Égalités / Parents & enfants

Les pères devraient pouvoir rester dormir à la maternité

Temps de lecture : 15 min

Lorsque l’enfant paraît, les familles dorment séparées: la mère à la mater, le père à domicile. Pourtant, laisser l’accompagnant passer la nuit sur place, c’est aussi éviter une paternité en veilleuse et permettre une parentalité moins anxieuse.

Photo via Pixabay CC License by
Photo via Pixabay CC License by

Le gouvernement a commandé en janvier 2018 un rapport sur un éventuel allongement du congé paternité (la décision de l’exécutif interviendra, elle, en juin). L’objectif de cette mesure: «un meilleur partage des tâches parentales», souligne la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. Les femmes pourront «passer plus de temps à développer leur carrière» puisqu’elles ne seront alors plus considérées comme les seules référentes des tâches domestiques. Une bonne idée. Sauf que, avant même les congés maternité et paternité, le rôle des deux parents est fortement genré et pas sur un pied d’égalité.

Dès le séjour à la maternité, si le père est désormais mieux accepté lors des différentes étapes de l’accouchement, la nuit, il est souvent renvoyé dans ses cages –ce qui n’aide pas à régler le problème du partage des tâches parentales. La sage-femme Francine Caumel-Dauphin le précise dans son nouvel ouvrage Mieux accoucher, c’est possible – Pour en finir avec «Accouche et tais-toi!» (Synchronique éditions), «exclure l’un des auteurs de cette création va interférer avec la prise de conscience de son rôle éducatif». Une analyse partagée par Mathieu Azcue, sage-femme et doctorant en sociologie. «L’expérience de la maternité au sein d’une institution hospitalière inaugure une répartition des rôles et des tâches parentaux au sein des couples», écrit-il.

Certes, il y a des raisons médicales à cette différence de traitement. «Il fallait vérifier que la cicatrisation était bonne, que je ne perdais pas de sang, détaille Célia, 30 ans, qui a accouché en octobre à Paris. Je devais être surveillée, donc il n’était pas choquant pour moi qu’Étienne ne soit pas là la nuit: il n’avait pas besoin, lui, de soins.» Reste que cela revient à mettre de côté les émotions des deux parents, comme si l’accouchement n’était qu’un processus médical et pas une révolution affective, et à «considérer l’homme uniquement comme un géniteur et non comme un papa», insiste Francine Caumel-Dauphin. Ainsi qu’à faire prendre insidieusement conscience à la mère de la charge mentale qui lui incombe.

«À l’hôpital, c’est un exploit d’amener le personnel à accepter l’idée que des hommes peuvent s’occuper du bébé.»

Francine Caumel-Dauphin, sage-femme

Dans un document de mars 2014 à propos de la sortie précoce de la maternité, la Haute Autorité de Santé (HAS) relevait que cette dernière permet de prendre «davantage en compte la dimension familiale de la naissance: la séparation avec les aînés est limitée, le père serait plus rapidement présent et le raccourcissement du séjour en maternité le solliciterait davantage (participation aux tâches ménagères et aux soins du nouveau-né)». Sauf que, dans les faits, cette dimension familiale, si louée, est souvent oubliée au sein même de la maternité, un peu «comme si le destin biologique était associé au fait de s’occuper de l’enfant», note Mathieu Azcue. Y compris dans la tête des professionnels, qui parfois n’y mettent vraiment pas du leur. «À l’hôpital, c’est un exploit d’amener le personnel à accepter l’idée que des hommes peuvent s’occuper du bébé. Pour beaucoup de puéricultrices, l’enfant reste l’affaire de la femme, un point c’est tout», insiste sa consœur dans son essai. Certes, «l’homme ne peut pas lui donner le sein, mais les câlins, il peut les donner. Certains bébés ont besoin d’être rassurés en permanence et ce peut être fait par la mère comme par le père», s’exclame Francine Caumel-Dauphin.

Fauteuil inconfortable

Pourtant, certains professionnels ne comprennent pas la demande d'hommes qui souhaitent être présents au même titre que la mère lors des premiers instants de vie de leur enfant: «Ils ne pourraient pas les laisser tranquilles avec leur gosse! Trois nuits, un séjour en maternité! Elles n’ont pas besoin de leur mec ici.»

Ces propos d’une cadre hospitalière, recueillis par Mathieu Azcue sur l’un de ses terrains de thèse, montrent bien comment l’accompagnant de la parturiente est perçu à la maternité: pas vraiment à sa place. «J’aurais bien passé du temps avec Ana et Mathéo, mais c’est quand même stressant pour le père. Et il y a surtout la peur de déranger pour les soins», relate Rémy, 31 ans, dont les deux enfants sont nés au Centre hospitalier intercommunal de Créteil et qui a passé ses nuits chez lui –«mais j’étais à 5 minutes en voiture donc toujours prêt à débarquer», précise-t-il.

Dans l’hôpital lyonnais où Sophie, 29 ans, a accouché en novembre de sa fille, les pères pouvaient rester dormir. Mais deux nuits, pas plus. Ensuite, ouste! «Visiblement, c’est parce qu’il y a eu des mauvaises expériences avec des papas qui n’ont pas forcément été très aidants avec les mamans et qui se sont surtout installés là sans rien faire, qui ont eu des réactions un petit peu machistes avec les sages-femmes. Elles ont limité à deux jours pour éviter que, s’il y a un cas problématique, ça dure trop longtemps», explique la jeune femme, qui a cherché à connaître les raisons de cette restriction temporelle.

Dans la plupart des maternités, on est encore loin du compte. Sur place, rien n’est prévu, officiellement, pour les accompagnants. Même la journée: «ça fait vraiment très visiteur, insiste Célia. Étienne, qui restait de 10 heures à 23 heures, devait, pour pouvoir manger, faire des courses le matin et se faire livrer le soir.» La nuit, tout dépend de l’équipe à laquelle le couple aura affaire. «À 23 heures, quoi qu’il arrive, le papa devait partir. Normalement, les visites s’arrêtent plus tôt mais l’équipe était tolérante», témoigne Célia. «Les infirmières nous ont dit que le père pouvait rester: c’est une tolérance, se souvient Rémy. J’étais autorisé à dormir dans la chambre sur un fauteuil défoncé. Vu le fauteuil mis à disposition, j’ai préféré aller rejoindre mon lit. Tous les pères que j’ai vus ont préféré rentrer chez eux. J’en ai même vu un dormir dans sa voiture.»

Matelas au sol en secret

De temps à autre, malgré le cadre général dans lequel le père reste un impensé, le personnel hospitalier va élaborer un plan B. «J’ai des copines qui étaient en chambre double et, comme il n’y avait personne d’autre dans la chambre, le papa est resté dormir dans le deuxième lit. Les infirmières ont laissé faire. Mais on aurait pu leur dire à 4 heures du matin “Monsieur, sortez s’il vous plaît, on va accueillir une dame”, se rappelle Nathalie, 31 ans, qui a donné naissance en 2015 en Belgique. En chambre simple, le père avait la permission de rester dormir mais c'était le camping. Pour nous, il y avait un lit qui traînait dans le couloir, on nous a dit qu’on pouvait utiliser le matelas par terre et on nous a donné des draps.»

Des solutions de repli qui restent parfois officieuses. «Nos jumeaux sont nés prématurés. Ils ont passé la première nuit et pas mal d’autres au service réanimation, raconte Hélène*, 33 ans, qui a accouché à la maternité parisienne de Port-Royal, où l'on ne propose que des chambres simples. Après cet accouchement surprise dans l’urgence et la césarienne, il n’était pas loin de minuit quand j’ai rejoint ma chambre, où le papa n’a droit qu’à une chaise. Avec Colin, on était un peu déboussolés, crevés. Moi je ne pouvais pas bouger, lui ne savait pas trop quoi faire: rentrer se reposer? passer la nuit sur la chaise? Et, là, une infirmière bienveillante s’est proposée d’aller nous chercher un matelas à poser au sol. Mais attention, il fallait que ça reste secret parce que c’est interdit et, à 6 heures, le papa devait lever le camp.» De quoi ôter l’envie à beaucoup de (tenter de) fermer l’œil aux côtés de sa conjointe et de son enfant.

Nuits difficiles

Pourtant, les témoignages de parents sur leur vécu de ces premières nuits devraient inciter toutes les maternités à proposer systématiquement un accueil incluant les deux membres du couple et pas seulement la mère qui a donné naissance. «Je me disais que j’allais être fatiguée et je voulais que ma fille soit avec son papa si je dormais. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé: Boris l’a prise à quelques moments de la nuit pour me soulager un petit peu et que je puisse me reposer. Je ne me serais pas vue passer les deux premières nuits seule avec ma fille», rapporte Sophie. Célia, elle, n’a pas eu le choix. «J’aurais aimé qu’Étienne puisse être là et prendre le relais la nuit, pour que je puisse dormir. Ambre pleurait toutes les demi-heures. Moi, je venais d’accoucher après un travail d’un jour et demi et je n’ai pas eu le droit de dormir. Quand je suis rentrée de l’hôpital, j’étais à bout. Il aurait été là la nuit à la maternité, j’aurais peut-être été moins dure avec lui. J’étais tellement fatiguée que je me plaignais tout le temps!»

Caroline, 40 ans, maman d’un garçon de 2 ans et demi, a accouché dans la petite maternité (quatorze chambres) de l’hôpital de Monaco et y a dormi sans son «équipe» –«il était établi depuis longtemps qu’on ne réserverait pas la suite, réservée aux femmes de footballeurs». Résultat, les nuits ont été difficiles:

«Je n’avais pas du tout pensé à l’effet que ça aurait sur moi mais, après coup, si c’était à refaire, j’essayerais d’organiser les choses autrement. La deuxième nuit a été très éprouvante. En plus du contrecoup, de la fatigue, des hormones, c’était la nuit de la montée de lait: mon fils pleurait et tétait peu mais souvent, je ne savais pas si je faisais bien ou mal, le personnel passait quand j’appelais mais il était expéditif et je pleurais moi aussi. Toutes ces femmes qui venaient me voir étaient plus ou moins bienveillantes et disponibles, mais aucune ne faisait partie de mon équipe et aucune n’était là pour moi: elles faisaient leur boulot. Mon conjoint, ma mère, ma sœur, ma tante et ma meilleure amie m’ont terriblement manqué… Si mes proches avaient été présents, ils m’auraient fait rire, m’auraient aidée à dédramatiser, à relativiser et même à aller aux toilettes. Face aux têtes inconnues, à ma grande confusion face au démarrage de l’allaitement, à ma souffrance suite à l’épisiotomie, j’avais besoin d’être entourée.»

«Son angoisse en tant que père par rapport à ce qu’il se passe pour son petit, personne ne s’en occupe, personne ne va l’écouter.»

Francine Caumel-Dauphin, sage-femme

Exclusion paternelle

La mère n’est pas seule à se sentir isolée. Le père, renvoyé à ses pénates, peut lui aussi mal vivre la situation. Ç’a été le cas de Guillaume, 30 ans: «J’ai très mal vécu de me retrouver seul à la maison. On quitte un lieu qui, même s’il est médicalisé, est tellement empli de magie et d’amour que de revenir à ce train de vie quotidien, seul, c’est monstrueux! Je me demandais sans cesse comment cela se passait, si tout allait bien, si ma conjointe arrivait à gérer. Mais je ne voulais pas l’appeler parce que, si jamais je l’avais réveillée, je me serais senti vraiment mal. En fait, je n’ai quasiment pas dormi cette nuit-là et je me souviens être reparti de la maison dès que je l’ai pu, vers 6h30.»

Une mise de côté que Francine Caumel-Dauphin a aperçue (bien trop souvent) au cours de son parcours de sage-femme: «Son angoisse en tant que père par rapport à ce qu’il se passe pour son petit, personne ne s’en occupe, personne ne va l’écouter. Les pères ont le droit d’être angoissés. Ils se disent qu’ils doivent soutenir leur femme, mais qui les soutient, eux? On ne les considère pas comme des individus qui ont leurs peurs, leurs réserves. Alors que c’est une question d’état d’esprit. Ça ne coûte rien de rentrer dans une salle et de dire au père que ça fait un moment qu’il est là et de lui proposer de prendre un café. C’est une question d’attention à l’autre.»

Heureusement, il existe des maternités qui accordent une place plus conséquente à l’autre parent. À Limoges, la polyclinique des Émailleurs a systématisé l’accueil des accompagnants: chaque chambre bénéficie d’un lit supplémentaire, pour le père, l’autre mère ou un proche. Même approche à la maternité Notre-Dame-de-Bon-Secours, du Groupe hospitalier Paris-Saint-Joseph, nous explique le professeur Elie Azria, chef du service: «Le père est un acteur dont on a trop longtemps nié la place, il est largement temps de la lui redonner. Il ne doit y avoir aucune restriction à la place des pères lors des suites de couches. Notre norme, c’est qu’ils ne sont exclus de rien. Le lit accompagnant, qui est un fauteuil que l’on ouvre avec la possibilité de s’allonger et d’y dresser un lit de camp, fait partie du mobilier de deux tiers des chambres particulières. Pour le tiers restant, nous proposons des lits d’appoint. Toutes les chambres seront équipées de fauteuils convertibles courant 2018.»

Idem aux Hospices civils de Lyon, où Mathieu Azcue est sage-femme coordonnateur: «Pour quarante-six lits, on a une douzaine de lits accompagnants (avec draps et petit-déjeuner, pour la somme de 18 euros). On n’a jamais eu de demandes supplémentaires à nos capacités. Mais, comme il est important que les gens se sentent accueillis et qu’ils n’aient pas besoin de demander s’ils peuvent rester, depuis un an et demi, on a lancé une stratégie de renforcement de l’accompagnement des accompagnants. On a installé des canapés: la journée, la mère peut s’y installer confortablement pour allaiter et, la nuit, le canapé se déplie en lit pour que l’accompagnant puisse rester dormir. À terme, nous souhaitons qu’il puisse y avoir un canapé par chambre.»

La demande des pères existe

Si ces établissements ont fait ce choix, ce n’est pas sans raison. «On maintient ainsi une sorte de cohésion familiale. La maman est toujours accompagnée par quelqu’un qu’elle connaît et pas seulement face à une équipe médicale étrangère. Ça ne peut que rassurer», pointe le professeur Azria. Nathalie a ainsi été rassérénée par la présence de son mari: «J’avais l’impression que je n’allais pas y arriver toute seule. Il partait et je pleurais. En plus, avec la césarienne en pleine journée, c’était indispensable qu’il soit là, je ne pouvais pas bouger. Finalement, il a joué le rôle de l’infirmière mais c’est quand même plus agréable quand c’est ton conjoint: il m’apportait Juliette quand il fallait l’allaiter.»

C’est aussi comme cela que l’appréhendait Sophie, qui a pu passer les deux premières nuits après la naissance de sa fille avec son compagnon. «Ils ne nous ont pas dit tout de suite que c’était ok pour qu’il reste, c’était toujours sous réserve qu’il y ait assez de lits à la maternité pour le papa… Il fallait attendre que l’équipe de nuit nous le confirme. On a su à 20 heures que c’était bon. Ça m’angoissait un petit peu l’idée qu’on nous refuse la possibilité qu’il dorme sur place. Je préférais qu’il reste parce que j’avais peur de pas pouvoir gérer mon bébé: c’est mon premier et je ne savais pas comment faire et j’avais besoin qu’on apprenne ça à deux et qu’on avance en équipe. Moralement, j’avais vraiment besoin que mon conjoint soit là et qu’on s’aide, comme dans la vie au quotidien.»

C’est donc qu’une demande, certes encore minoritaire et souvent portée spécifiquement des catégories sociales moyennes et supérieures, existe. Pour Mathieu Azcue, elle s’inscrit dans un continuum logique: après la demande d’accouchements plus physiologiques dans les années 2000, la mise en œuvre de maisons de naissance, est venu le temps d’une volonté d’attention plus importante aux accompagnants. Et, selon lui, ce mouvement va s’amplifier: «Il y a une demande institutionnelle à la baisse de la durée du séjour en maternité, une demande sociale vers plus d’équilibre concernant le partage des tâches et beaucoup de pères prennent leur congé paternité. Forcément, cela aboutit à une plus forte demande d’intégration du couple parental et des accompagnants à la maternité. L’accouchement se familialise.» Il s’agit donc, pour ce sage-femme qui mène une thèse sur les parcours d’accouchement et la dynamique genrée, d’«accompagner ce mouvement social qui va vers un partage des tâches plus équitable; être féministe, c’est notamment inclure les hommes dans ces tâches reproductives. À la maternité, on a ce rôle social».

Bulle parentale

Car la présence du père (ou du conjoint, quel que soit son sexe) la nuit à la maternité n’a pas juste pour vocation de rassurer chacun des parents. Elle a une visée égalitaire, au sein du couple et de la société –parce que le privé est politique–, tandis que l’exclusion paternelle a pour objectif implicite que le nouveau père puisse dormir, reprendre des forces, afin de mieux pouvoir «aider» sa compagne et préparer au mieux l’accueil du nouveau-né. Dans ce cas, «on les confine dans un rôle d’auxiliaire», pointe Francine Caumel-Dauphin. «La médicalisation des accouchements a eu un effet paradoxal, fait remarquer Mathieu Azcue. Vu que le nombre de décès est bas, le séjour à la maternité devient un moment éducatif plus qu’un moment à risque. C’est pourquoi les couples souhaitent être accompagnés de manière simultanée, pour que la femme ne soit pas seule à entendre les conseils.» Et à ensuite devoir les retranscrire, devenant ainsi le parent-référent, le sachant.

En témoigne Sophie: «C’est un vrai beau moment qu’on a vécu, on se sentait dans notre bulle. Ça renforce forcément le couple d’être à deux. Aussi pour le papa, je pense que ça crée un attachement directement avec le bébé, parce qu’il a autant de responsabilités que la maman. Et, si la maman s’en occupe pendant les premières nuits, j’imagine que ça doit un petit peu éloigner le papa, qui va peut-être plus se reposer sur la maman, ou qui va se sentir moins capable d’agir auprès du bébé.»

Équilibre naissant

Bien sûr, ce n’est pas parce que le père n’a pas dormi à la maternité que cela fait automatiquement de lui un parent n°2. Ne serait-ce que parce que «ces hommes-là, qui veulent rester à la maternité, sont porteurs d’un projet commun. Le séjour à la maternité est un moment transitoire dans un processus plus large et éducatif», détaille Mathieu Azcue. «L’important est que le père et la mère soient bien présents auprès de l’enfant arrivé à la maison; la maternité n’est qu’un passage rapide finalement, où l’on apprend beaucoup (la toilette, l’allaitement) mais qui est vraiment mis en œuvre une fois rentrés», récapitule Rémy.

Tout ne se joue donc pas en quelques heures nocturnes, ouf! Un meilleur équilibre parental «passe par le fait d’accorder une place au père en post-natal mais aussi en pré-natal, soutient Elie Azria. C’est pour cela que nous avons des cours de préparation à la naissance spécifiques pour les pères, parce que nous avions constaté que lors des cours de préparation classiques les hommes prenaient moins la parole et posaient moins de questions. On a voulu les réintégrer dans le suivi de la grossesse et les aider à prendre leur place». C’est ce que résume Francine Caumel-Dauphin dans son dernier ouvrage: «Ainsi faut-il permettre au conjoint de se sentir impliqué le temps de la grossesse, au cours de l’accouchement, et ce quelles que soient les circonstances. C’est la voie la plus sûre pour devenir père.»

Reste que, si rien n’est fait pour améliorer de manière générale l’accueil des pères à la maternité, le modèle du père en soutien à la mère, évolution 2.0 du pater familias, restera prédominant. «C’est pour ça que j’ai mis les canapés, indique Mathieu Azcue. C’est une opportunité, qui peut être saisie ou pas par les parents. C’est une petite graine à faire germer dans l’esprit des gens.» Et pas seulement des déjà convaincus.

NB: les prénoms suivis d’un astérisque ont été changés, les personnes ayant témoigné souhaitant conserver l’anonymat. Retourner à l'article

Daphnée Leportois Journaliste

Newsletters

Les hommes sous-estiment le niveau de harcèlement sexuel auquel sont exposées les femmes

Les hommes sous-estiment le niveau de harcèlement sexuel auquel sont exposées les femmes

Les femmes aussi, mais pas autant.

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Il a mis fin à son biais sexiste.

Pourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme)

Pourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme)

De retour pour une nouvelle saison le 5 décembre, «The Marvelous Mrs. Maisel» raconte comment une mère au foyer du New York des fifties se lance dans le monde du stand-up, offrant un coup de projecteur aux réelles pionnières du genre.

Newsletters