Égalités

Plus un pays est égalitaire, moins les femmes s'orientent vers des études scientifiques

Temps de lecture : 2 min

Une étude sur ce «paradoxe de l'égalité de genre» montre que ce sont dans les pays les plus inégalitaires que l'on trouve le plus haut taux de femmes qui étudient les sciences.

Une scientifique | GRRL SCIENTIST via Flickr CC License by
Une scientifique | GRRL SCIENTIST via Flickr CC License by

Aux États-Unis, où la société encourage les filles à être ambitieuses et faire ce qu'elles veulent, seuls 8% des diplômés de sciences informatiques à l'université sont des femmes.

À l'inverse, en Algérie, un pays plus inégalitaire où seulement 15% des femmes travaillent, celles-ci représentent 41% des diplômés dans les domaines des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STEM).

Priorité aux carrières stables et lucratives

Une étude publiée dans la revue Psychological Science montre que ces différences correspondent à une véritable tendance de fond: les pays les plus mal classés en termes d'égalité femmes-hommes (selon l'indice défini par le Forum économique mondial) sont ceux où le pourcentage de femmes étudiant des matières scientifiques et techniques est le plus fort.

L'Algérie, l'Albanie, la Tunisie, les Émirats Arabes Unis et le Vietnam ont tous un taux de féminisation de la filière STEM supérieur à 35%, alors qu'il est inférieur à 25% en Suède, en Belgique et aux Pays-Bas.

Les auteurs de l'étude, Gijsbert Stoet et David Geary, deux chercheurs en psychologie de l'université Beckett de Leeds (Royaume-Uni) et de l'université du Missouri (États-Unis), parlent à ce sujet de «paradoxe de l'égalité de genre». Selon eux, une des raisons de ce paraodoxe est que les femmes des pays plus inégalitaires donnent la priorité aux carrières stables et lucratives, comme peuvent l'être les STEM.

«Les pays les plus égalitaires en termes de genre sont aussi des États-providences avec un bon niveau de sécurité sociale», écrivent Stoet et Geary. C'est ce soutien qui permet aux femmes de choisir des études qui ne privilégient pas uniquement la sécurité financière.

Choix en fonction des points forts et des passions

Les auteurs ont analysé les notes des filles et garçons de soixante-sept pays différents dans plusieurs matières. Ils ont trouvé que les filles étaient aussi douées ou meilleures en sciences que les garçons dans la majorité des pays, et que les filles étaient en général plus douées en lecture que les garçons.

Comme les filles sont meilleures en lecture, lorsqu'elles ont le choix, elles s'orientent plutôt vers des matières non scientifiques. Alors que les pays plus égalitaires encouragent les filles à étudier des matières scientifiques, beaucoup d'entre elles choisissent une autre voie, en fonction de leurs points forts et de leurs passions.

Olga Khazan explique dans The Atlantic que «ce n'est pas que l'égalité de genre décourage les filles d'étudier les sciences. C'est que cela leur permet de ne pas étudier la science si elles ne sont pas intéressées».

Pour les gouvernements qui veulent augmenter le taux de femmes en sciences, les auteurs recommandent de se concentrer sur les filles qui excellent en sciences mais qui malgré tout ne choisissent pas cette voie.

«Si nous pouvons comprendre leurs motivations, des interventions pourraient être créées pour les aider à changer d'avis.»

Slate.fr

Newsletters

De quoi la revendication perpétuelle d’en avoir des grosses est-elle le symptôme?

De quoi la revendication perpétuelle d’en avoir des grosses est-elle le symptôme?

«Couilles.» Donald Trump, Kanye West et même Yann Moix n’ont que ce mot à la bouche. Une fixette qui en dit long.

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

L'article d'une chercheuse américaine, qui examine la possibilité d’un effet de dynamique de groupe pour les jeunes filles s’identifiant comme trans*, a suscité l'ire de certains groupes militants.

En Arizona, des détenues protestent contre l'absence des produits d'hygiène de base

En Arizona, des détenues protestent contre l'absence des produits d'hygiène de base

L'administration pénitentiaire, qui est l'une des mieux financées de l’État, demeure indifférente aux pénuries de papier toilette.

Newsletters