Tech & internet

Pourquoi les femmes sont sous-représentées sur Wikipedia

Temps de lecture : 2 min

Ici comme ailleurs, le problème est d'ordre systémique.

 Editing Wikipedia | Wikimedia Finland via Flickr CC License by
Editing Wikipedia | Wikimedia Finland via Flickr CC License by

Cinquième site le plus visité au monde (derrière Google, Youtube, Facebook et le moteur de recherche chinois Baidu), Wikipedia est une référence absolue, s'enrichissant de façon perpétuelle en visant à la fois une exhaustivité utopique et une rigueur dont attestent les nombreuses conversations passionnées entre contributeurs et contributrices.

D'après The Conversation, plus de 7 milliards de pages de la version anglophone ont été visitées rien qu'en janvier dernier, soit 20 fois plus que des sites de référence comme IMDb (base de données cinéma) ou Dictionary.com.

Un article signé par Tamar Carroll et Lara Nicosia, deux enseignantes de l'université technologique de Rochester (New York) fait état d'un profond déséquilibre entre la représentation des femmes et celle des hommes. La première cause de ce déséquilibre peut être due à la composition de la gigantesque équipe de contributeurs et de contributrices: sur 33 millions de personnes venues de tous les pays, on ne comptait en 2013 que 16,1% de femmes. Soit environ une personne sur six. Oui, c'est peu. Et le chiffre aurait peu évolué en 5 ans, d'après le co-fondateur Jimmy Wales.

Seulement 30% de femmes

D'après une étude relayée par les auteures de l'article, les pages Wikipedia consacrées à des personnalités féminines ne représenteraient que 30% des entrées biographiques. De plus, les pages dédiées aux femmes contiendraient beaucoup plus de liens vers des biographies d'hommes que l'inverse, et inclueraient bien plus de références à la vie amoureuse et familiales des personnalités lorsque celles-ci sont des femmes.

L'un des grands principes de WIkipedia, c'est que toute information doit être sourcée afin de garantir rigueur et exactitude dans l'immense majorité des pages. Le problème, expliquent Lara Nicosia et Tamar Carroll, c'est que les femmes ont été sous-exposées tout au long de l'Histoire. Et puisqu'elles sont moins présentes dans la littérature, il est donc plus difficile de remonter jusqu'à elles en fournissant les références littéraires nécessaires à la validation des pages.

Dans une rubrique nécrologique un peu spéciale, le New York Times vient d'entreprendre de donner à un grand nombre de femmes célèbres les hommages qu'elles auraient mérité de recevoir à leur mort alors que, de l'aveu même des journalistes repsonsables de la rubrique, «les nécrologies ont été dominées par les hommes blancs depuis 1851». Wikipedia ferait bien de prendre le même chemin, comme l'indiquent les auteures de l'article.

Pour compenser peu à peu le déséquilibre entre la représentation des femmes et celle des hommes, Carroll et Nicosia proposent de mettre en place des ateliers dédiés à la mise en avant des personnalités historiques féminines. Au sein même de leur université, elles organisent chaque année un «Women on Wikipedia Edit-a-thon», après-midi au cours de laquelle l'objectif sera d'enrichir ou de créer les pages biographiques d'une centaine de femmes ayant compté dans l'Histoire. Prochaine édition le 24 mars, à l'occasion du Women's History Month, mois de célébration des femmes célèbres et de mise en avant de celles qui sont restées dans l'ombre de façon regrettable.

Tout n'est pas perdu pour Wikipedia, considérée comme plus inclusive vis-à-vis des femmes qu'une encyclopédie comme l'Encyclopedia Britannica, qui est pourtant jugée comme une référence. Mais le chemin à accomplir reste immense.

Slate.fr

Newsletters

Non, des graphistes n'auraient pas pu créer un emoji Corsica pour quelques centaines d'euros

Non, des graphistes n'auraient pas pu créer un emoji Corsica pour quelques centaines d'euros

En validant un budget de 52.800 euros pour l'opération «emoji Corsica», l'Assemblée de Corse a défrayé la chronique. Mais selon le porteur du projet, il s'agit là du juste prix.

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

Il a inventé la Silicon Valley et révolutionné la technologie. Aujourd'hui, plus personne ne se souvient pourtant de William Shockley, père du transistor et chef d’entreprise tyrannique.

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Il a mis fin à son biais sexiste.

Newsletters