Parents & enfants

Si si, les parents ont bien des chouchous (et ce sont toujours les mêmes)

Temps de lecture : 2 min

Deux sites dédiés aux parents et aux grands-parents ont mené une enquête aux résultats assez édifiants.

with mum | Laulcare via Flickr CC License by
with mum | Laulcare via Flickr CC License by

Vous avez toujours eu l'impression que vos parents préféraient votre sœur plutôt que vous? Vous n'aviez peut-être pas tort. Les sites Mumsnet et Gransnet – dédiés respectivement aux parents et aux grands-parents, comme leur nom ne l'indique pas tout à fait – viennent de révéler les résultats d'une enquête menée auprès de leurs utilisateurs et utilisatrices. 1185 parents ont notamment dû répondre à la question qui fâche: nourrissez-vous une préférence pour l'un de vos enfants? Une question similaire a été posée à 1111 grands-parents à propos de leurs petits-enfants.

Résultat: d'après The Independent, près d'un quart des parents interrogés ont avoué avoir un chouchou ou une chouchoute au sein de leur progéniture – ce qui ne signifie pas que ces gens le vivent bien. Parmi les parents ayant une préférence, plus de 50% reconnaissent que celle-ci se porte sur le dernier né ou la dernière née de la famille, tandis que 26% désignent au contraire leur fils aîné ou leur fille aînée. Un chiffre édifiant qui pourrait bien alimenter la thèse selon laquelle, dans les familles de 3 enfants et plus, les enfants du milieu font un peu office de laissé·e·s pour compte.

L'enfant miroir

Comment expliquer ces préférences? «C'est parce que c'est l'enfant en qui je me reconnais le plus», affirment 41% des parents. Autre réponse donnée dans plus de 50% des cas: «c'est l'enfant qui me fait le plus rire». Pour être sur la plus haute marche du podium, il faut donc être un enfant miroir, avec en plus beaucoup d'humour.

L'immense majorité des parents s'accorde à dire qu'il ne faut pas montrer cette préférence, même si elle existe. Plus de la moitié des parents estiment que le fait d'avoir une préférence est «affreux», tandis que 75% affirment que l'expliciter peut avoir un effet négatif sur les autres enfants de la famille. Est-il seulement possible de la cacher complètement pendant des décennies? Il est permis d'en douter.

Chez les grands-parents, le taux de personnes ayant une préférence pour l'un ou l'une de leurs petits-enfants s'élève à 42%. L'enquête n'explique pas pourquoi ce chiffre est bien plus haut que chez les parents, mais les raisons possibles sont multiples. On peut notamment imaginer que bien des parents se voilent la face en n'osant (s')avouer avoir une préférence, tandis que les grands-parents font preuve de ce fameux franc-parler parfois savoureux – ou insupportable, rayez la mention inutile – qui caractérise certaines personnes âgées.

Slate.fr

Newsletters

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

La multiplication des actes de violence contre les enseignants d’une part, et le vote du projet de loi interdisant la fessée d’autre part, repose la question de l’autorité éducative.

Des témoignages négatifs sur la GPA ne justifient pas d'appeler à sa criminalisation

Des témoignages négatifs sur la GPA ne justifient pas d'appeler à sa criminalisation

Les réseaux conservateurs s'appuient sur des récits d'expériences douloureuses pour dénoncer la GPA. Seulement, cet argumentaire ne tient pas la route.

Kale, Kiwi... De plus en plus de bébés ont des prénoms d’aliments sains

Kale, Kiwi... De plus en plus de bébés ont des prénoms d’aliments sains

Les aliments stars des régimes sont populaires auprès des jeunes parents.

Newsletters