Égalités / Société

4 enseignantes britanniques sur 5 auraient déjà été harcelées sexuellement dans leur carrière

Temps de lecture : 2 min

Un tiers d’entre elles ont modifié leur tenue ou leur apparence physique afin d'éviter de nouvelles agressions. 

Photo :  jerrykimbrell10 via Pixabay CC
Photo : jerrykimbrell10 via Pixabay CC

81% des enseignantes britanniques estiment avoir été victimes de harcèlement sexuel depuis le début de leur carrière, et seules 5% d’entre elles assurent ne jamais avoir subi de violences psychologiques au travail. C’est ce qui ressort d’une récente étude menée outre-Manche sur un échantillon de plus de 1200 employées du corps éducatif.

Le harcèlement et les comportements déplacés dénoncés par les sondées ne seraient pas seulement le fait d’élèves, mais concerneraient également les parents, les collègues, ou encore les supérieurs hiérarchiques. Ils revêtiraient diverses formes: mains baladeuses, commentaires graveleux, photos prises à leur insu, propositions indécentes etc.

Ces chiffres alarmants surviennent peu après une autre enquête britannique selon laquelle un nombre croissant d’écolières choisiraient désormais de mettre un short sous leurs jupes pour éviter que leurs camarades ne les soulèvent ou ne prennent des photos «compromettantes» d’elles.

Malgré l’ampleur du phénomène, explique The Independent, seule une enseignante sur trois raconte avoir rapporté les faits, tandis que 42% d’entre elles disent n’en avoir jamais parlé à personne. Dans tous les cas, près de deux salariées sur cinq confient avoir, par la suite, souffert d’anxiété ou de dépression. 32% d’entre elles affirment avoir dû modifier leur tenue ou leur apparence physique afin d’éviter de nouvelles agressions.

Chris Keates, secrétaire général du National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers (NASUWT), syndicat à l’initiative de cette étude, entend se servir de ces données «extrêmement dérangeantes» pour faire entendre la voix des enseignantes et éradiquer les comportements problématiques du milieu éducatif.

Newsletters

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

En mettant le corps parfait de Léa Seydoux dans une position lascive entre des draps pour vendre un sac, Nicolas Ghesquière fait comme s'il n'avait jamais entendu parler de «male gaze».

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Le groupe adopte une politique vestimentaire plus inclusive pour le personnel des parcs américains.

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

Au cours des confinements et couvre-feux, des femmes victimes et leurs proches ont ouvert les yeux sur leur situation, pendant que les associations et institutions ont mis les bouchées doubles pour leur venir en aide. Il faut continuer à ne rien lâcher.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters