Égalités / Monde

Au Japon, une employée forcée de s'excuser d'être tombée enceinte

Temps de lecture : 2 min

Certaines entreprises japonaises ont des plannings spécifiant à quel moment chaque employée peut se marier ou tomber enceinte.

Une femme enceinte à son bureau à Tokyo. | Yoshikazu Tsuno / AFP
Une femme enceinte à son bureau à Tokyo. | Yoshikazu Tsuno / AFP

Une employée d'une crèche privée de la préfecture d'Aichi dans le nord du Japon a été réprimandée par son patron pour ne pas avoir respecté le calendrier de grossesse de son entreprise. En effet, la crèche a un système de rotation au nom duquel chaque salariée bénéficie d'une période pendant laquelle elle peut se marier ou tomber enceinte. Normalement... chacune doit attendre son tour.

Le mari de l'employée réprimandée, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a écrit une lettre ouverte dans le journal Mainichi Shimbun pour dénoncer cette situation:

«Le directeur de la crèche où elle travaille avait déterminé un ordre dans lequel les travailleuses pouvaient se marier ou tomber enceinte, et selon une règle tacite, chacune devait attendre et ne pas prendre la place d'une employée plus haut placée.»

Le couple a eu un entretien avec le directeur au cours duquel il s'est excusé de cette grossesse. Le mari révèle que sa femme a malgré tout été réprimandée sur son lieu de travail pour son supposé «égoïsme». Selon lui, cet incident montre à quel point la société japonaise demeure «rétrograde».

Suite à la publication de cette lettre, de nombreux Japonais ont exprimé leur soutien pour le couple, et plusieurs femmes ont relaté des pressions similaires. En effet, ce genre de planning n'est pas rare dans les entreprises où la majorité des employées sont des femmes.

Le Mainichi Shimbun relate le cas d'une femme de 26 ans dont la supérieure lui a dit qu'elle ne pourrait avoir d'enfant qu'à partir de 35 ans. Selon cette employée du secteur des produits cosmétiques, ses collègues et elle ont reçu un email avec un planning des périodes de grossesse autorisées pour chacune.

«Les comportements égoïstes seront punis», spécifiait le message.

Un sondage de 2015 avait révélé que la moitié des femmes actives japonaises enceintes subissaient une forme de harcèlement (connu sous le nom de «matahara») et que 20% d'entre elles avaient été licenciées une fois enceintes.

Newsletters

Les difficiles questions du logement quand on est victime de violences conjugales

Les difficiles questions du logement quand on est victime de violences conjugales

Avec l’histoire de trois personnes, l’association Solidarité femmes explique en vidéos les démarches à effectuer pour garder son domicile, le quitter ou se reloger quand on est victime de violences conjugales.

«Et pourtant elles tournent»: le palmarès du concours Arte

«Et pourtant elles tournent»: le palmarès du concours Arte

Dix-sept réalisatrices viennent d'être désignées lauréates du concours de courts-métrages documentaires au féminin lancé en décembre 2020 par Arte France, dont Slate est partenaire.

L'extrême droite veut faire main basse sur nos utérus de femmes blanches

L'extrême droite veut faire main basse sur nos utérus de femmes blanches

Refuser aux femmes la possibilité de se réaliser comme un individu qui fait seul ses choix, exercer des pressions sur elles, les ramener sans cesse et les limiter socialement à leurs fonctions reproductives, c'est au fondement de la pensée d'extrême droite.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio