Égalités

Ce spectacle sur les règles devrait être joué dans les collèges

Temps de lecture : 6 min

Si «Chattologie» réussit à nous faire rire franchement avec un sujet qui tend habituellement à nous épuiser, sa visée éducative n’est pas non plus à négliger.

Détail de l'affiche du spectacle Chattologie.
Détail de l'affiche du spectacle Chattologie.

Âgée de 32 ans, cela fait environ 18 ans que j’ai mes règles. J’ai largement eu le temps de me pencher sur le sujet, expérimentant différents types de protection et explorant toute la palette des symptômes du syndrome pré-menstruel. Et comme beaucoup de femmes de mon âge, j’ai invariablement les mêmes anecdotes à raconter, de la peur d’avoir une fuite sur ma chaise au collège jusqu'aux angoisses liées à la lecture de la notice des tampons sur le syndrome du choc toxique.

Il y a aussi les galères, comme la fois où, en pleine journée, je me suis inséré un tampon dans la rue au beau milieu d’une file d’attente parce que je n’avais personne pour garder ma place et me permettre d'aller aux toilettes. Et puis les petits trucs de MacGyver (que la personne qui n’a jamais bricolé une serviette hygiénique de fortune à base de papier toilette enroulé me jette la première pierre).

On pourrait penser qu’avec l’expérience, les femmes n’ont plus rien à apprendre sur les règles. Mais ce serait une erreur: nous avons TOUT à apprendre sur les règles. De la composition des tampons qui reste opaque aux fonctionnements du corps qui est propre à chacune, chaque femme réglée repart de zéro sur la question quand elle devient nubile. Si la reproduction, et donc le cycle féminin, est au programme de SVT au collège, on y apprend surtout des normes et moyennes, des chiffres qui n’ont rien à voir avec les bouleversements et les angoisses que représentent les règles à cet âge.

Personne n’ose poser les vraies questions. Ni au prof ni aux parents d’ailleurs. Et on se retrouve vite à pleurer parce qu’on a réussi à coincer son premier tampon et que tirer dessus avec ardeur fait juste mal. Il m’a fallu trois grossesses et l’essai de pas moins de quatre moyens de contraception différents pour commencer à comprendre comment mon corps fonctionne. J’ai 32 ans et, parce que j’ai enfin décidé d’en faire un sujet, je commence à connaître mon propre corps.

Lever le tabou

Ce sentiment personnel de vouloir lever le tabou sur les règles s’inscrit en réalité dans un mouvement plus général. Après le Tumblr Les Flux de Clu et la Newsletter de ma chatte qui y est associée, après l’essai Sang Tabou de Camille Emmanuelle et Le grand mystère des règles de Jack Parker, c’est finalement l’auteure et humoriste Klaire fait Grr qui s’est appropriée ce vaste sujet en montant sur scène pour jouer le texte de Louise Mey dans un spectacle intitulé Chattologie. Elle explique:

«C’est Louise Mey (qui a écrit le texte) qui m’a proposé ce projet. Je trouvais depuis longtemps le thème des règles passionnant, donc je trouvais ça mortel d’en parler. En revanche monter sur scène, c’est un peu comme si on m’avait proposé de faire de la voltige en poney sur glace: nooooon merci. Ça aurait donc totalement dû en rester là. Sauf qu’elle m’a fait lire le texte, et je me suis dit qu’il fallait absolument faire ce truc, que c’était nécessaire. Genre OK donc derrière la patinoire il y a un monde un peu moins pourri, tu jures? Bon, bah ok, ramène le poney.»

La réalité, c’est que même si Klaire compare la scène à un exercice de voltige en poney sur glace, elle y est très à l’aise. Le sujet lui tient visiblement à coeur, et son aisance naturelle à créer une connivence avec le public, ainsi que la minuscule salle de la Comédie des 3 Bornes, font de Chattologie une expérience intime dans tous les sens du terme.

Consciente que le plus important est d’en parler avec ceux qui n’y connaissent rien, Klaire demande d’abord aux hommes dans la salle de lever la main. Le soir où je vais voir le spectacle, ils sont cinq… dont mon compagnon. Puis, pendant plus d’une heure, Klaire aborde son sujet sans tabou aucun, avec même une certaine gourmandise pour les mots.

Elle y compose une galerie de personnages, de l’adolescente au professeur. Parfois provocatrice, parfois sensuelle, souvent très drôle, elle rappelle les simples faits, dénonce les croyances absurdes, milite pour le droit à être une femme qui a ses règles. Quand je lui demande quelques jours plus tard pourquoi c’est important de monter sur scène pour parler des règles, elle me répond:

«Je crois vraiment qu’il faut qu’on puisse tous et toutes parler de règles sans avoir envie de mourir de honte. Les règles, personne ne vit ça pareil. Mais potentiellement, c’est un enfer, et potentiellement, t’as 11 ans et demi, du sang qui coule de toi, et ton corps qui a décidé qu’on jouait une demi-finale de catch dans ton utérus. Est-ce qu’au moins on te file un choco BN et des vidéos de tortues? Nope. On te dit chutchutchut, on te dit c’est sale, on te dit c’est secret, on te dit ça existe pas. Et puis que tu créées de la dette avec ta chatte donc on va pas rembourser ton paracétamol, rends l’argent des ragnoutes. Tous ces malaises, ces complexes qui donnent honte aux femmes de leur corps, c’est pas malin. Ces derniers temps, il y a enfin eu plusieurs publications autour des règles et youpi. Le spectacle, c’est un caillou de plus à l’édifice de la levée du tabou. C’est une provoc aussi.»

PODCAST Parlons des règles sans se pincer le nez

Obscurantisme moyenâgeux

Le tristement banal «T’as tes règles ou quoi?!?» du premier Jean-Michel Relou n'est hélas que l'énième élément d'une gigantesque liste de passages obligés pénibles et de croyances ancestralement idiotes. On ne se lasse définitivement pas du texte de Pline l’Ancien, qui accuse les femmes réglées de faire tomber les fruits des arbres contre lesquels elles s’asseoient, de faire aigrir le vin ou encore de rendre stériles les céréales. Klaire passe en revue tous les clichés pour nous rappeler avec justesse qu'en dehors de la mécanique du corps, nous ne savons malheureusement pas grand-chose sur les règles. Et ce n’est pas les publicitaires qui nous aideront à sortir de l’obscurantisme avec leurs règles bleues.

Les règles, c’est quelque chose qu’on vit seule. Du premier jour au dernier, personne ne peut vous proposer d'avoir mal au ventre à votre place pour vous soulager, ou de vous prêter sa culotte (ou son boxer) afin que s'y déroule un remake de la scène de l’ascenseur dans Shining. C'est encore à vous, et rien qu'à vous, de supporter l’après, quand les cycles s’arrêtent et que le corps est perdu pendant de nombreuses années avant qu’un équilibre ne se remette en place.

À juste titre, sur scène, Klaire rappelle que si l’on a ri avec elle des absurdités du tabou des règles, il existe une autre violence que celle de les avoir, c’est aussi de ne pas les avoir. Pas quand c’est voulu et controlé avec un mode de contraception, mais quand c’est subi à cause d’un choc physique ou psychologique, au moment de vouloir un enfant, ou juste parce que la nature est mal faite. Ou encore lorsqu'on les a alors qu'on ne les veut pas, comme lorsqu’on est un homme, par exemple.

Si ce spectacle vivant réussit à nous faire rire franchement avec un sujet qui tend habituellement à nous épuiser, c’est aussi sa visée éducative qui n’est pas à négliger. La plupart des 45 spectateurs et spectatrices assistant à Chattologie ce soir-là (la Comédie des 3 Bornes est vraiment une toute petite salle) constituait déjà un public acquis, conscient de l’importance du sujet. C’est dans les collèges et les lycées qu’il faudrait faire jouer le spectacle, afin de parler de la réalité des choses, de dire les mots sans en avoir peur et même de ne pas s’offusquer d’en rire… les jeunes femmes ayant largement le temps d’en pleurer par la suite. Peut-être même que, par hasard, en se libérant de ce tabou, les personnes qui ne se sentent pas concernées (et en premier lieux les hommes cis) pourraient finir par voir pousser leur empathie.

Chattologie au Théâtre des 3 bornes, jusqu’au 31 mars.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Pas un jour ne passe sans que l'on ne voit sur les réseaux sociaux le visage tuméfié d'une nouvelle victime d'actes de violence gayphobe, lesbophobe ou transphobe. Jusqu'à quand continuerons-nous de le supporter?

Newsletters