France

On a lu les programmes des quatre candidats à la direction du PS (et on a trouvé ça un peu triste)

Temps de lecture : 7 min

Luc Carvounas, Stéphane Le Foll, Olivier Faure et Emmanuel Maurel sont candidats pour devenir premier secrétaire. Mais ça ne fait pas un tabac dans une opinion ignorante de leur confrontation à la télévision, le 7 mars.  

De gauche à droite, et de haut en bas: Olivier Faure, Emmanuel Maurel, Stéphane Le Foll, Luc Carvounas. |
AFP
De gauche à droite, et de haut en bas: Olivier Faure, Emmanuel Maurel, Stéphane Le Foll, Luc Carvounas. | AFP

Le 18 juin, ça évoque sûrement pour vous «l'Appel» du général de Gaulle, en 1940. Si vous descendez quelques crans en-dessous, en fouillant bien dans votre mémoire et surtout dans les archives, la date devrait vous rappeler aussi la démission de Jean-Christophe Cambadélis de son poste de premier secrétaire du Parti socialiste. C'était le 18 juin 2017, au soir du second tour des élections législatives qui s'avéraient être une déroute pour les socialistes.

Capture d'écran.

Maintenant, il faut en trouver un autre

Quatre candidats sont sur les rangs: Luc Carvounas, Stéphane Le Foll, Olivier Faure et Emmanuel Maurel. C'est l'ordre dans lequel le texte d'orientation de chacun d'entre eux est présenté par le PS.

Carvounas, c'est un ex-proche de Manuel Valls avec lequel il a rompu; Le Foll, c'est l'ancien ministre de l'Agriculture de François Hollande dont il est resté proche jusqu'au bout; Faure, c'est un ancien partisan de Jean-Marc Ayrault, premier chef du gouvernement du précédent quinquennat, qui préside le groupe socialiste riquiqui de l'Assemblée; et Maurel, c'est un des députés «frondeurs» qui a pas mal perturbé le chef de l'État entre 2012 et 2017. Et pas une seule femme, comme chacun l'aura remarqué...

La démission de «Camba» a pris effet le 30 septembre. Il fallait laisser passer les vacances d'été avant de quitter physiquement le navire qui sombrait. Le temps de mettre en place une «direction collégiale» de vingt-huit membres. À sa tête, Rachid Temal. Sans vouloir être désobligeant à son égard, l'homme est très connu, et souvent très mal aimé, dans les arcanes du PS –et parfaitement inconnu dans l'opinion. Ses adversaires lui reprochent de toujours avoir été dans les majorités changeantes du parti, quelles qu'elles soient. Un reproche qui pourrait être fait à beaucoup d'autres. Et pas seulement au PS.

Les candidats baignent dans un océan d'indifférence

Depuis bientôt neuf mois, donc, le PS n'a plus de vrai «patron» et sa direction a expédié, en quelque sorte, des affaires courantes dont elle se serait bien passée: vente du siège, règlement du plan social (qui n'a fait aucun bruit), préparation du terrain pour la «refondation du parti», exclusion de Gérard Filoche, ex-militant trotskiste et figure de l'aile gauche, pour diffusion d'une caricature antisémite sur Twitter et exclusion d'Olivier Dussopt pour entrée au gouvernement en qualité de secrétaire d'Etat chargé de la fonction publique. Une simple gestion de la tristesse, quoi!

Comme est très triste, et démoralisante pour les intéressés, la situation dans laquelle se trouvent les quatre prétendants au poste de premier secrétaire. Selon un sondage de l'institut Odoxa réalisé les 21 et 22 février auprès de 973 personnes, Carvounas, Le Foll, Faure et Maurel baignent dans un océan d'indifférence.

Parmi les Français, les résultats sont tragiques. Entre ceux qui ressentent de l'indifférence et ceux qui les rejettent, la palme revient à Carvounas avec un score de 93% qui devance Maurel d'un poil (92%) et Faure d'un autre poil (91%)! Le Foll, qui bénéficie sûrement des cinq années d'exposition médiatique du dernier quinquennat, n'atteint un taux «que» de 88%. En revanche, il recueille 13% de sympathie et de soutien, soit le double du score de chacun de ses trois camarades.

Et l'affaire n'est pas bien meilleure chez les seuls sympathisants socialistes. Là, le trophée revient à Maurel (90%) juste devant Carvounas (89%). Si Faure décroche la troisième place avec 80% d'indifférence et de rejet, il obtient, toutefois, 18% de sympathie et de soutien. Mais c'est plus de la sympathie que du soutien... Seul, là aussi, l'ex-ministre de l'Agriculture surnage avec un taux négatif de 62% et une forte sympathie (31%) avec un petit soutien (7%). Pas de quoi pavoiser. Heureusement, ce sont les seuls militants du PS, à jour de cotisation, qui vont voter. Le parti en annonce un peu plus de 100.000. Les derniers scrutins internes montrent qu'il y a (très) loin de la coupe aux lèvres.

Nostalgie d'une splendeur passée, constat d'un échec patent, énumération de voeux pieux pour l'avenir

Et pas de quoi attirer les foules, le 7 mars, à l'occasion d'un débat télévisé entre ces quatre mousquetaires organisé par LCI, RTL et Le Figaro. Chacun d'eux défendra les grandes lignes de son texte d'orientation sur lequel les militants se prononceront le 15 mars. Ensuite, les mêmes militants voteront, le 29 mars, pour désigner leur nouveau premier secrétaire. On peut avancer, sans risque de se tromper, que le nom de ce dernier sera celui du rédacteur et premier signataire du texte qui sera arrivé en tête à la base, deux semaines avant. Si, par un phénomène échappant à toute logique politique, cela n'était pas le cas, le PS serait dans une crise existentielle beaucoup plus grave qu'imaginée. On verrait mal, en effet, Le Foll (par pure hypothèse) mettre en musique le texte d'orientation de Maurel (autre pure hypothèse).

Les textes en question –ils ne devaient pas dépasser 50.000 signes– font beaucoup appel à la nostalgie d'une splendeur passée, au constat d'un échec patent (sans vraie analyse des causes), à l'énumération de voeux pieux pour l'avenir. Comme s'il s'agissait d'une gigantesque introspection s'enfonçant dans la tristesse mais repoussant à plus tard, c'est-à-dire avec le risque que ce ne soit «jamais», l'exposition de solutions de fond pour remettre la social-démocratie sur pied.

Pourtant, c'est encore possible. Car, au fond, le vrai problème du PS est celui de sa fonction, à moyen terme, dans la société française du XXIe siècle et sa position, à court terme, entre le macronisme et le mélenchonisme.

«Nos idées, nos valeurs sont toujours d'actualité»

Ainsi, le texte de Carvounas remonte d'emblée, avec une certaine emphase, à 1981.

«Nous avons transformé la France, écrit-il, en gagnant la seule bataille qui compte: celle des idées (...) Notre prochain congrès [7 et 8 avril, à Aubervilliers, en Saine-Saint-Denis] devra rompre avec près de quarante ans d'un concept devenu obsolète: celui de parti de gouvernement».

De même avec celui de Le Foll –le seul a réellement «assumer le quinquennat»– qui botte en touche pour ne pas aborder les sujets qui fâchent:

«La défaite de 2017 met en cause notre existence en tant qu'organisation politique, commence-t-il. Mais nos idées, nos valeurs sont toujours présentes, toujours d'actualité. Seule question: sommes-nous collectivement capables de retrouver la fierté, la lucidité, la confiance, en somme l'esprit de camaraderie?»

La contribution de Faure est dans la même veine.

«Nous devons profondément changer: changer nos pratiques et notre organisation, inventer un nouveau Parti socialiste, assure-t-il, mais aussi inventer de nouvelles réponses face aux inégalités et aux injustices sociales, aux défis du futur pour la planète et pour l'humanité.»

Maurel, le plus critique pendant le quinquennat Hollande, propose un texte d'orientation qui est dans la continuité.

«Notre parti, le PS, connaît une situation inédite, pointe-t-il. La double déroute du printemps n'a, en effet, pas d'équivalent dans notre histoire politique. En 2012, nous avions tous les leviers pour transformer la société. Cinq ans plus tard, nous n'en avons pratiquement plus aucun.»

Mais il ne va quand même pas jusqu'à reconnaître que l'échec de la candidature Hamon, qui devait sauver l'honneur du PS, entendait-on, signe aussi l'échec... des «frondeurs».

«Le vote des militants n'était pas respecté...»

Les quatre prétendants sont d'accord sur un point: le projet de déchéance de nationalité, qui a finalement capoté, est l'échec le plus criant de Hollande. Le Foll le concède du bout des lèvres: «je regrette le processus», dit-il.

À cette déchéance avortée, Faure ajoute l'avant-projet de loi sur le travail: ces deux orientations «ont été pour beaucoup de douloureux moments de rupture, confie-t-il, car ils touchaient aux valeurs fondamentales des socialistes».

À ces deux dossiers «qui ont profondément troublé les socialistes», Carvounas en ajoute un troisième: «le CICE mal ciblé».

Et pour clore l'inventaire, Maurel en empile un quatrième, le Pacte de responsabilité: «Les Français ne se sont pas reconnus dans ce que nous avons fait, dit-il, et finalement ne nous reconnaissent plus».

Regrets éternels

Dans la rubrique tristesse, ils cochent aussi la case «regrets éternels».

«Nous, socialistes, écrit Carvounas, avons souvent disserté sur la lutte contre les inégalités et leur reproduction. À défaut de l'avoir résolu, nous sommes devenus des experts du problème.»

Si Le Foll veut «acter que nos divisions, l'opposition résolue des frondeurs, auront coûté cher», il souhaite faire, ou plutôt refaire, du PS «un outil pour fédérer des forces et commencer à concrétiser l'idée d'une fédération souple de différentes sensibilités autour des socialistes.» Veut-il refaire la FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste) de Mitterrand? Mais ça, c'était avant. En 1965!

Les «regrets éternels» de Faure portent plutôt sur le fonctionnement interne du parti: «Le vote des militants n'était pas respecté, avance-t-il, soit par des responsables devenus "frondeurs", soit par des personnalités nationales qui se considéraient libres de leurs positions.» On n'en saura pas plus. Mais on sent à la lecture des textes d'orientation que les candidats soulèvent aussi, en clair-obscur, la question du respect des votes lors des congrès. En clair, les vrais résultats, et en obscur, leur manipulation. À l'UNEF (Union nationale des étudiants de France), organisation où se livraient des batailles épiques entre les courant du PS et l'extrême gauche trotskiste, la manipulation des votes était une véritable disciple sportive.

La «fronde» existe toujours au PS

Pour Maurel, enfin, les regrets concernent un paradis électoral perdu.

«Notre objectif prioritaire, dit-il, c'est de renouer avec le corps central de la société [les ouvriers et les employés du public comme du privé] et la jeunesse, l'avenir de notre pays.» Mis à part que cette vision de la société date peut-être un peu et qu'elle appartient à un imaginaire un peu embelli –des ouvriers et des employés votant à droite, ça existait aussi dans les études électorales, et pas qu'un peu– cet objectif prioritaire va demander un effort titanesque à Maurel et à ses amis compte tenu du transfert de ces voix depuis des années vers la famille Le Pen et vers Mélenchon plus récemment. Quant à renouer avec la jeunesse, ce qui est un bel objectif, il va falloir de l'huile de coude au vu de son maigre intérêt pour la chose politique. Sa participation électorale parle d'elle-même.

Au terme de cette lecture studieuse, il ressort que trois des candidats restent, peu ou prou, dans le chemin social-démocrate emprunté par Hollande pendant cinq ans –un tracé plutôt social-libéral, diront leurs adversaires– alors que le quatrième, Maurel, est celui qui s'en écarte le plus. La «fronde» existe toujours au PS. Intéresse-t-elle toujours autant maintenant que beaucoup de frondeurs sont partis? D'autant que le frondeur-maison appelle à «un dialogue avec toutes les forces de gauche qui veulent transformer la société en profondeur.»

Olivier Biffaud Journaliste

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

Newsletters