Société

Comment faire face à un patron narcissique?

Temps de lecture : 6 min

Travailler sans perdre ses nerfs, plus facile à dire qu’à faire.

Capture de l'affiche du film «Horrible bosses» avec Kevin Spacey, Jennifer Aniston et Colin Farrell | Warner Bros
Capture de l'affiche du film «Horrible bosses» avec Kevin Spacey, Jennifer Aniston et Colin Farrell | Warner Bros

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Comment faire face à un patron narcissique?»

La réponse de Karen Arluck, psychothérapeute:

Il peut être très difficile de travailler avec un supérieur qui semble souffrir d’un trouble de la personnalité narcissique. Si vous ne pouvez naturellement pas avec certitude savoir si quelqu’un remplit les critiques cliniques d’un tel trouble, certains signaux doivent tout particulièrement attirer votre attention:

- Cette personne insiste sur le fait qu’elle a raison, de manière systématique (avec donc une incapacité systématique à reconnaître avoir tort).

- Cette personne passe d’un extrême à l’autre et peut donc vous traiter comme le ou la meilleure employée de la planète et quelques instants plus tard menacer de vous virer devant tout le conseil d’administration de l’entreprise, avant de chanter vos louanges en fonction de son humeur ou de ses sentiments à votre égard au moment donné.

- Cette personne est dans l’incapacité d’accepter toute confrontation, ou assertion qu’il pourrait y avoir une autre manière que la sienne de faire les choses, tout en étant capable d’affirmer haut et fort que «sa porte est toujours ouverte».

- Cette personne n’a aucune constance (exemple: quand elle est en colère après vous, elle peut agir comme si elle était incapable de se souvenir du moindre sentiment positif à votre endroit ou à l’égard de votre travail et peut même menacer de vous virer dès qu’elle est fâchée contre vous).

- Cette personne a un besoin constant d’admiration qui se combine avec un caractère extrêmement fuyant et/ou punitif quand elle ne se sent pas vraiment admirée, se sent honteuse, humiliée ou pense qu’on lui manque de respect.

- Cette personne compare souvent les employés, ce qui ressemble à s’y méprendre à une manière consciente ou inconsciente de les monter les uns contre les autres, créé souvent des divisions, du ressentiment et un manque de cohésion chez les employés qui ne sont alors plus intéressés que par une seule chose: conserver leur emploi.

- Cette personne peut être extrêmement compétitrice, avec les personnes de son équipe, avec ses homologues, voire avec son ou sa supérieure hiérarchique.

Nous passons tous tellement de temps au travail que les interactions avec notre supérieur hiérarchique, la manière dont il ou elle évalue notre travail et les retours qu’il ou elle nous en donne peuvent avoir des effets extrêmement importants sur la santé mentale et l’estime de soi. Il est bien possible que vous vous soyez déjà plaint de votre supérieur à vos amis proches ou à votre famille et qu’ils vous aient répondu des choses comme:

«Barre-toi! Tu ne mérites pas d’être traitée comme ça. C’est inadmissible.»

«Tu devrais la remettre à sa place. Ne la laisse pas te parler comme ça!»

C’est sans doute vrai. Mais il n’est pas toujours facile de quitter son emploi, souvent nous n’en avons aucune envie, et répliquer à son supérieur peut entraîner des réprimandes ou même un licenciement. Si l’on part du principe que votre but est bel et bien de conserver votre poste et que vous souhaitez juste cohabiter au mieux avec votre supérieur actuel, voici la version de base de mes conseils.

À LIRE AUSSI Nos chefs sont nuls

Conseils pour faire face à un ou une boss narcissique

1- Valorisez-le, valorisez-la

Cela peut notamment signifier d’aller au-delà de ce qu’il ou elle ou demande (même si elle ou il vous le demande d’une manière désagréable), de ne pas vous plaindre de lui ou d'elle auprès de vos collègues (même si cette personne le fait) et de devenir indispensable.

2- Identifiez ce qui compte pour votre boss et excellez dans ce domaine

Votre boss a sûrement des choses qu’il ou elle souhaite voir accomplies de manière parfaite –ou presque– et d’autres choses qui sont susceptibles de lui faire péter un câble. Identifiez-les et modifiez votre comportement en conséquence (même si ces choses vous semblent peu importantes voire absurdes, peu importe.)

3- Prenez soin de vous

Il peut être très dur d’être constamment visé par les critiques, quelle que soit la quantité de travail que vous pouvez fournir ou de vous faire traiter comme moins que rien parce qu’il ou elle est de mauvaise humeur. Voilà pourquoi il est très important de prendre soin de soi et de faire des choses qui vous permettent de vous sentir mieux et de maintenir votre confiance en vous. Vous pouvez par exemple vous adresser quelques paroles positives, respirer calmement, vous concentrer, arriver avant ou partir après le départ de votre patron pour pouvoir travailler plus paisiblement, planifier des choses pour vous-même avant ou après le travail, trouver du temps pour faire de l'exercice (même s'il s'agit que d'une marche rapide autour du pâté de maisons à l'heure du déjeuner), etc.

4- Évitez de lui infliger des blessures narcissiques

Les patrons qui souffrent de troubles de la personnalité narcissique sont très sensibles aux blessures narcissiques et sont généralement incapables de gérer calmement tout ce qui ressemble à de la confrontation, de l’embarras, de l’insubordination, de l’irrespect ou de l’insulte. Certes, vous ne trouverez personne qui apprécie ce genre de choses, mais les narcissiques ont tendance à y réagir d’une manière particulièrement forte et négative, et il est peu probable qu'ils soient alors en mesure de faire le tri entre ces sentiments négatifs et les sentiments positifs qu’ils pouvaient nourrir autrefois à votre endroit, ce qui leur laisse immanquablement une impression négative sur vous comme sur votre travail.

5- Fixez les limites

Il ne s'agit pas là d'entrer dans le bureau de votre supérieur et de lui dire: «oilà quelles sont mes limites». Souvenez-vous surtout qu’au poste qui est le vôtre, c’est vous qui êtes le patron, même si vous n'en avez pas l'impression. Si votre supérieur fait quelque chose d'abusif, d'illégal ou d’irrespectueux, il faut immédiatement contacter la personne des RH qui en en charge de ces questions pour résoudre ce problème. Si votre patron ou patronne vous crie dessus dans son bureau et que la pression est trop forte, vous pouvez par exemple lui répondre: «J'ai entendu ce que vous avez dit, et je vais m’en occuper. Merci», avant de quitter la pièce.

6- Restez concentrée sur VOS objectifs

Beaucoup de gens pensent que devoir supporter quotidiennement pareil comportement de la part de leur boss n’en vaut pas la peine. Mais l’emploi que vous occupez peut être un tremplin important dans votre carrière ou offrir d'autres avantages qui vous incitent à rester. C'est un choix individuel, qui relève de chaque personne, et peu importe ce que les autres peuvent bien vous conseiller de faire. Si vous décidez de rester, il peut être utile de dresser une liste de toutes les choses que vous retirez de votre travail, de quelle manière ce travail répond d'une façon ou d'une autre à vos besoins et les avantages que vous en tirez. Les jours où votre boss est particulièrement insupportable, reportez-vous à cette liste des raisons pour lesquelles vous voulez conserver votre poste. Cela peut servir à rappeler que vous n'êtes pas seulement une victime et qu’il convient avant tout de concentrer votre énergie sur les avantages pour vous de conserver votre poste.

Surtout, n’oubliez pas

Il peut être extrêmement difficile de travailler pour une personne narcissique et de faire face à tous les effets émotionnels négatifs que cela peut engendrer, en termes de confiance en soi et même d’anxiété. La bonne nouvelle, c’est qu’une fois que l’on a identifié un tel trouble chez quelqu’un et que l’on prend la mesure des modèles de comportement de telles personnes (ainsi que ses préférences et modèles propres), cette personne devient de plus en plus prévisible et il devient donc de plus en plus facile de l’affronter. Et si l’on part du principe que vous avez décidé de rester à votre poste, souvenez-vous que c’est votre choix, que c’est vous qui fixez les limites et surtout, que ce n’est pas parce que votre boss vous traite d’imbécile que vous l’êtes.

(Ah et sinon, en France, contrairement aux États-Unis, il y a des choses extraordinaires comme des aides juridictionnelles, des services de RH dont c’est théoriquement le métier et même –horreur!– des syndicats, s’il vous prenait l’idée saugrenue que c’est peut-être moins à vous de vous adapter qu’à votre supérieur de cesser de casser les pieds de tout le monde. Tout le monde y gagnerait, à commencer par votre entreprise, tiens. NdT)

Quora

Newsletters

À qui appartient la mort d’une femme, qui a le droit de l’arracher à l’anecdote d’un accident?

À qui appartient la mort d’une femme, qui a le droit de l’arracher à l’anecdote d’un accident?

Chantal Mazet a été tuée sur un barrage, en Savoie, lors des mobilisations des Gilets jaunes du 17 novembre. Un tragique événement instrumentalisé par les passions politiques.

Blocage

Blocage

Fañch, le bébé breton «arme de destruction de la République»

Fañch, le bébé breton «arme de destruction de la République»

En France, il est interdit d’appeler son enfant Fañch. Parce que le tilde, la petite vague ornant le «n», ne fait pas partie de la langue française. La cour d’appel de Rennes rend son délibéré lundi.

Newsletters