Santé

Ces êtres extraordinaires qui arrivent à contrôler leur chair de poule

Temps de lecture : 2 min

Seule une infime fraction de la population est capable de déclencher sur commande cette réaction corporelle.

Frissons | Quinn Dombrowski via Flickr CC License by
Frissons | Quinn Dombrowski via Flickr CC License by

Quand on est pris par des émotions fortes ou quand on a peur, nos poils se hérissent et notre peau ressemble à celle d’une volaille plumée, d’où l’origine de l’expression «avoir la chair de poule». Selon bon nombre de scientifiques, ce phénomène est un réflexe de défense hérité de nos ancêtres poilus: en se gonflant, les poils permettait de lutter contre le froid.

Chez la plupart d’entre nous, ces frissons traversent notre corps sans qu’on puisse les contrôler; seules certaines personnes sont capables de le faire. Sarah Zhang, journaliste à The Atlantic, s’est penchée sur la question.

«Ça commence par la nuque… C’est comme si j’avais un muscle que je pouvais contrôler. C’est comme ça que je déclenche ma chair de poule. Je croyais que tout le monde en était capable», explique Javier Palejko, un technicien argentin.

James Heathers, un chercheur postdoctoral à l’université de Northeastern à Boston, a étudié le phénomène du «contrôle volontaire de la piloérection». Dans sa prépublication, dévoilée en ligne le 1er mars dernier, il référence trente-deux personnes capables de ce tour de passe-passe. Depuis, d'autres personnes sont entrées en contact avec lui pour faire part d'une faculté identique.

Un phénomène extraordinaire

La chair de poule est contrôlée par le système nerveux autonome, qui gère notamment les battements du cœur, la dilatation des pupilles et les contractions du système digestif, appelées péristaltisme gastrique. Pour James Heathers, c’est en cela que le don de la maîtriser est exceptionnel: «Contrôler sa chair de poule revient à être capable d’arrêter son propre coeur.»

Ce phénomène ne se manifeste pas de la même façon chez tous ces «super-héros». Un des participants doit penser à sa petite amie en train de se faire assassiner pour déclencher ces frissons. Pour Eliza Bacon, une bonne dose de concentration est nécessaire: «Je dois fermer les yeux: quand ils sont ouverts, je n'y arrive pas», explique-t-elle. Javier Palejko, lui, peut les contrôler à sa guise, mais comme tout «super-pouvoir», il doit attendre quelques minutes pour le «recharger».

Le neurologue clinicien Timo Spiepmann a réussi à provoquer la chair de poule chez les participants à ses recherches grâce à de petites décharges électriques. Le médecin soulève l'hypothèse d'une possible aptitude pour ces personnes à activer les régions de leur cortex cérébral, la zone responsable de l'épilepsie, qui leur permettrait de contrôler leur chair de poule.

Slate.fr

Newsletters

L'obésité seule n'augmenterait pas le risque de mortalité

L'obésité seule n'augmenterait pas le risque de mortalité

Il est temps de repenser les liens qui nous semblent évidents entre excès de poids et santé.

Un mauvais mariage peut avoir des conséquences dramatiques sur votre santé

Un mauvais mariage peut avoir des conséquences dramatiques sur votre santé

Choisissez bien votre partenaire.

Les tablettes sont particulièrement nocives pour la nuque des femmes

Les tablettes sont particulièrement nocives pour la nuque des femmes

La posture, et non le temps passé devant l'écran, est le premier facteur de ces troubles musculo-squelettiques d'un genre nouveau.

Newsletters