Santé / Sciences

Ce test ADN vous dira ce qu'il faut manger

Temps de lecture : 2 min

À Hong-Kong, il est maintenant possible de faire un test ADN pour savoir quels aliments manger pour améliorer sa santé.

ÁCIDO DESOXIRRIBONUCLEICO (ADN) | Gabriel Andrés Trujillo Escobed via Flickr CC License by
ÁCIDO DESOXIRRIBONUCLEICO (ADN) | Gabriel Andrés Trujillo Escobed via Flickr CC License by

Pour David Leung ça sera poisson blanc trois fois par semaine et riz blanc vapeur. Ce cinquantenaire a fait tester son ADN par Prenetics une société de biotechnologie située à Hong-Kong. L'analyse des cellules prélevées sur l'intérieur de sa joue a révélé des risques potentiels de développer du diabète de type 2 et divers types de maladies cardiaques. Des maux qu’il pourrait éviter en consommant moins de glucides et plus d’aliments riches en oméga-3.

Les tests sur le génome devenus abordables –environ 500$ par patient– permettent aux consommateurs d’avoir une meilleure connaissance de leur propre corps et de leur santé. L'année passée, Prenetics a vendu plus de 100.000 kits de test générique, environ cinq fois plus qu'en 2016. Bloomberg relate les propos de Danny Yeung, directeur général de l’entreprise hongkongaise:

«On a reçu beaucoup de demandes de tests de la part de particuliers. On veut démocratiser les tests génétiques.»

Le test génétique: une tendance

Il y a une dizaine d'années, la société californienne 23andMe était la première à proposer des tests et analyses génétiques aux particuliers. Depuis, le marché s’est grandement développé grâce notamment aux avancées technologiques en la matière. Aujourd’hui, les tests génétiques se classent dans le top 10 des dernières tendances de consommation pour 2018 d’après Euromonitor. Plusieures entreprises comme FitnessGenes, DNAFit, Orig3n et Nutrigenomix proposent une analyse des variations génétiques qui touchent la masse musculaire, l'endurance, la capacité à brûler les graisses et le métabolisme.

Nina McCarthy, chercheuse à l'université d'Australie-Occidentale met cependant en garde contre les tests génétiques. La scientifique précise que des maladies «communes» comme les maladies cardiovasculaires ne sont pas déterminées par nos gènes.

Après avoir décidé de changer son alimentation en rapport avec ses résultats ADN, David Leung affirme qu'il se sent beaucoup plus «en forme». Et si ça vous intéresse vous pourrez toujours vous faire livrer un repas par la start-up californienne Habit qui élaborera des repas personnalisés... selon votre ADN bien sûr.


Slate.fr

Newsletters

L'austérité aussi est responsable de l'épidémie de rougeole

L'austérité aussi est responsable de l'épidémie de rougeole

Tout n'est pas de la faute des anti-vaccins.

Une simple prise de sang pour prévenir la mortinatalité?

Une simple prise de sang pour prévenir la mortinatalité?

Les femmes à risque d'enfants morts-nés semblent présenter au moins cinq marqueurs spécifiques.

Notre État-providence peut-il être à la fois universel et personnalisé?

Notre État-providence peut-il être à la fois universel et personnalisé?

Le tryptique «personnalisation des services, parcours des individus, partage des données» actualise et complète le célèbre «unité, uniformité, universalité» de notre système social.

Newsletters