LGBTQ / Monde

Un escort boy napolitain révèle la double vie homosexuelle de quarante prêtres et séminaristes

Temps de lecture : 2 min

Francesco Mangiacapra a envoyé un dossier de 1.200 pages au diocèse de Naples, avec messages Whatsapp et photos érotiques à l'appui.

Messe à l'église Sainte Sabine de Rome. Filippo Monteforte / AFP
Messe à l'église Sainte Sabine de Rome. Filippo Monteforte / AFP

En mars 2017, Francesco Mangiacapra a publié un livre, Confessions d'un escort boy, dans lequel il raconte, entre autres, ses rencontres sexuelles avec des prêtres (dont le père Luca Morini, qui est actuallement poursuivi pour fraude et trafic de drogue).

Comme la hiérarchie de l'Église n'a pas réagi à son livre, Mangiacapra a décidé d'en faire un dossier de 1.200 pages, avec messages Whatsapp et photos de pénis à l'appui, qu'il a transmis au diocèse de Naples. Trente-quatre prêtres et six séminaristes sont concernés.

Dénoncer l'hypocrisie

L'escort, qui a une formation d'avocat, a expliqué à la presse italienne qu'il avait envoyé le dossier pour «aider» l'Église catholique:

«Je veux expliquer tout de suite que mon geste n'est pas contre l'Église catholique, paradoxalement, c'est en faveur de l'Église», a-t-il dit à Catania Today.

Pour lui, dénoncer l'hypocrisie pourrait permettre à ces hommes d'avancer et d'être plus honnêtes au sujet de leur sexualité. Il précise que ce qu'il décrit relève du péché, pas du crime, et qu'il a diffusé les informations «pour que les gens arrêtent de prêcher la haine des gays».

«Le but n'est pas de faire du mal aux personnes mentionnées mais de les aider à comprendre que leur double vie, bien qu'elle semble pratique, n'est pas utile, ni pour eux, ni pour les gens qu'ils sont censés guider.»

Selon Mangiacapra, les prêtres utilisaient beaucoup Telegram (une application aussi prisée par les djihadistes) pour organiser leurs rendez-vous, et ils étaient prêts à payer des sommes élevées pour les rapports sexuels.

Le Cardinal Crescenzio Sepe, qui est archevêque de Naples, a précisé qu'aucun des prêtres cités ne résidaient à Naples, et qu'il avait transmit le dossier au Vatican. Selon lui, ceux qui ont «erré doivent payer et être aidés à repentir pour le mal qu'ils ont fait».

Quant à Mangiacapra, il a dit à Catania Today qu'il allait quitter la prostitution. Il pense que ces prêtres homosexuels doivent non pas être punis mais juste défroqués afin qu'ils puissent se réconcilier avec leur propre homosexualité.

Slate.fr

Newsletters

«J'ai 2 amours», un regard intelligent sur les amours plurielles

«J'ai 2 amours», un regard intelligent sur les amours plurielles

Diffusée jeudi 22 mars sur Arte dans son intégralité, la première saison de la série réalisée par Clément Michel se penche avec mordant et bienveillance sur les amours multiples. L'occasion de balayer idées reçues et généralités sur les différentes manières d'aimer.

Le voile n’est pas incompatible avec le féminisme

Le voile n’est pas incompatible avec le féminisme

La régression ne réside pas dans le fait de porter le voile, mais dans celui d’imposer aux femmes une norme vestimentaire.

Né.e.s jumelles, Laurens et Yentl sont maintenant frère et sœur

Né.e.s jumelles, Laurens et Yentl sont maintenant frère et sœur

«L'histoire que je raconte est très spéciale et privée», énonce la photographe Judith Helmer. Laura et Yentl sont deux «vraies» jumelles –des jumelles monozygotes qui ont partagé le sac amniotique et le placenta de leur mère. À ses 19 ans, Laura...

Newsletters