Boire & manger / Monde

En Italie, une secte «macrobiotique» démantelée par la police

Temps de lecture : 2 min

Les adeptes, dont l'une ne pesait que trente-cinq kilos, pensaient que ce régime pouvait guérir toutes les maladies.

/
Mario Pianesi, en 2017 | Capture écran via YouTube

Le créateur du régime macrobiotique «Ma-Pi», Mario Pianesi, était jusqu'à peu un homme respecté en Italie. À la tête d'un empire de diétiétique comprenant une centaine de boutiques et restaurants, il avait même rencontré le pape à Rome, en 2016.

Il s'avère que son mouvement macrobiotique était une véritable secte qui forçait ses adeptes à se couper de monde, à travailler gratuitement, à lui donner de l'argent et à ne quasiment rien manger.

Après une enquête de cinq ans, la police de la région des Marches vient d'inculper cinq personnes liées à la secte, dont Pianesi, pour maltraitances, évasion fiscale et organisation criminelle visant à réduire des personnes en esclavage.

Refus de la médecine

Une des membres de l'organisation ne pesait plus que trente-cinq kilos, mais tous les adeptes semblaient avoir été convaincus que le régime de Pianesi, qui consiste à ne manger que des céréales, des légumes et des légumes secs, les guérirait de nombreuses maladies.

Selon la presse italienne, le gourou répétait souvent que la médecine tuait et que les docteurs étaient des «assassins». Au sein de la secte, une petite fille dont les parents suivaient ses préceptes est devenue sourde à cause d'une otite non traitée.

«Il s'agit de personnes qui souffraient de maladies physiques et mentales. Elles étaient convaincues que le régime leur faisait du bien et en échange, elles travaillaient gratuitement pour l'entreprise de nourriture macrobiotique et sacrifiaient leurs propres vies», a expliqué le chef de la police d'Ancône au Guardian.

Originaire d'Albanie, Mario Pianesi, 73 ans, n'a jamais étudié la médecine; il n'avait qu'un diplôme honoraire de l'Académie des sciences de Mongolie. Sa méthode a été enseignée dans une université privée de Rome, et il était citoyen honoraire de plusieurs villes.

Slate.fr

Newsletters

Convaincre un fou de whisky de passer au rhum: mode d'emploi

Convaincre un fou de whisky de passer au rhum: mode d'emploi

Votre mission si vous l’acceptez: convertir au spiritueux de canne un amateur de single malt. Malgré les cris d’orfraie qu'il ne manquera pas de lancer, rassurez-vous, c'est moins compliqué qu'il n'y paraît.

Les restaurants sont devenus bruyants (et ce n'est pas uniquement la faute des clients)

Les restaurants sont devenus bruyants (et ce n'est pas uniquement la faute des clients)

Le bruit arrive en haut du classement des plaintes de la clientèle.

L'alcool peut révéler l'accent que vous aviez réussi à dissimuler

L'alcool peut révéler l'accent que vous aviez réussi à dissimuler

Entre perte d'attention et mimétisme, boire est susceptible de modifier votre manière de vous exprimer.

Newsletters