France

Alain Juppé refuse la Cour des Comptes

Temps de lecture : 2 min

Le poste de président de la Cour des Comptes est-il hanté par le fantôme de Philippe Séguin? Il semble en tous cas que trouver un successeur au «petit chose» de la République ne soit pas aisé. Après François Hollande, qui a publiquement refusé l'idée de prendre le poste, Alain Juppé explique mardi 19 janvier pourquoi il a refusé le poste, que Nicolas Sarkozy lui a proposé.

«Si j'avais accepté, cela aurait impliqué que je renonce à mon mandat de maire de Bordeaux, explique l'ancien Premier ministre. Je ne ferai pas ça aux Bordelais et aux Bordelaises. L'idée que je pourrais m'ennuyer à Bordeaux est une idée qu'il faut se sortir de la tête.»

Interrogé sur sa possible candidature à la succession du premier président de la Cour des comptes le 10 janvier, François Hollande avait répondu «ce n'est pas mon destin», avant d'en profiter pour affirmer son ambition présidentielle: «Je ne suis plus dans les petits rôles ou dans les personnages secondaires (...) Je me prépare pour être candidat. Je considère qu'une élection présidentielle, ça se prépare longtemps à l'avance. Le plus tôt sera le mieux.»

Dans le long entretien accordé aux Echos, Alain Juppé revient également sur le bilan de Nicolas Sarkozy: «Il a fait beaucoup de choses. La riposte à la crise a été ce qu'elle devait être. L'Europe a été désembourbée avec la signature du traité simplifié. [...] Alors, bien sûr, comme le chef de l'Etat est sur tous les fronts, tout ne marche pas et des adaptations sont parfois des reculs. Mais globalement, la France bouge.»

[Lire l'article complet sur lesechos.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Alain Juppé, MEDEF, Flickr, CC

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters