Life

Israël, le nouveau dragon

Slate.fr, mis à jour le 18.01.2010 à 16 h 37

Les Juifs ne représentent que 0,2% de la population mondiale, mais 54% des champions du monde d'échecs, 27% des lauréats des Nobel de physique. Ils sont 2% de la population américaine mais 21% des étudiants des meilleures universités du pays, 51% des lauréats des prix Pulitzer en «nonfiction».

David Brooks, éditorialiste du New York Times, commente le livre: «L'âge d'or de la réussite des Juifs», dans lequel l'auteur, Steven L. Pease, liste quelques explications possibles d'une telle réussite: le fait que le judaïsme soit basé sur la connaissance plus que sur les rites, sur une croyance dans le progrès et la responsabilité personnelle...

«Ce qui est étrange, c'est qu'Israël n'a pas été, traditionellement, le meilleur là où les Juifs de la diaspora l'étaient. Au lieu d'exceller dans la recherche et le commerce, les Israéliens ont été contraints de dédier leur énergie au combat et à la politique.»

Mais cela est en train de changer souligne Brooks. Avec les réformes économiques de Netanyahou, l'arrivée de millions de Russes en Israël, le processus de paix au point mort, un changement historique a eu lieu. Les Israéliens les plus débrouillards se reconvertissent dans la technologie et le commerce—pas la politique. Ce qui a eu un impact négatif sur la vie publique du pays, mais positif sur son économie.

La ville de Tel Aviv est devenue l'une des places les plus actives dans le monde en terme d'innovation. Israël a désormais plus de start-ups technologiques par tête que n'importe quel autre pays, et de loin. Il se place deuxième derrière les Etats-Unis pour le nombre de compagnies listées sur le Nasdaq. Israël, avec sept millions d'habitants, attire autant de capital risque que la France et l'Allemagne réunis.

Le succès technologique d'Israël est le fruit du rêve sioniste selon Brooks. «Le pays n'a pas été fondé pour que quelques colons isolés se retrouvent au milieu de Palestiniens en colère à Hébron. Il a été fondé pour que les Juifs puissent vivre en lieu sûr et créer, inventer, pour le reste du monde.»

Ce changement historique pourrait, pour certains, faire d'Israël le Hong Kong du Moyen-Orient et enrichir toute la région; pour d'autres cela pourrait creuser encore davantage l'écart de richesse entre Israël et ses voisins. En outre, ces nouveaux entrepreneurs sont une ressource fragile: beaucoup ont des contacts permanents voire des domiciles aux Etats-Unis. Il suffirait que l'Iran fasse peser trop lourdement la menace nucléaire pour qu'ils s'exilent.

[Lire l'article complet sur le Nytimes]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr`

Image de une: Mockstar sur Flickr, Tel Aviv

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte