Monde

«Nous sommes responsables de ces atrocités»: un sénateur américain dénonce l'inaction face aux fusillades

Temps de lecture : 2 min

Après la fusillade qui a fait dix-sept morts en Floride, le sénateur démocrate Chris Murphy a accusé les élus qui ne prennent pas de mesures d’être «complices» de ces massacres.

/
Des élèves évacués du lycée après la fusillade qui a fait 17 morts à Parkland en Floride le 14 février 2018. | Joe Raedle / AFP

La fusillade qui a fait dix-sept morts dans un lycée de Parkland en Floride est la 18e en milieu scolaire depuis janvier aux États-Unis.

Et comme pour les fusillades de Sandy Hook (vingt-six morts en 2012), Orlando (quarante-neuf morts en 2016) et Las Vegas (cinquante-huit morts en 2017), le tueur a utilisé un fusil d'assaut semi-automatique AR-15, une arme particulièrement meurtrière... mais légale.

Alors que les nouvelles de ce massacre venaient de tomber, le sénateur démocrate du Connecticut Chris Murphy, qui était au Congrès, en a profité pour exprimer sa colère devant ses collègues.

«Cette épidémie de massacres de masse a lieu ici, pas par coïncidence ou par mauvaise chance, mais à cause de notre inaction... Nous sommes responsables d'un niveau d'atrocité de masse qui a lieu dans ce pays et nulle part ailleurs», a-t-il dit.

À part exprimer ses condoléances sur Twitter, le président Donald Trump n'a pas évoqué de mesures sur le contrôle des armes.

Peu après le discours de Murphy, le sénateur républicain de Floride Marco Rubio a expliqué qu'il fallait attendre avant de parler réformes et politique.

«Je pense qu'il est important d'en savoir plus avant de tirer des conclusions et de dire qu'il y a une loi à passer qui aurait pu prévenir ça.»

Sur Twitter, Chris Murphy a semblé répondre à cette déclaration:

«Demain, ne me dites pas que ce n'est pas le moment de débattre de la violence par armes. Si vous êtes un leader politique et que vous ne faites rien contre ces massacres, vous êtes complice.»

Dans le Connecticut après le massacre de Sandy Hook, les législateurs ont fait interdire une centaine de modèles d'armes, posé des limites à l'achat de munitions et renforcé les contrôles d'antécédents pour les acheteurs.

Mais au niveau fédéral, ce genre de mesures a toujours été bloqué par les républicains au Congrès.

Slate.fr

Newsletters

Vladimir Poutine était bien le premier chef d'État à vouloir féliciter Trump pour son investiture

Vladimir Poutine était bien le premier chef d'État à vouloir féliciter Trump pour son investiture

Pas de chance, c'est Theresa May qui l'a eu en premier...

Rome qui t’a vu naître et que ton cœur adore, Rome que c’est moi qui nettoie parce qu’elle sent trop fort

Rome qui t’a vu naître et que ton cœur adore, Rome que c’est moi qui nettoie parce qu’elle sent trop fort

Rome est sale et fauchée. Armés de leur balai, des migrants se sont mis à la nettoyer les rues de la ville sans qu'on ne leur demande rien.

Cuba: vers une révolution économique?

Cuba: vers une révolution économique?

Miguel Díaz-Canel, 57 ans, vient d'être élu par les députés cubains pour succéder à Raul Castro, 86 ans. Sur l'île, ainsi que dans le monde, une question se pose: quel sera le programme économique du nouveau président de Cuba?

Newsletters