Médias

Pourquoi supprimer Facebook vous rendra plus heureux

Temps de lecture : 2 min

Le fait de supprimer son compte Facebook vous permettra de retrouver vos «vrais» amis, ainsi que du temps libre, de l'espace mental, une sérénité... et plus de batterie sur votre téléphone.

Restons connectés | Descrier via Flickr CC License by
Restons connectés | Descrier via Flickr CC License by

Il y a presque dix ans, vous avez créé une page Facebook pour «rester en contact avec les personnes qui comptent dans votre vie». Désormais, vous faites partie des 2,13 milliards d’utilisateurs actifs mensuels du réseau social le plus suivi au monde. Entre monologues politiques, photos de bébés et quiz en tout genre, il est peut-être temps de couper le cordon…

Suite aux révélations autour de l’affaire Cambridge Analytica, le mouvement #DeleteFacebook (#EffacezFacebook) prend de l’ampleur sur internet. Les utilisateurs sont invités à supprimer leur compte pour protéger leurs données personnelles.

Comme l’indique le Huffington Post, désactiver votre compte Facebook ne supprimera pas les informations que vous avez partagées sur Facebook. Par contre, supprimer tout bonnement son profil fera disparaître vos données personnelles des serveurs du réseau social.

Et Quartz liste les raisons de se débarrasser une bonne pour toutes de son compte Facebook:

1. On peut vivre sans compte Facebook

Les personnes qui arrêtent d'utiliser Facebook disent ressentir un sentiment de libération:

«Je n’ai jamais éprouvé de plaisir à être sur Facebook mais il m’était impossible de penser à supprimer mon compte. Comment les gens feraient pour me trouver?», indique Rosie Spinks, journaliste à Quartz. Pourtant, après un mois sans Facebook, elle confie que ça ne lui manque pas: «Je passe moins de temps à me faire du mal à regarder des choses qui me sont désagréables.»

Même si le but premier de Facebook est de «garder contact avec ses amis», les mails, textos, appels et autres applications de messagerie remplissent très bien cette fonction.

2. On fait la différence entre nos «amis» et nos «connaissances»

Qui n'a jamais reçu une invitation Facebook pour aller à un concert ou une crémaillère de la part d'un «ami» qui ne vit même pas dans la même ville que vous et que vous connaissez à peine?

«J’ai supprimé mon compte Facebook il y a trois ans et depuis je me rends compte des vrais amis qui prennent la peine de m'envoyer un texto ou de m'appeler pour m'inviter à leur fête», écrit Helena Fitzgerald, journaliste au New York Magazine.

Si vous supprimez votre Facebook, votre vie sociale ne subira pas un changement radical. En revanche, cela vous permettre de faire un tri naturel dans votre entourage.

3. Se déconnecter de Facebook permet d'être plus connecté avec le monde réel

Une étude suggère que s’éloigner de Facebook permet de se sentir plus connecté au reste du monde:

«Au bout d’une semaine sans Facebook, les participants à l’étude ont admis se sentir plus heureux, moins seuls et moins déprimés que ceux qui continuaient à utiliser le réseau social», indique Jean Twenge, professeur en psychologie à l'université de San Diego.

D'autres recherches soulignent le fait que Facebook tend à rendre malheureux ses utilisateurs. La comparaison sociale est un grand facteur de cet état émotionnel: se comparer constamment aux autres et définir notre valeur en fonction de leur réussite nuit à notre santé mentale.

4. Et, peut-être la meilleure raison: la batterie de votre téléphone durera plus longtemps

L'application Facebook consomme beaucoup plus de batterie que les autres applications. Sans Facebook; votre batterie pourrait durer jusqu'à deux fois plus longtemps.

Les gens ont bien réussi à vivre sans Myspace, il est temps de faire de même avec Facebook.

Slate.fr

Newsletters

Le président d’ESPN veut que sa chaîne parle plus de sports et moins de politique.

Le président d’ESPN veut que sa chaîne parle plus de sports et moins de politique.

«Ce n’est pas notre travail», a-t-il déclaré. La célèbre chaîne sportive américaine ESPN est passée de 100 millions d’abonnés en 2011 à moins de 87 millions. Et l’entreprise a licencié environ 100 employés l’année dernière.

#MeToo: le retour de bâton médiatique… dans les pages de L’Obs

#MeToo: le retour de bâton médiatique… dans les pages de L’Obs

Un dossier spécial du dernier numéro de L'Obs interroge la condition des hommes après la libération partielle de la parole des femmes. Au lieu de s'inquiéter de leur bien-être, il aurait fallu se demander pourquoi ils n'avaient pas avancé d'un pouce.

D'où vient votre (éventuel) sentiment de «fatigue compassionnelle»

D'où vient votre (éventuel) sentiment de «fatigue compassionnelle»

Trop d'empathie tue l'empathie.

Newsletters