Monde

Un cours sur les discours de haine annulé car le prof a prononcé le mot «nègre»

Temps de lecture : 2 min

Son utilisation du mot «nègre» ayant provoqué la colère de plusieurs étudiants, un professeur d'anthropologie de Princeton (États-Unis) a dû annuler son cours sur les limites de la liberté d'expression.

Le campus de Princeton dans le New Jersey | Claudette Banda via Flickr CC License by
Le campus de Princeton dans le New Jersey | Claudette Banda via Flickr CC License by

Pour son cours sur la liberté d'expression intitulé «Libertés culturelles - Discours de Haine, Blasphème et Pornographie», le professeur d'anthropologie de Princeton Lawrence Rosen a prononcé trois fois le mot «nègre» pour donner un exemple de la violence symbolique de certains mots. Pour lancer le débat, il a posé la question suivante:

«Qu'est ce qui est plus provocateur: un homme blanc qui donne un coup de poing à un homme noir ou un homme blanc qui traite un homme noir de nègre?».

En anglais, le terme «nigger», lié à l'esclavage et à la ségrégation, a une connotation plus violente que le mot «nègre» en français, mais l'idée du professeur était justement d'aborder la question de cette violence.

Soutenu par la direction de l'université

Pendant le cours, un étudiant a dit que l'utilisation de ce mot le mettait mal à l'aise et un autre a demandé au professeur s'il allait continuer à le prononcer. Rosen a répondu qu'il le répéterait si nécessaire, car le but était justement d'évoquer la force émotionnelle du mot.

Quatre étudiants ont alors quitté la classe pour protester. Certains sont ensuite revenus et ont demandé au professeur de s'excuser, ce qu'il a refusé de faire. Peu après, deux étudiants ont porté plainte auprès de l'administration.

Une semaine après les faits, le professeur a annoncé qu'il annulait le cours. Il avait pourtant été soutenu par la direction de l'université, qui a défendu l'importance du débat intellectuel sur ces questions. La directrice du département d'anthropologie, qui est afro-américaine, a aussi écrit une lettre pour le soutenir:

«Comme chaque semestre à Princeton ou Columbia, le professeur Lawrence Rosen a débuté son cours en brisant plusieurs tabous, afin que les étudiants examinent leur réponse émotionnelle face à certains symboles culturels.»

Deux autres polémiques récentes

Début février, un district scolaire du Minnesota avait décidé de retirer deux romans du programme parce qu'ils contenaient le mot «nègre», dont Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, alors que le roman de Harper Lee est connu pour être une œuvre antiraciste.

Le même mois, dans le Connecticut, un chargé de cours a été suspendu de son université pour avoir dit «nigga» alors qu'il chantait une chanson de rap. Ce prof de santé publique un peu excentrique demandait régulièrement à ses étudiants de choisir une chanson à écouter en début de cours pour détendre l'atmosphère, mais le fait qu'il ait prononcé le mot «nigga» est très mal passé.

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters