahmed Ali a également décidé de fermer le centre de détention de Maekelawi, considérée comme une «chambre de torture» selon les défenseurs des droits de l'homme, rapporte Africa News.

«La connexion à Internet en Éthiopie n'est jamais totalement revenue à la normale depuis novembre 2015 et le début de vives protestations», observe Quartz. En effet, le Gouvernement a sans cesse bloqué la connexion dans certaines zones, ou l'accès à certains sites. «La restriction avait récemment été étendue aux connexions wi-fi dans les hôtels et les universités, qui n'avaient jamais été affectées par les précédents blocages», ajoute African News. L'Éthiopie disposant d'un seul fournisseur d'accès à Internet, Ethio Telecom, déténu par l'État, il est plus facile pour les autorités de contrôler cet accès.

Slate.fr

Newsletters

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

En Californie, les personnes travaillant pour Uber et Lyft ont été payées pour aller protester contre une loi sur le salariat.

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

La firme américaine est en train de développer des outils dans ce but.

Ce robot bat les pros au poker, et c'est une révolution en matière d'IA

Ce robot bat les pros au poker, et c'est une révolution en matière d'IA

Encore un joli coup pour Facebook.

Newsletters