Monde

Les forces du changement contre Obama

Temps de lecture : 2 min

Selon le New York Times, il n'y a rien d'étonnant à ce que le parti qui gagne la Maison Blanche soit battu aux élections du congrès suivantes. Mais ce qui s'est passé mardi 19 janvier dans le Massachussetts n'avait rien d'une élection ordinaire. «Scott Brown, un élu républicain au congrès local depuis seulement cinq ans, a ébranlé, certains diront humilié, la Maison Blanche et le parti démocrate en battant Martha Coakley dans la course au sénat américain», écrit le quotidien new-yorkais.

Les implications pour le président Obama sont nombreuses, et il est désormais face à plusieurs choix difficiles, selon le journal. N'ayant plus la majorité qualifiée de 60 sénateurs nécessaire pour faire adopter les réformes sans risquer l'obstruction de la minorité républicaine, Obama va-t-il faire de nouvelles concessions aux républicains pour pouvoir passer des lois avec un soutien bipartisan, au risque d'éloigner un peu plus l'aile gauche de son parti? Ou cherchera-t-il au contraire à unir son parti à travers la confrontation plus frontale, au risque de ne pas pouvoir faire avancer ses réformes cette année?

En plus des problèmes de politique, la défaite de mardi est un coup dur très symbolique: le Massachussetts est un des Etats les plus traditionnellement démocrates du pays, le seul par exemple à ne pas avoir voté pour Richard Nixon en 1972. C'était aussi le fief du défunt Ted Kennedy, qui y avait gardé le poste de sénateur pendant 46 ans.

Pour le site de la chaîne d'information à tendance républicaine Fox News, il s'agit d'une «victoire qui pourrait mettre un coup d'arrêt au programme du président Obama et présager des pertes inattendues pour les démocrates lors des élections de mi-mandat en novembre».

Pour le site d'analyse Politico, ce sont les forces du changement qui ont joué en faveur de Brown et contre Obama: «Le même dégoût pour l'establishment politique et la même faim de changement à Washington qui avaient porté Obama au pouvoir il y a 14 mois peuvent être exploitées avec le même succès par les personnes qui veulent arrêter son programme en pleine route.»

[Lire l'article complet sur nytimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une: drapeau américain peint, StuSegger, Flickr, CC

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio