Monde

Un train rempli de 5000 tonnes d'excréments est bloqué dans une ville d'Alabama

Temps de lecture : 2 min

Les wagons devaient transporter les déchets humains vers une décharge mais les habitants des alentours ont obtenu qu'ils soient transférés dans une autre ville.

Emoji caca | SARAH GODLOVE via Flickr CC License by
Emoji caca | SARAH GODLOVE via Flickr CC License by

Depuis le mois de février, plus de 200 containers remplis d'excréments humains sont stockés dans une gare de triage de Parrish, une petite ville d'Alabama. Les wagons contiennent environ cinq mille tonnes de «biosolides», et l'odeur qui en émane commence à importuner les 982 habitants de la ville, qui disent ne plus pouvoir profiter de leurs jardins.

Le train, qui transporte des déchets venus de stations d'épuration de New York et du New Jersey, devait s'acheminer vers une décharge privée nommée Big Sky Environmental. La boue d'épuration devait y être utilisée pour fertiliser le sol.

Mais il s'avère que la ville voisine de la décharge, West Jefferson, a obtenu une injonction empêchant les biosolides d'être stockés dans le coin. N'ayant nulle part où aller, le train plein d'excréments s'est donc retrouvé à Parrish, où aucune ordonnance locale n'empêche le stockage de ce genre de déchets. En janvier, le train avait aussi fait un arrêt à Birmingham, la principale ville d'Alabama, avant d'être expulsé suite aux plaintes des habitants.

Le ministère de l'environnement américan et les autorités locales ont assuré à la maire de Parrish, Heather Hall, que les déchets n'étaient pas dangereux pour la santé des résidents. Après s'être plainte auprès du gouverneur et fait la tournée des médias, Hall a obtenu que les containers commencent à être évacués mais personne ne semble savoir où ils finiront.

Malgré l'odeur persistante, la ville n'a pas annulé sa fête municipale - avec barbecues et concerts - qui aura lieu le weekend du 7 avril non loin de la gare de triage. Optimiste, la maire explique que grâce aux températures relativement basses, les effluves venant du train sont supportables.

Newsletters

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

Phillys Schlafly valorisait la femme au foyer alors que sa carrière professionnelle était bien remplie. Pourtant, si elle avait été un homme, elle serait allée très loin dans son parti.

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

On estime entre 15 à 26 millions le nombre d'Américain·es ayant participé à des manifestations contre les violences policières et le racisme systémique à travers tout le pays.

Newsletters