Monde

Longyearbyen, la ville norvégienne où mourir est interdit

Temps de lecture : 2 min

On ne peut pas non plus y avoir un chat ou garder ses chaussures à l'intérieur.

aurora over longyearbyen | Christer van der Meeren via Flickr CC License by
aurora over longyearbyen | Christer van der Meeren via Flickr CC License by

Appartenant à la Norvège, le Svalbard est un archipel composé d'une trentaine d'îles, situé si proche du Pôle Nord que sa capitale administrative, Longyearbyen, est la capitale la plus nordique de toute la planète. Autant vous dire que le climat n'y est pas exactement tropical.

Appréciée des globe-trotters pour ses paysages uniques, la ville présente une caractéristique pour le moins singulière : depuis 1950, il est interdit d'y mourir. Une mesure qui pourrait sembler totalement absurde, mais s'explique par les températures polaires qui traversent la ville.

Le froid permanent empêche en effet les corps de se décomposer, raconte l'International Business Times. Au cours des années 2000, des scientifiques qui ont exhumé des cadavres de personnes décédées d'un virus grippal puissant en 1917 ont même retrouvé des particules de ce virus lors de leurs analyses. La population de Longyearbyen ne se doutait pas qu'elle vivait en présence d'un virus mortel datant d'il y a un siècle.

Les mesures prises par les municipalités successives de la ville ne s'arrêtent pas là : non seulement elle n'accepte plus de nouveaux habitants et de nouvelles habitantes, mais elle a mis en place un dispositif visant à ce que sa population aille mourir ailleurs. C'est ainsi que les personnes en phase terminale sont automatiquement transférées jusqu'à Oslo, la capitale norvégienne, qui se trouve à plus de 2000 kilomètres de là.

En toute cohérence, la ville ne possède aucune maison de retraite et aucun service de gériatrie. Il existe néanmoins un cimetière toujours en activité, où les cendres des personnes souhaitant être incinérées peuvent être conservées, mais c'est apparemment une alternative assez peu utilisée.

Pas de naissances non plus

À Longyearbyen, les naissances ne sont guère plus tolérées que les décès : en raison de l'absence d'hôpital, les femmes enceintes sont transférées sur le continent des semaines avant le terme annoncé de leur grossesse, et elles ne reviennent dans la ville que des semaines après la naissance, une fois la santé de leur enfant stabilisée.

D'autres lois plus ou moins explicables sont en vigueur: les chats sont interdits pour préserver les volatiles de la région, il est obligatoire d'enlever ses chaussures avant d'entrer dans le moindre bâtiment, et l'alcool est rationné, avec une quantité maximale qu'il est permis d'acheter par personne et par mois. Cette dernière règle serait due au fait que le prix des boissons alcoolisées est extrêmement bas dans la ville, ce qui risquerait de créer des vagues d'alcoolisme.

Longyearbyen est probablement l'une des villes avec le plus faible taux de chômage du monde, les personnes sans emploi n'étant pas autorisées à continuer à y vivre. Pour les autorités locales, au vu des conditions de vie extrêmement délicates sur place, il est fondamental que chaque personne soit capable de subvenir à ses propres besoins.

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters