Histoire / Culture

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

Temps de lecture : 6 min

Décédé le 10 mars à l’âge de 91 ans, le couturier français était sans conteste le préféré de la Première dame la plus emblématique des États-Unis.

/
Jackie Kennedy à Paris, en juin 1961 | AFP

John Fitzgerald Kennedy est élu depuis seulement quatre mois lorsqu’il atterrit à Orly le 31 mai 1961. Après le Canada, la France est la deuxième nation visitée par le jeune président. Les relations entre les deux États ne sont pas forcément au mieux.

Désireux de réaffirmer l’indépendance de la France, le général de Gaulle souhaite doter le pays de l’arme nucléaire. JFK, lui, est un avocat de la non-prolifération. La rencontre pourrait donc être tendue.

Malraux, Manet et Watteau

Kennedy peut au moins compter sur la présence de la Première dame pour détourner l’attention. Jacqueline Kennedy, née Bouvier, est une francophile, qui a étudié un an à la Sorbonne. Cette qualité alliée à sa jeunesse et son élégance suffit à aspirer le public et une partie de la presse, qui la suit partout.

Avec le ministre de la Culture André Malraux pour guide, Jackie, en élégant tailleur gris, visite la salle du jeu de Paume, fermée au public. Aux Tuileries, elle confie à la presse avoir particulièrement été impressionnée par Olympia, le tableau de Manet. La Première dame se rend ensuite à Malmaison pour visiter l’ancienne résidence de Joséphine de Beauharnais.

L’admiration qu’elle suscite est telle que JFK déclare: «Je suis l’homme qui accompagne Jacqueline Kennedy à Paris». Fastueuse, leur réception fait ensuite l’objet d’un dîner d’État à la galerie des Glaces du château de Versailles, la salle où le futur Louis XVI épousa Marie-Antoinette. Jackie apparaît en robe Givenchy.

C’est au cours de ce dîner que le vieux général est charmé. Auteur de Hubert de Givenchy, Entre Vie et Légendes, paru en 1999, Jean-Noël Liaut connaissait bien le couturier, avec qui il passa des heures pour son livre. Suffisamment pour que celui qu’il appelle Hubert lui montre une lettre, écrite par Jackie Kennedy elle-même.

«Dès le lendemain, elle a écrit de l’ambassade des États-Unis, en français, pour lui raconter sa soirée, explique-t-il, exalté. Le général de Gaulle lui a dit “Madame, vous êtes très belle, vous ressemblez à un Watteau”. Ce n’était pas quelqu’un de très frivole; un compliment de ce genre, ça avait du poids

À ce moment-là, l’alliance entre la Maison-Blanche et la Maison Givenchy est connue –même la sœur de la Première dame, Lee Radziwill, porte du Givenchy. Le lien de confiance entre la First Lady et le couturier a commencé à se tisser des années plus tôt.

Audrey Hepburn et des ciseaux à ongles

Fille d’un agent de change de Wall Street et d’une mondaine bien née, Jacqueline Kennedy évolue dans un milieu où l’attirance pour les couturiers français est commune.

«Jacqueline était très snob, s’amuse Liaut. Hubert était plus qu’un simple personnage de mode. C’était le Marquis de Givenchy. Ces femmes étaient attirées par ce genre de personnages

Dès la campagne présidentielle, qui oppose le démocrate Kennedy au républicain Richard Nixon, Jackie choisit la maison Givenchy. Elle se rend Avenue George V, fait des essayages, dîne avec le couturier.

«Sur toutes les photos de la campagne, elle est en Givenchy, reprend Liaut. Jusqu’au chapeau boîte à pilules, fait par Francine Desbois, la modiste maison d’Hubert. Il avait dessiné toute une garde robe exprès. Tout le monde en convient: Hubert a créé l’image de Jackie Kennedy. Son élégance, c’était Givenchy.»

Pourquoi choisir Givenchy plutôt que Chanel ou Cardin? Premier élément: Jackie compte parmi ses amies une certaine Bunny Mellon. Mellon, une philanthrope, est proche du couturier, qui va jusqu’à confectionner son linge de maison et ses habits de jardin.

Au-delà de cette amie commun, Liaut juge le choix de Givenchy logique. La maison française incarnait alors ce que recherchait les Kennedy: la modernité et l’élégance, crédo de JFK et de son épouse, qui cherchaient à rompre avec les couples présidentiels du passé.

«À part Chanel et son petit tailleur, les autres couturiers tapissaient un peu les dames, se moque Liaut. Hubert, lui, était comme un architecte. Ses vêtements donnaient une allure légère, gracieuse. En Givenchy, elle n’avait pas l’air d’une da-dame, comme Eleanor Roosevelt et ces dames patronnesses du passé.»

Cette apparence de «ballerine légère», Hubert de Givenchy l’a développée avec une autre cliente célèbre: son amie Audrey Hepburn, dont on s’accorde à dire qu’il a également créé l’image.

«Jackie aimait ses films, assure Liaut. Audrey Hepburn avait démodé tous les sex symbols. Marilyn Monroe et ses semblables avaient des seins, étaient pulpeuses. En comparaison, Audrey était une ballerine anorexique. La robe noire d’Hubert qu’elle porte dans Diamants sur canapé avait eu un impact extraordinaire.»

Audrey Hepburn en Givenchy dans la scène d'ouverture de Diamants sur canapé

Jean-Noël Liaut n’irait pas jusqu’à dire que la Première dame cherchait à imiter le style de l’actrice, mais elle s’en inspirait forcément. Sur ce sujet, l’américaine Pamela Keogh, auteure des ouvrages Audrey Style et Jackie Style, va plus loin.

«JFK a été avec Audrey Hepburn avant d’être avec Jackie, assure-t-elle. Il a un jour dit que son film préféré était Vacances romaines. Après leur mariage, il y a des photos de Jackie à Georgetown, quand JFK était encore sénateur, sur lesquelles elle est une copie d’Audrey Hepburn dans ce film. Elle avait ce même look à la fois chic et gamine, très européen. L’influence est évidente.»

Dans l’Amérique du début des années 1960, qui sort d’un double mandat du général Dwight Eisenhower, la Première dame ne peut en revanche pas porter les créations d’un couturier français: elle doit être habillée par un couturier américain.

«On choisit Oleg Cassini, siffle Jean-Noël Liaut. Il était d’origine russe, mais nationalisé Américain. C’était un playboy, anciennement fiancé à Grace Kelly avant qu’elle n’épouse le prince de Monaco.»

Mais Cassini n’est qu’une couverture. Jackie Kennedy aime tellement les modèles de Givenchy qu’elle les fait rentrer en douce à la Maison-Blanche. «Elle découpait elle-même les étiquettes avec des ciseaux à ongles, précise Liaut.

Peu scrupuleux, Cassini fait passer les vêtements de Givenchy pour ses créations. «Oleg Cassini a pompé tous les modèles d’Hubert. De purs modèles Givenchy! Hubert avait un tel rayonnement à ce moment-là qu’il s’en moquait. Il avait une relation de confiance avec Jackie, habillait Audrey et ne voulait pas d’histoires.»

Des perles et un portrait

Et puis, le 22 novembre 1963, le glamour tourne au drame. À Dallas, John Fitzgerald Kennedy est abattu à bord de la voiture présidentielle. À ses côtés, Jackie est couverte de sang. Ce jour-là, elle ne porte pas du Givenchy, mais un tailleur Chanel, éclaboussé de morceaux de la cervelle de son mari.

Lors des obsèques, qui ont lieu trois jours plus tard en la cathédrale Saint-Matthieu de Washington, Jacqueline Kennedy retrouve Givenchy. «Peut-être que, comme Audrey Hepburn le disait, elle se sentait protégée en Givenchy, réfléchit Pamela Keogh. C’est ce dont elle avait besoin pour cette épreuve.»

Ce jour-là, comme d’autres, Jackie n’est pas la seule Kennedy à porter du Givenchy. Le 12 mars, jour de l'annonce du décès d'Hubert de Givenchy, le journaliste de mode Loïc Prigent publiait sur Instagram un extrait de son entretien avec le couturier publié par Vogue Paris en 2013.

Rose Kennedy, mère de JFK, avait suivi la ligne Givenchy de sa belle-fille et se savait garante du standing de la famille.

Lorsque le petit frère, Bobby Kennedy, brigue la candidature démocrate en 1968, sa mère commande une garde-robe à Givenchy. Comme son premier fils, Bobby sera assassiné, à Los Angeles, le 6 juin de la même année.

Après le décès de son mari, Jacqueline Kennedy, moins fortunée, ralentit son train de vie. Son lien avec la maison Givenchy se desserre. «On l’appelait Given-cher, elle n’avait peut-être plus les moyens», suppose Jean-Noël Liaut.

Après son deuxième mariage avec le milliardaire grec Aristote Onassis, en 1968, Jackie Kennedy porte à nouveau du Givenchy, assure Pamela Keogh. Mais Jean-Noël Liaut ne pense pas que de quelconques échanges aient à nouveau lieu entre le couturier et l'ancienne Première dame.

En 1994, Jackie décède des suites d’une infection, à l’âge de 64 ans. «Ils ne sont jamais devenus amis, précise Liaut. C’était des rapports très courtois. Elle était très mystérieuse, une sorte de Joconde. Lui, était très protestant.»

Subsiste pourtant un lien entre Jackie Kennedy et Hubert de Givenchy –un lien historique dont la preuve la plus tangible se trouve encore aujourd’hui à la Maison-Blanche. «Il y a ce qu’on appelle la galerie des portraits, explique Jean-Noël Liaut. Y sont représentés les présidents et les Premières dames. Sur son portrait, réalisé par le peintre Aaron Shikler, Jackie porte une robe Givenchy. Il m’a montré le dessin de cette robe. Pour l’éternité, Jacqueline rend hommage à Hubert, à qui elle savait qu’elle devait tant

Portrait officiel de Jackie Kennedy, réalisé par Aaron Shikler | Via Wikimedia Commons

Thomas Andrei Journaliste

Newsletters

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

L'invention française longtemps délaissée outre-Atlantique est en bonne voie pour séduire les Américains.

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

Les services secrets britanniques ont brouillé les pistes en 1944 en utilisant l’acteur Clifton James, pour interpréter le rôle de sosie du général Montgomery.

Pourquoi nous imaginons les aliens comme des petits hommes verts

Pourquoi nous imaginons les aliens comme des petits hommes verts

C'est la faute de la science-fiction.

Newsletters