Culture

Le Burning Man entre au musée

Temps de lecture : 2 min

À partir du 30 mars prochain, l'art du célèbre festival du Nevada fera son entrée à la Renwick Galery du Smithsonian American Art Museum de Washington.

Burning Man 2012 | stuartlchambers via Flickr CC License by
Burning Man 2012 | stuartlchambers via Flickr CC License by

Le Burning Man, c'est ce festival qui a lieu à la fin de l'été depuis plus de trente ans, en plein désert du Nevada, et où se mêlent «expériences libertaires et transgressives et [...] rituels païens». Mais le Burning Man est aussi un lieu de «performances artistiques»: sculptures et installations fleurissent durant une semaine dans cette ville éphémère où déambulent pas moins de 70.000 festivaliers chaque année. À partir du 30 mars prochain, certaines de ces œuvres seront exposées à la Renwick Gallery, au sein du Smithsonian American Art Museum de Washington, rapporte le New York Times.

«No spectators: the art of Burning Man» présentera «des sculptures, des installations lumineuses, des expériences de réalité virtuelle, des bijoux, des costumes» et même «un temple immersif». Hors-les-murs, six installations seront posées dans les rues voisines du musée.

Face à cet événement, le New York Times s'interroge:

«Que se passe-t-il quand de l'art, bâti sur des principes utopiques, et comme un cadeau offert à une ville éphémère, est arraché à son sable blanc pour être réimplanté entre des murs blancs, à quelques pas de la Maison Blanche, devenant ainsi soudainement un objet d'intérêt tant pour les critiques que les curateurs et les touristes?»

L'art fait partie de l'ADN du Burning Man, rappelle le magazine, et le festival est «avide d'aider ses artistes à se faire connaître au-delà du désert». C'est ainsi que depuis quelques années, l'organisation du Burning Man tend à sortir du Nevada, pour aller vers les villes, mais aussi vers les musées. «C'est le cœur de l'expérience», assure Kim Cook, directrice artistique et chargée de la participation citoyenne du festival:

«En changeant de contexte, comment parvient-on à maintenir voire à renforcer l'intégrité culturelle de l'événement?»

Selon elle, l'objectif est d'ailleurs de faire en sorte que le Burning Man ne soit plus réduit à un unique événement, mais qu'il devienne un «mouvement social».

Des compromis entre le musée et le festival

Le Smithsonian American Art Museum et la direction du Burning Man se sont donc mis d'accord sur certains points. Sur cette exposition, la règle du «Ne pas toucher» n'existe pas; au contraire, le visiteur est encouragé à vivre une expérience. Des Burners -les festivaliers- seront d'ailleurs présents pour aider les visiteurs à mieux comprendre les œuvres. Et comme dans un autre musée, un petit guide leur donnera des explications.

L'organisation du festvial a également insisté pour qu'aucun logo ne figure sur les produits vendus dans la boutique de souvenirs. Autre exigence: pas de sponsor pour les œuvres. Le New York Times relève toutefois que l'exposition en elle-même est sponsorisée par Intel...

En entrant au musée, le Burning Man fait un pas de plus vers l'institutionnalisation; de quoi donner de la matière pour ceux qui voient le festival s'éloigner de ses principes libertaires initiaux depuis plusieurs années.

Slate.fr

Newsletters

«Le Prisonnier», dystopie en 1968, réalité en 2018

«Le Prisonnier», dystopie en 1968, réalité en 2018

En 1967, «Le Prisonnier» a débarqué dans la vie de milliers de gens dont la passion pour cette série ne s’est jamais estompée. Un livre dresse les parallèles entre son étrange univers et la société actuelle.

«R2-D2 We Wish You A Merry Christmas», le cadeau empoisonné de George Lucas et Bon Jovi

«R2-D2 We Wish You A Merry Christmas», le cadeau empoisonné de George Lucas et Bon Jovi

Avec les talents combinés d'un roi du disco, d'un futur ponte de Broadway et d'une rock star en devenir, la chanson «R2-D2 We Wish You A Merry Christmas» voulait surfer sur la popularité de «Star Wars». Tous aimeraient aujourd'hui la rayer de leur CV.

Que reste-t-il de l’imaginaire visionnaire de la contre-culture des années 1960?

Que reste-t-il de l’imaginaire visionnaire de la contre-culture des années 1960?

En Chine, le dessin animé «Peppa Pig» est devenu un symbole de résistance au joug restrictif du régime. Mais à l’heure où il existe autant de récits de la contre-culture que de projections subjectives de celle-ci, le terme est-il encore porteur de sens?

Newsletters