Égalités / Monde

Dans l'Amérique de #MeToo, le boom des espaces de coworking pour femmes

Temps de lecture : 6 min

Selon leurs fondatrices, la lutte contre le patriarcat passerait par la création d'open spaces réservés aux femmes.

L'espace de coworking pour femmes Shecosystem à Toronto, au Canada | Via Shecosystem
L'espace de coworking pour femmes Shecosystem à Toronto, au Canada | Via Shecosystem

À New York, The Wing est un espace de coworking réservé aux femmes, avec un thème 100% féminin pris très au sérieux: la bibliothèque est remplie de livres écrits par des femmes, les salles sont décorées d'œuvres d'art faites par des femmes et lorsque des débats sont organisés, les invitées sont toutes des femmes.

Les murs et les sofas sont rose pâle et il y a du parfum Chanel dans les toilettes –la marque est un des sponsors du lieu. L'espace a été conçu par une équipe de designers et architectes femmes, et ce club exclusif –les membres sont sélectionnées sur dossier– a aussi son propre magazine, No Mans' Land, entièrement conçu par des femmes. Avec, évidemment, des femmes en une.

L'interdiction des hommes n'est pas absolue: des plombiers et électriciens masculins sont parfois venus faire des réparations –parce qu’il était difficile de trouver des femmes dans ce secteur– mais un des investisseurs homme n'a pu visiter le lieu que lorsqu'il était vide.

«Forteresse féministe»

Les États-Unis sont connus pour leur tradition historique de clubs d'élite réservés aux hommes (même si la plupart sont désormais ouverts aux femmes), et il existait déjà des réseaux d’entraide pour femmes. Mais plus récemment, la tendance s'est orientée vers des espaces de coworking féminins, une réponse aux espaces de coworking mixtes –comme WeWork– vus comme empreints de «masculinité toxique».

La plupart de ces nouveaux lieux sont nés en 2016 et 2017: The Wing à New York, Shecosystem à Toronto au Canada, The Perlene à Portland, Rise Collaborative à Saint-Louis, New Women Space à Brooklyn, The Hivery à San Francisco, EvolveHer à Chicago ou encore The Riveter à Seattle.

The Wing, à Manhattan | Via The Wing

Si leurs lancements sont pour la plupart antérieurs au mouvement #MeToo contre le harcèlement sexuel, presque toutes les fondatrices revendiquent une mission politique. L'expression «safe space», ou espace sécurisé, revient de façon systématique dans les interviews, ainsi que le climat de résistance politique qui a suivi l’élection de Donald Trump.

Pour Emily Rose Antflick, qui a fondé Shecosystem à Toronto au Canada, l’intérêt croissant pour ces lieux est au moins partiellement lié à #MeToo:

«Les femmes sont à la recherche d’espaces sécurisés où elles peuvent être au côté d’autres femmes et partager leurs expériences. [...] Nous sommes à un moment où les femmes reconnaissent l’impact du patriarcat sur leurs vies et se disent: “nous avons les ressources, les moyens, la passion et la créativité de riposter”», explique-t-elle.

Interviewée dans la presse locale de Portland, la fondatrice de The Perlene, Kiki Littlestar, évoque l’élection de Trump comme un tournant dans la mission de son espace de coworking:

«C’est devenu une forteresse féministe, un espace sécurisé où venir se ressourcer, même pour une heure, pour vivre en dehors du patriarcat.»

«Baisser la garde»

Excepté The Wing, qui est strict dans sa restriction d’accès aux hommes, la plupart des autres espaces n’ont pas d’interdiction formelle, même si dans les faits, il n’y a quasiment que des femmes inscrites.

La création de ces espaces révèle une tension au sein du féminisme et de la réponse au mouvement #MeToo, entre l’envie de faire sécession et la nécessité d’interagir avec des hommes dans le monde du travail.

Après la publication de sondages et articles montrant qu’un nombre croissant d’hommes hésitaient désormais à travailler en binôme avec des femmes, de peur d'être accusés de propos ou gestes déplacés, certaines se sont inquiétées des effets néfastes de cette attitude pour les carrières des femmes.

La numéro 2 de Facebook, Sheryl Sandberg –qui avait créé l’initiative Lean In en 2013 pour aider les femmes à s’imposer au travail– a lancé MentorHer pour encourager les hommes à être des mentors de collègues femmes.

À l’inverse, ces espaces de travail célèbrent une séparation vue comme nécessaire pour que les femmes se ressourcent. Le mot «magie» revient souvent pour décrire ce qui se passe lorsque les femmes se retrouvent dans un espace conçu pour elles.

Interviewée par NBC, une fondatrice de Rise Collaborative décrit l’effet de la présence d’un de ses investisseurs, un homme également membre de l’espace de coworking:

«Je l’adore, il est génial, mais quand il est là et qu’il a plein de réunions avec d’autres hommes dans l’open space, ça change l’environnement. On n’est pas du tout anti-hommes. Mais comment peut-on créer un environnement chaleureux et sécurisé où les femmes se sentent à l’aise et puissent baisser leur garde?»

À Toronto, Shecosystem compte deux membres hommes parmi une soixantaine de femmes, et la fondatrice raconte comment l’ambiance féminine est bénéfique pour eux:

«[Ils] ont remarqué que c’était vraiment rafraichissant pour eux d’être dans un endroit où ils ne devaient pas faire preuve de masculinité au quotidien. Ils n’ont pas besoin d’être rentre-dedans ou sûrs d’eux.»

Emily Rose Antflick explique la mission de Shecosystem en évoquant un spectre d’énergies allant du masculin au féminin, avec l’idée de contrer les forces masculines du modèle entrepreneurial dominant à coup d’énergie féminine, qui favorise la collaboration et l’intuition. Elle a conscience que cette façon de parler peut être problématique: si l’horizon est d’atteindre l’égalité femmes-hommes, le discours utilisé caricature parfois les différences de genres, d’une façon qui semblerait renforcer les stéréotypes contre lesquels les féministes se battent.

À Shecosystem, le seul événement réservé aux femmes est une rencontre mensuelle en Red Tent (tente rouge) autour de la thématique du «cycle» féminin (les règles, en somme). Le site évoque l'importance de «reconnaître que nous sommes des êtres créatifs gouvernés par des cycles».

Radicalité politique sponsorisée

Comme la plupart des espaces de coworking locaux, Shecosystem est financé par les frais mensuels des membres et la sous-location de l’espace. Mais d’autres espaces sont en train de devenir de véritables chaînes, comme The Wing, qui incarne la façon dont le message féministe peut se transformer en redoutable outil marketing.

Le lieu prétend à une certaine radicalité politique –il est inspiré par les clubs pour femmes du XIXe siècle– tout en constituant un business financé par plusieurs marques sponsors, avec un niveau d’investissement digne d’une startup (trente-deux millions de dollars). La boutique en ligne vend des accessoires à message féministe, dont une lime à ongle «aiguise tes griffes», ou encore des t-shirts «attention les garçons» et des sacs «Internet Herstory» (pour «History»).

Dans la presse, la co-fondatrice de The Wing, Audrey Gelman –une proche amie de Lena Dunham, la créatrice de la série Girls– a dit qu’elle voulait tout simplement créer un lieu agréable où pouvoir se changer entre deux réunions, mais elle parle aussi de la nécessité de créer un espace de résistance et de solidarité. Le jour de la Women's March, le 20 janvier dernier, The Wing a affrété des bus pour que les membres aillent manifester ensemble à Washington.

Lors de la «soirée pyjama» 100% femmes organisée pour célébrer le lancement de l'espace, une journaliste de New York Magazine a recueilli le témoignage d’une des membres, qui travaille pour MTV:

«Dieu sait que la société patriarcale capitaliste ne veut pas que les femmes s’unissent. Ça serait nocif pour le système. Il y a tant de systèmes en place qui gardent les femmes séparées».

Pour 215 dollars par mois minimum, The Wing vend ce frisson de se sentir radicale dans un loft sponsorisé par des produits de beauté, aux côtés de membres de l'élite new-yorkaise des médias, de la pub et des start-ups.

Ce mélange de design Instagram-compatible, de «girl power» et de discours politique fait un carton à l'ère de #MeToo. Après deux espaces à Manhattan et un à Brooklyn, une ouverture à Washington est prévue pour le printemps. Et Los Angeles ne devrait pas non plus tarder à disposer de son propre The Wing.

Claire Levenson Journaliste

Newsletters

La face sombre d’internet, miroir des bien-pensances?

La face sombre d’internet, miroir des bien-pensances?

L'activisme des militants et militantes progressistes sur les réseaux sociaux est accusé d'encourager la montée de la droite radicale.

Pourquoi tant de pénis dessinés dans les toilettes des bars?

Pourquoi tant de pénis dessinés dans les toilettes des bars?

Une vidéo pour tout comprendre.

Le Canada proposera un troisième genre dans son recensement de 2021

Le Canada proposera un troisième genre dans son recensement de 2021

Le pays commence déjà à offrir d'autres options que masculin ou féminin dans certains de ses sondages.

Newsletters