France

Alain Juppé refuse la Cour des Comptes

Temps de lecture : 2 min

Le poste de président de la Cour des Comptes est-il hanté par le fantôme de Philippe Séguin? Il semble en tous cas que trouver un successeur au «petit chose» de la République ne soit pas aisé. Après François Hollande, qui a publiquement refusé l'idée de prendre le poste, Alain Juppé explique mardi 19 janvier pourquoi il a refusé le poste, que Nicolas Sarkozy lui a proposé.

«Si j'avais accepté, cela aurait impliqué que je renonce à mon mandat de maire de Bordeaux, explique l'ancien Premier ministre. Je ne ferai pas ça aux Bordelais et aux Bordelaises. L'idée que je pourrais m'ennuyer à Bordeaux est une idée qu'il faut se sortir de la tête.»

Interrogé sur sa possible candidature à la succession du premier président de la Cour des comptes le 10 janvier, François Hollande avait répondu «ce n'est pas mon destin», avant d'en profiter pour affirmer son ambition présidentielle: «Je ne suis plus dans les petits rôles ou dans les personnages secondaires (...) Je me prépare pour être candidat. Je considère qu'une élection présidentielle, ça se prépare longtemps à l'avance. Le plus tôt sera le mieux.»

Dans le long entretien accordé aux Echos, Alain Juppé revient également sur le bilan de Nicolas Sarkozy: «Il a fait beaucoup de choses. La riposte à la crise a été ce qu'elle devait être. L'Europe a été désembourbée avec la signature du traité simplifié. [...] Alors, bien sûr, comme le chef de l'Etat est sur tous les fronts, tout ne marche pas et des adaptations sont parfois des reculs. Mais globalement, la France bouge.»

[Lire l'article complet sur lesechos.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Alain Juppé, MEDEF, Flickr, CC

Newsletters

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio