Santé

Pour éviter de tomber malade en avion, mieux vaut s'asseoir côté fenêtre

Temps de lecture : 2 min

Réserver une place près du hublot diminue les risques de contamination pendant le vol.

/
Choisissez bien votre place. | StelaDi via Pixabay CC0 License by

Chaque année, plus de trois milliards de personnes prennent l’avion; les risques de transmission de maladies infectieuses constituent une préoccupation majeure pour la santé publique mondiale.

«La peur de tomber malade en avion est très commune. C’est quelque chose que j’entends tout le temps», explique Edward Pizzarello, auteur du blog voyage Pizza in motion, dans une interview pour le Los Angeles Times.

Rester près du hublot

Une nouvelle étude publiée par la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences vise à comprendre et étudier la transmission des maladies infectieuses à l’intérieur de la cabine d’un avion. Un groupe de chercheurs américains, la Fly Healthy Team, a mis en place une approche biostatistique –un protocole mathématique qui analyse la présence d'agents pathogènes dans les cabines, leur infectiosité et les contacts entre les différents passagers à bord.

Le mathématicien Howie Weiss et son équipe de chercheurs ont pris dix vols transcontinentaux pour étudier les comportements et les habitudes des passagers. Une fois à l’intérieur de l’avion, les scientifiques se sont dispersés en paire. Grâce à une application iPad créée spécifiquement pour l’occasion, ils ont noté les contacts entres passagers et leurs déplacements.

Plusieurs schémas se dégagent des résultats:

  • Les passagers assis côté couloir ont davantage tendance à se déplacer pendant le vol; 80% de ces passagers ont quitté leur place au moins une fois pendant le vol, contre seulement 43% de ceux placés côté fenêtre.

  • Parmi les 1.296 passagers présents sur la totalité des dix vols, 84% ont eu un «contact étroit» avec un autre passager.

  • Les membres de l’équipage ont passé en moyenne soixante-sept minutes en contact avec les passagers.

  • En moyenne, un avion voyageant avec un passager malade au départ aura un 1,7 passager malade à l'arrivée.

  • Une hôtesse de l'air ou un steward avec un rhume contaminera environ 4,6 passagers pendant un vol transcontinental.

La meilleure façon d’éviter les germes est de réserver une place côté hublot et de ne pas se déplacer pendant le vol.

Pas de tablettes, pas de toilettes

Time Magazine liste par ailleurs les endroits et les objets à éviter pendant un vol:

Bilan: pour atterrir en bonne santé lors de votre prochain vol, n'attachez pas votre ceinture, oubliez votre tablette, évitez les toilettes et ne respirez pas. Bonne chance.

Slate.fr

Newsletters

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Une étude médicale sans précédent démontre que les commotions cérébrales augmentent le risque futur d’affections neuro-dégénératives et de maladie d’Alzheimer. Dans le même temps, le jeu de rugby devient de plus en plus violent.

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

La stigmatisation des malades mentaux continue à contrarier la prise en charge de beaucoup d'individus.

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

À l'origine de ces souffrances qui empoisonnent la vie sans qu'on sache vraiment d'où elles viennent.

Newsletters