Monde

Selon un élu républicain, il ne faut pas armer les professeurs car la plupart sont des femmes

Temps de lecture : 2 min

Le débat sur les armes à feu, qui a refait surface après la fusillade de Parkland, embrasse aussi des considérations patriarcales.

/
Une professeure de tir au pistolet à Chicago (États-Unis), le 19 juillet 2017 | Jim Young / AFP

Depuis que Donald Trump a suggéré d'armer les professeurs des écoles pour enrayer les fusillades qui s'y tiennent régulièrement, plusieurs arguments contre la proposition ont été formulés.

La plupart vont contre le principe même des armes à feu, et donc a fortiori contre leur prolifération. Harry Shiver, un élu républicain de la chambre des représentants de l'Alabama, s'est quant à lui élevé contre le fait que ces armes puissent être mises entre les mains de femmes professeures, lesquelles sont réputées en avoir «peur».

«Je ne dis pas toutes [les femmes], mais dans la plupart des écoles, les femmes constituent la majorité des enseignants. Certaines d'entre elles ne veulent tout simplement pas être entraînées à maîtriser des armes à feu. Si elles le veulent, alors tant mieux. Mais la plupart d'entre elles ne veut pas apprendre à tirer et à porter une arme», a-t-il déclaré au Alabama Local News.

Abstention sur le projet de loi

Shiver s'est opposé à un projet de loi soutenu par le Républicain Will Ainsworth, qui vise à permettre aux écoles de l'Alabama de désigner des professeurs et des administrateurs pour porter des armes à feu sur leur lieu de travail, après avoir bénéficié d'une formation annuelle de quarante heures.

La proposition a reçu un avis favorable du comité et va désormais être portée à la Chambre. Shiver, qui a été professeur d'éducation sportive et coach pendant trente-deux ans, devrait s'abstenir de voter:

«J'ai entendu... que soixante-quinze pour cent de Républicains la supportent, mais j'ai vécu cela en personne et je sais ce qu'il en est dans les écoles. La plupart des femmes n'aimeraient pas être mises dans cette position [...]», justifie-t-il.

À l'argument patriarcal, Shiver ajoute l'argument pratique:

«Quand la patrouille débarque sur un tel site, elle tire sur la première personne qui tient une arme. On ne leur dit pas que cette personne est qualifiée [à porter une arme à feu]. Ils ne le savent pas.»

Selon le Pew Research Center, une femme sur cinq possède une arme à feu aux États-Unis, et 27% considèrent ces armes comme un pur outil d'autodéfense –contre 8% des hommes.

Slate.fr

Newsletters

Dans les Balkans, la dure lutte contre le sexisme ambiant

Dans les Balkans, la dure lutte contre le sexisme ambiant

L'Europe de l'Est a semblé relativement imperméable au déluge #MeToo. Mais quand on y regarde de plus près, d'autres initiatives émergent pour libérer la parole des femmes, et ce malgré un conservatisme bien présent.

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Pour la version française, en revanche, ce n'est pas aussi restrictif.

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Le conflit, entré dans sa quatrième année, a provoqué «la plus grave crise humanitaire au monde» –face au silence assourdissant de la communauté de l’indifférence internationale. Les ONG sur le terrain accusent principalement Riyad du massacre en cours.    

Newsletters