Santé

Les risques de contracter le VIH augmentent fortement pendant et après la grossesse

Temps de lecture : 2 min

La probabilité de transmission du virus peut être multipliée par quatre entre une femme non enceinte et une femme post-partum.

Une femme enceinte fait un test de dépistage du VIH, à Managua, au Nicaragua. | 
Elmer Martinez / AFP
Une femme enceinte fait un test de dépistage du VIH, à Managua, au Nicaragua. | Elmer Martinez / AFP

Lors de la grossesse et de la période du post-partum, les femmes ayant des relations sexuelles avec des hommes présentent davantage de risques de contracter le VIH, révèle une étude financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, l'université de Washington et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID).

Différents facteurs de risques

Les chercheurs ont comparé les probabilités de transmission du VIH par acte sexuel au sein de couples hétérosexuels, entre des femmes non enceintes, des femmes enceintes et des femmes après l'accouchement.

Pour une femme de 25 ans n'utilisant pas de préservatif lors de rapports avec un partenaire ayant une charge virale de 10.000 copies/ml, la probabilité de transmission du VIH lorsque la femme n'est pas enceinte a été estimée à 1,05 sur 1.000 actes sexuels, quand elle atteint 2,19 pour 1.000 lors des treize premières semaines de grossesse, 2,97 pour 1.000 du quatorzième mois à l'accouchement, et jusqu'à 4,18 pour 1.000 lors des six premiers mois post-partum.

«Les femmes enceintes peuvent être confrontées à des défis accrus lorsqu'elles négocient l'utilisation d'un préservatif avec leurs partenaires. Dans certaines cultures, les partenaires masculins de femmes enceintes et post-partum ont plus de relations sexuelles en dehors de la relation, ce qui augmente le risque de contracter le VIH et d'autres IST. La violence conjugale et les déséquilibres de pouvoir au sein de la relation peuvent également contribuer à accroître le risque de transmission du VIH», relève l'étude.

Les changements physiologiques liés à la grossesse semblent également impliqués dans cette prévalence du VIH, mais demandent encore de nouvelles recherches pour être clairement identifiés.

De nouvelles stratégies de prévention à mettre en place

Néanmoins, «une nouvelle infection du VIH lors de la grossesse ou post-partum n'a pas seulement des conséquences négatives sur la santé de la femme, mais comporte aussi le risque de transmission périnatale du VIH à son fœtus ou à son nouveau-né par l'allaitement», soulignent les chercheurs.

Ces résultats indiquent la nécessité qu'il y a d'élargir les services de prévention et de dépistage du VIH, notamment dans les zones à forte prévalence, mais également de tester de nouvelles stratégies de prévention du VIH chez les femmes enceintes et post-partum.

Les recommandations actuelles de l'OMS visent d'ailleurs à inclure le dépistage du VIH dans les soins prénataux, de l'accouchement et post-partum, et à offrir les services de dépistage du VIH aux couples et partenaires.

Slate.fr

Newsletters

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Lors d'un festival à Cambridgeshire, cette méthode a permis de réduire de 95% les hospitalisations liées à la consommation de drogues.

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Arrêtez ça.

L'hôpital coule, et il entraîne ses internes avec lui

L'hôpital coule, et il entraîne ses internes avec lui

Chevilles ouvrières de l’hôpital, la plupart des internes en médecine travaillent plus de soixante heures par semaine. Anxiété, dépression, idées suicidaires: plusieurs enquêtes récentes pointent leur mal-être.

Newsletters