Santé / Monde

Des centaines de médecins québécois protestent contre la hausse de leur propre salaire

Temps de lecture : 2 min

Ils dénoncent les bas salaires des infirmiers et infirmières et des autres personnels hospitaliers.

Médecins en colère | Frédéric Bisson via Flickr CC License by
Médecins en colère | Frédéric Bisson via Flickr CC License by

En février, le gouvernement du Québec a accordé aux médecins spécialistes une augmentation de salaire d'1,4% chaque année pendant huit ans. Depuis, plus de 700 médecins et étudiants en médecine ont signé une pétition demandant l'annulation de cette hausse par solidarité avec les infirmiers et infirmières, et autres employés hospitaliers.

«Ces augmentations sont d’autant plus choquantes que nos collègues infirmières, préposés, commis et autres professionnels subissent des conditions de travail très difficiles tandis que nos patients vivent avec le manque d’accès aux services requis à cause des coupures draconiennes», écrivent ces médecins québécois dans une lettre ouverte.

Ils veulent que l'argent utilisé pour financer ces hausses –environ 1,5 milliard de dollars canadiens en huit ans– soit utilisé pour mieux rémunérer les autres employés et pour améliorer les services.

Une étude récemment publiée révèle que les salaires des médecins québécois avaient déjà beaucoup augmenté entre 2006 et 2015, alors que leurs heures de travail avaient diminué. Le salaire moyen d'un médecin spécialiste au Québec était de 470.000 dollars canadiens en 2015 (soit 295.000 euros).

Certains médecins spécialistes ont évoqué leur «honte» face à ces hausses et demandent que les ressources soient mieux distribuées.

En effet, au même moment, des syndicats d'infirmiers et infirmières tentent d'obtenir une amélioration de leurs conditions de travail, notamment l'établissement d'une limite du nombre de patients à soigner en une journée. Dans un post Facebook devenu viral, une infirmière racontait avoir dû gérer soixante-dix patients en une nuit et disait avoir «honte de la pauvreté des soins» qu'elle prodiguait.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a dit qu'il allait désormais se concentrer sur la question des infirmières, et a encouragé les médecins mécontents à se plaindre auprès des fédérations médicales qui les ont représentés pour les négociations salariales. «S'ils se sentent trop payés, ils peuvent laisser l'argent sur la table et je vous garantis que je saurai en faire bon usage», a-t-il déclaré.

Slate.fr

Newsletters

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Il est difficile de prédire combien de temps après le début d’un traitement antibiotique l’amélioration se fait sentir. Mais si au bout de deux jours, vous allez plus mal, retournez consulter…

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Lors d'un festival à Cambridgeshire, cette méthode a permis de réduire de 95% les hospitalisations liées à la consommation de drogues.

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Arrêtez ça.

Newsletters