Égalités / Monde

À l'ONU, les enquêtes pour agressions sexuelles meurent en silence

Temps de lecture : 11 min

Des rapports confidentiels révèlent l'incompétence de l'organisation en matière de violences et d'inconduites sexuelles et la culture de l’immunité qu'elle peut générer.

Luiz Loures (à gauche), directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA, a été accusé par deux femmes d'harcèlement et d'agressions sexuelles, puis complètement disculpé malgré une enquête trouble, et pleine de lacunes. |
Michael Kovac/Getty Images/AFP
Luiz Loures (à gauche), directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA, a été accusé par deux femmes d'harcèlement et d'agressions sexuelles, puis complètement disculpé malgré une enquête trouble, et pleine de lacunes. | Michael Kovac/Getty Images/AFP

Le 26 février, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres réaffirmait son «engagement à appliquer une politique de tolérance zéro à l’égard du harcèlement sexuel». Une déclaration accompagnant la mise en place d'une nouvelle hotline chargée de recueillir les plaintes au sein de l'organisation, la création d'une équipe d'investigation spécialisée et l'introduction d'une «procédure rapide et simplifiée pour recevoir ces plaintes, les traiter et y répondre».

À l'ère de #MeToo, de telles annonces sont désormais monnaie courante. Sauf que contrairement aux apparences, les actions du secrétaire général n'ont pas toujours été aussi progressistes et magnanimes.

«Les yeux du monde sont, littéralement, tournés vers nous»

Un mémo interne rédigé la veille des déclarations de Guterres et obtenu par Foreign Policy laisse entendre que l'organisation est en réalité sur la défensive. En effet, ce mémo –signé par Ben Swanson, directeur de la Division des enquêtes et adressé à son équipe du Bureau des services de contrôle interne de l’ONU (BSCI)– avertit que «les yeux du monde sont, littéralement, tournés vers nous, donc je vous prie de faire attention». Si jamais l'organisation «se vautre», écrit Swanson, elle ne pourra pas compter sur «beaucoup d'indulgence».

Swanson ne précise pas les raisons d'une telle prudence, mais cela n'était pas nécessaire. Trois semaines auparavant, The Code Blue Campaign, une ONG répertoriant notamment les cas d’abus sexuels commis par des Casques bleus, dénonçait la négligence de l'institution quant aux récentes accusations faites contre Luiz Loures, le directeur exécutif adjoint de l'Onusida, le programme de lutte contre le HIV/sida de l'ONU. Selon les informations recueillies par le Guardian, une enquête interne aurait totalement disculpé Loures, par ailleurs secrétaire général adjoint, du moindre comportement répréhensible.

Des documents relatifs à cette enquête ont aussi été obtenus par Foreign Policy. Ils offrent un aperçu précieux de la manière dont les Nations unies ont pu traiter de telles affaires dans un passé récent –selon des procédures qui ne respectent pas les normes légales les plus basiques et ouvrent dès lors la porte aux interférences politiques, entre autres lacunes. L'ampleur des problèmes exposés par ces rapports est réelle et il est peu probable qu'ils puissent être résolus par les réformes annoncées par Guterres.

L'Onusida s'est refusée à tout commentaire (et n'a pas fait en sorte que Loures ou d'autres membres de son personnel soient disponibles pour commenter), invoquant une politique de réserve, mais a nié tout manquement dans ses enquêtes. «L'Onusida a suivi la procédure et s'est conformée aux procédures applicables, à la fois dans la lettre et dans l'esprit», nous a écrit un porte-parole de l'agence dans un courrier électronique. Des affirmations contredites par le compte-rendu de l'enquête, par ailleurs présent dans les documents fournis par l'agence.

«Parole contre parole»

C'est le cas, par exemple, du compte-rendu d'enquête sur l'incident en question. Au printemps 2015, un soir, Loures et un groupe d'employés d'Onusida originaires du monde entier étaient réunis pour une conférence en Asie de l'Est. Pendant un cocktail, Loures en vient à discuter avec une de ses employées. Selon les documents, ils parlent de sujets professionnels jusqu'à ce que la femme informe Loures de son besoin de remonter dans sa chambre pour travailler à sa présentation prévue pour le lendemain, après quoi ils seraient tous les deux montés dans le même ascenseur. Jusqu'ici, les versions de Loures et de son accusatrice sont identiques.

C'est ensuite que leurs témoignages divergent. Selon la femme qui l'accuse, Loures, son supérieur hiérarchique, était appuyé dans le fond de la cabine puis se serait subitement jeté sur elle, en l'embrassant et en lui touchant les seins. Une fois l'ascenseur arrivé à son étage, l'employée affirme que Loures aurait essayé de l'attirer dans sa chambre pour faire l'amour. Elle déclare aussi avoir lutté pour se dégager –Loures lui aurait tenu fermement le bras– pour retourner dans l'ascenseur, hors de sa portée. (Loures nie catégoriquement toutes ces allégations).

Un an et demi plus tard, en novembre 2016, la femme dépose une plainte officielle auprès du directeur exécutif de l'Onusida, Michel Sidibé. Les services de contrôle interne de l'Organisation mondiale de la santé (IOS), dont les prérogatives s'étendent aussi à l'Onusida et qui font partie de la vingtaine de services d'enquête affiliés à l'ONU, lancent une procédure d'enquête.

Le compte-rendu de l'épisode consigné dans le rapport de l'IOS est un cas classique de «parole contre parole». Sauf que les enquêteurs ont aussi collecté des faits qui rendent difficile à comprendre la future mise hors de cause de Loures.

Les incohérences dans le témoignage de Loures auraient dû soulever des soupçons

Selon le rapport, l'accusatrice a déclaré à l'IOS qu'après la réception, Loures aurait insisté pour qu'elle boive un dernier verre avec lui dans un des salons de l'hôtel. Elle dit avoir accepté parce qu'elle se sentait obligée de se joindre à lui. Au départ, Loures a nié cette partie du récit, affirmant qu'il était directement allé de la réception au dîner. Ensuite, dans sa déposition à l'IOS, il reconnaît qu'ils «auraient» pu peut-être prendre un verre avant le dîner.

Selon Peter Gallo, qui a œuvré de 2011 à 2015 au sein de la Division des enquêtes du Bureau des services de contrôle interne (BSCI), intégré au Secrétariat de l'ONU, ce type d'incohérence aurait dû susciter davantage de questions.

«Vous devez vous appuyer sur toute preuve apparemment anecdotique [pour attester d'une agression sexuelle], comme les propos tenus peu après l'événement, l'état physique de la victime, un aveu fait par l'accusé ou tout ce qui peut aider à se faire une idée de ce qui a pu réellement survenir», explique-t-il.

Selon ces critères, les incohérences dans le témoignage de Loures auraient dû soulever des soupçons. D'autant plus que les déclarations faites par la femme, à la fois à ses amis et à sa famille juste après l'incident et ensuite aux enquêteurs, sont restées parfaitement identiques, exception faite de quelques «détails mineurs», selon le rapport de l'IOS. Comme le précisent les enquêteurs, immédiatement après l'agression présumée, la femme aurait contacté sa mère, un ami et un collègue –qui, comme le confirment les enquêteurs, l'auraient également vue pleurer et trembler sur le sol de sa chambre d'hôtel ce soir-là. (Le témoignage de l'accusatrice auprès des enquêteurs est resté cohérent, à l'exception de certains détails comme l'étage auquel Loures aurait quitté l'ascenseur).

Des informations identiques à celles que les tribunaux civils et pénaux utilisent comme preuves corroborantes lorsqu'ils ont à examiner de tels dossiers. (Les enquêteurs notent cependant que deux personnes autres que Loures auraient déclaré ne pas avoir «remarqué de changement de comportement» de la part de l'accusatrice le lendemain).

«Vos lèvres sont si sexy»

Les documents divulgués consignent d'autres preuves de ce genre, comme la déclaration d'un tiers qui aurait été, par le passé, témoin de comportements troublants de la part de Loures. L'accusatrice a déclaré aux enquêteurs de l'IOS que pendant des années, Loures avait pour habitude de toucher, sans son consentement, ses cheveux, son dos et sa nuque, avec des commentaires suggestifs sur son apparence comme «vos lèvres sont si sexy».

«Ses mains s'attardaient toujours un peu trop longtemps», déclare la victime présumée, et ses baisers étaient toujours «un peu trop près de votre bouche». Selon les enquêteurs, une autre personne, au moins, aurait vu Loures toucher son accusatrice. Il ou elle aurait témoigné avoir vu la victime présumée debout «presque pétrifiée et Luiz la toucher en faisant, “Oh, [nom expurgé] comment allez-vous?” […]. Pour moi, c'était trop affectueux. Ce n'est pas quelque chose que je ferais, que je voudrais faire avec vous».

Swanson, qui en tant que directeur du BSCI n'était pas impliqué dans l'affaire Loures, affirme que «neuf fois sur dix, il y une absence complète de corroboration» dans les enquêtes portant sur des «inconduites sexuelles» (sexual misconduct). Exceptionnellement, de telles preuves existent dans ce dossier –ce qui n'a pas empêché la plainte d'être rejetée.

Des preuves claires et convaincantes?

Selon Swanson, la plainte peut avoir été rejetée parce que les Nations unies se fondent sur des «normes de preuve irréalistes» –à savoir celles appliquées par le Tribunal du contentieux administratif des Nations unies, qui exige des «preuves claires et convaincantes» pour attester de l'inconduite, une norme plus stricte que la «prépondérance de la preuve» requise dans la plupart des litiges civils aux États-Unis. Les statuts du Tribunal du contentieux ne stipulent pas non plus quelles sortes de preuves sont jugées recevables, ce qui en laisse la discrétion au juge.

Par conséquent, selon Swanson, «il y a un vide de responsabilité, parce que nous sommes parfaitement incapables de satisfaire à de telles normes de preuve».

Des enquêteurs tout sauf consciencieux

Dans le dossier Loures, le rapport de l'IOS révèle aussi un manque de professionnalisme de la part des enquêteurs.

En parlant de la soirée avec les responsables de l'IOS, par exemple, Loures déclare «mais je pense qu'elle en avait un peu trop bu ce soir-là, c'est l'un des aspects» qui pourrait expliquer sa plainte, semble-t-il sous-entendre. (Quand les enquêteurs interrogent la victime présumée sur ce point, elle déclare avoir bu un verre de vin blanc et «deux petites bières»). Afin de déterminer comment Loures a pu se former son impression, les enquêteurs lui demandent si la femme s'est montrée «émotive».

«C'est ce que je dirais», répond-il. «C'est le bon mot. C'est le bon mot».

Les enquêteurs de l'IOS demandent aussi à Loures s'il était attiré par son accusatrice. «Non, pas vraiment. Non, pas vraiment», leur répond-il, puis ajoute: «au contraire, je ne me sentais pas attiré (…) mais plutôt mal à l'aise, et c'est tout». Sauf que l'IOS poursuit dans cette direction, et demande comment il «s'est senti» lors de la prétendue conversation «émotive». («Je n'ai pas été choqué», répond-il).

Tentative d'«excuses»

D'autres problèmes concernent le rôle joué par Sidibé, le superviseur de Loures, qui, selon le règlement de l'ONU, décide d'avaliser ou non les recommandations des enquêteurs de l'IOS. L'un des documents portés à notre connaissance raconte comment Sidibé, a priori dans une tentative de résolution du problème, allait tenter de convaincre Loures de s'excuser auprès de sa victime présumée. (L'Onusida n'a pas fait en sorte que Sidibé soit disponible pour un commentaire).

Lorsque Sidibé a contacté l'accusatrice pour organiser ces excuses, elle s'est sentie «consternée et insultée», affirme Code Blue, et a informé l'IOS de l'interférence. Selon l'un des rapports d'enquête, Loures et Sidibé ont nié toute tentative d'entraver l'enquête. Ensuite, Sidibé admettra avoir parlé à l'accusatrice, mais sans en avoir informé Loures.

Après avoir été interrogé par les enquêteurs de l'IOS, Sidibé s'est récusé de son «rôle décisionnel final dans l'affaire afin d'éviter toute perception de conflit d'intérêts», selon un communiqué de presse de l'Onusida publié le 9 février. Mais, selon Code Blue, ses efforts pour peser sur le dossier ne se sont pas arrêtés là. Le groupe souligne que Sidibé ne s'est récusé qu'après avoir témoigné –et qu'en se récusant, il allait confier l'affaire à un adjoint, Joel Rehnstrom, un «proche collaborateur de Luiz Loures», selon Code Blue.

Au sein d'Onusida, le comité consultatif mondial sur le harcèlement, chargé de formuler des recommandations d'action administrative fondée sur les conclusions de l'IOS, a ensuite conseillé à Rehnstrom d'accepter les conclusions de non-culpabilité de Loures et de clore l'affaire. Ce qu'il fera. Selon Code Blue, le comité était composé de trois membres, tous faisant partie du personnel de l'Onusida, et étant donc sous l'autorité de Sidibé.

Une deuxième accusatrice

Mais ce n'est pas comme si les soucis s'arrêtaient là. Selon l'article du Guardian du 14 février, quelqu'un est allé demander aux employés de l'Onusida, service après service, de signer une lettre de soutien à Loures. Les employés approchés n'ont pas révélé au Guardian de qui venait cette initiative.

«Les femmes qui portent plainte n'ont aucune protection et personne ne reconnaît le risque que nous prenons personnellement et professionnellement en portant plainte et, dans certains cas, cela retombe systématiquement sur les plaignantes.»

Malayah Harper, ex-colloboratrice de Luiz Loures à l'Onusida

Entre-temps, le 25 février, Malayah Harper, qui après avoir travaillé pendant dix ans à l'Onusida est devenue secrétaire générale de la World YWCA, déclarait au Guardian avoir elle aussi été harcelée et agressée sexuellement par Loures lorsqu'elle était aux Nations unies. Son récit est frappant de similitudes avec celui de l'autre femme: Harper dit avoir été agressée dans un ascenseur lors d'un voyage de travail. Si elle n'a pas porté plainte, explique-t-elle, c'est qu'elle n'avait pas confiance dans le processus d'enquête et évoque une plainte antérieure pour harcèlement moral qu'elle avait déposée et qui n'avait pas été traitée de manière adéquate selon elle.

«Les femmes qui portent plainte n'ont aucune protection et personne ne reconnaît le risque que nous prenons personnellement et professionnellement en portant plainte et, dans certains cas, cela retombe systématiquement sur les plaignantes», explique Harper. Elle en appelle désormais à des enquêtes indépendantes car «le sexisme et le harcèlement sont endémiques» au sein de l'Onusida.

Les problèmes que révèle l'enquête n'ont certainement rien d'événements isolés

Ce qui est manifeste, c'est que l'issue de l'enquête sur l'inconduite sexuelle présumée de Loures n'a laissé quasiment aucun recours à son accusatrice. Selon Gallo, l'ancien enquêteur de l'ONU, une fois qu'un dossier d'inconduite sexuelle est estampillé «contesté» par des enquêteurs internes, «à l'ONU, ce n'est pas une victime, c'est une gamine hystérique qui a fait sa crise». La plaignante ne peut pas non plus facilement se tourner vers des juridictions nationales, car il faut pour cela convaincre le secrétaire général de lever l'immunité de l'agent incriminé et trouver un juge disposé à examiner le dossier.

Mais l'aspect sans doute le plus perturbant de l'affaire Loures, c'est que les problèmes que révèle l'enquête n'ont certainement rien d'événements isolés. Selon une enquête menée en décembre auprès du personnel de l'ONU et révélée le 28 février:

«Environ la moitié du personnel de l'ONU doute que les gens soient traités avec respect ou tenus pour responsables d'un comportement éthique, et n'estime pas pouvoir signaler un comportement répréhensible sans subir de représailles.»

Un constat que partage même le directeur de la Division des enquêtes:

«Nous avons un problème chronique de sous-plainte, déclare Swanson. Nous avons une direction qui donne parfois l'impression de ne pas savoir quoi faire. Il est possible que des choses soient camouflées et non signalées.»

Il est peu probable que les réformes dévoilées fin février par Guterres soient adaptées à l'ampleur du défi. Si les annonces donnent l'impression d'une vaste réforme, elles ne font en réalité référence qu'au harcèlement sexuel, pas aux agressions sexuelles. Et les changements administratifs ne s'appliquent qu'au BSCI, pas au reste des services d'enquête de l'ONU –ils ne s'appliquent donc pas à l'Onusida.

Le 23 février, l'Onusida annonçait que Luiz Loures n'allait pas renouveler son contrat, expirant en mars. Dans le communiqué de presse, on pouvait lire: «Le Directeur exécutif de l'Onusida, Michel Sidibé, a accepté la décision et l'a transmise au secrétaire général des Nations unies. M. Sidibé a également remercié le Dr Loures pour ses vingt-deux années de bons et loyaux services rendus à l'Onusida».

Lauren Wolfe Journaliste et directrice de Women Under Siege

Newsletters

L'astuce de Trump et des Républicains pour conserver leur majorité: empêcher les personnes de couleur de voter

L'astuce de Trump et des Républicains pour conserver leur majorité: empêcher les personnes de couleur de voter

Pour parvenir à ses fins, le président américain donne à ses sbires carte (électorale) blanche.

Les vraies raisons de la baisse de la natalité aux États-Unis

Les vraies raisons de la baisse de la natalité aux États-Unis

Le taux de fécondité américain décroît depuis 2008.

«Je rentre dans la personne et même sans parler, je la domine»

«Je rentre dans la personne et même sans parler, je la domine»

Il se fait appeler «Monsieur». Adepte de la domination, il considère le sexe comme un jeu de pouvoir. Rencontre.

Newsletters