Monde

Les 30 femmes de Goel Ratzon

Slate.fr, mis à jour le 15.01.2010 à 18 h 55

Les habitants d'un quartier tranquille de Tel Aviv ont appris avec étonnement jeudi 14 janvier, l'existence parmi eux d'un polygame violent, le «Josef Fritzl israélien» selon les médias locaux.

Le «harem» de Goel Ratzon, âgé de 60 ans, a été découvert, emprisonnant 30 femmes maintenues «esclaves» dans des appartements sordides.

Ratzon aurait donné naissance à 37 enfants depuis 1993, certains conçus avec «ses» femmes, d'autres avec ses filles. Il est accusé de viol et d'inceste, rapporte le Times.

Violentant ses femmes, les dépouillant de leurs biens, il se faisait en outre passer pour une sorte de Messie. Il avait expliqué à ses femmes, tenues dans l'ignorance, qu'il avait un statut divin, leur avait fait graver sur leur corps son nom et son visage. Il avait établi des commandements qui ne devaient être enfreints sous peine d'amendes ou de sévices corporels. Si lui même n'a pas confirmé le statut divin qu'il s'attribuait auprès d'elles, il a néanmoins déclaré: «Je suis parfait... J'ai toutes les qualités qu'une femme peut désirer». Et d'expliquer que les commandements étaient nécessaires, comme des lois au sein d'un Etat.

Les trois premiers commandements étaient «Aucune femme ne se mariera, ni aucune femme n'en attaquera une autre, verbalement ou physiquement» (2 000 shekels d'amende, environ 350 euros). «Aucune femme ne devra demander à une autre où elle se trouve» (100 shekels). «Aucune conversation n'est permise dans les salles autre que le salon. Il est interdit de dire n'importe quoi.» (200 shekels)

L'affaire, sans précédent en Israël selon le quotidien Yedioth Aharonot, s'étale dans la presse internationale, qui souligne que les soupçons à l'égard de Ratzon datent au moins de l'année dernière, lorsqu'un documentaire l'avait montré entouré de plusieurs femmes déclarant être ses épouses, le nourrissant et s'occupant de lui. Le Guardian rapporte que l'une des femmes déclarait dans le documentaire: «Il est le messie que tout le monde attend. Il est déjà là mais il n'a pas encore été révélé. Le jour où il décidera de signifier sa présence, la terre tremblera».

C'est après qu'une des femmes s'était plainte d'abus auprès de la police, en juin dernier, qu'une enquête sous couverture a été lancée.

[Lire l'article complet sur le Timesonline]

Image de une: Mockstar sur Flickr, Tel Aviv

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr`

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte